Icon Sport

Un jour, un club : Nevers, le promu qui n’en n’était pas un

Nevers, le promu qui n’en n’était pas un
Par Rugbyrama

Le 20/05/2018 à 11:31

Promu pour la première fois de son histoire dans l’antichambre du Top 14, Nevers a été impressionnant cette saison. Aux portes des phases finales, les joueurs de Xavier Péméja se placent d’ores et déjà comme de solides outsiders pour l’exercice prochain. Retour sur la magnifique année du club de la Nièvre.

La statistique : 5

Pour la première saison de son histoire en Pro D2, Nevers a mis les petits plats dans les grands. Il faut dire que le club de la Nièvre s’est présenté avec le cinquième plus gros budget de Pro D2 (10,14 millions d’euros). À titre de comparaison, l’autre promu, Massy, s’avançait avec le dernier budget du championnat (4,04 millions). Seuls l’USAP, Biarritz, Bayonne et Grenoble devançaient le club de Régis Dumange en termes financiers.

President Regis Dumange - Nevers

President Regis Dumange - NeversIcon Sport

La performance : 7

Avec sa septième place acquise à l’issue de la saison régulière, Nevers est le meilleur promu depuis plus d’une décennie. En effet, il faut remonter à la saison 2004-2005 pour voir un autre promu en Pro D2 faire mieux que les Nivernais. Il s’agissait du Stade Bordelais qui avait fini sixième du championnat. Une autre époque qui souligne la superbe performance réalisée par les hommes de Xavier Péméja. Les « Jaune et Bleu » ont même cru jusqu’à la 29e journée à une accession aux phases finales. Mais l’absence de bonus offensif face à Soyaux-Angoulême a empêché les coéquipiers de Loïc Le Gal de jouer une finale pour la dernière place de barragiste face à Béziers.

La révélation : Hugo Fabrègue

Impérial la saison passée en Fédérale 1, le jeune troisième ligne devait passer un nouveau cap cette saison. Il l’a franchi aisément, s’imposant comme une valeur sûre du championnat à son poste. Avec 29 matchs joués cette saison, il est le deuxième joueur de l’USON le plus utilisé par le staff nivernais lors de cet exercice 2017-2018 derrière l’ancien joueur du Stade Français, Josaia Raisuqe. Décisif sur les phases défensives, le joueur formé dans la capitale s’est permis le luxe d’inscrire deux essais cette saison dont un face à Biarritz lors de la 21e journée permettant la victoire des siens (26-12). Costaud.

Hugo Fabregue - Nevers

Hugo Fabregue - NeversIcon Sport

La décla : "C’était un garçon toujours de bonne humeur, avec le sourire, positif, plein de joie. Après sa blessure, le joueur nous avait manqué"

C’est une tragédie qui dépasse le rugby. Le 1er avril 2018, le talonneur de Nevers Julien Janaudy (29 ans), sort de la route et décède sur les routes iséroises. Arrivé en début de saison, l’ancien berjalien était particulièrement apprécié de l’encadrement et de ses coéquipiers. Le club lui a d’ailleurs rendu un bel hommage face à Angoulême avec des t-shirts floqués « Jano », une minute d’applaudissement et des chaussettes aux couleurs de son ancien club, Bourgoin. Le joueur s’était rompu les ligaments croisés en septembre face à Massy et devait refouler les pelouses de Pro D2 la saison prochaine.

Le facteur X : Xavier Péméja

Arrivé en 2016 du côté de la Nièvre, Xavier Péméja est sans aucun doute l’atout numéro 1 de l’USON. Rodé à la Pro D2, le natif de Montauban a connu les 3 principaux échelons du rugby français. Passé par la Fédérale 1 avec Montauban et Nevers, mais également par le Top 14 avec Bayonne et Bourgoin, le coach nivernais a une solide expérience du haut-niveau. Victorieux à 28 reprises en 50 matchs depuis qu’il a posé ses valises chez les « Jaune et Bleu », l’entraîneur a posé sa patte sur le jeu des joueurs de la Nièvre.

Xavier Péméja (entraîneur de Nevers)

Xavier Péméja (entraîneur de Nevers)Icon Sport

Le gros coup : Un champion du monde des All Blacks débarque

C’était l’une des énormes infos transferts du mois de mars. Le champion du monde 2011, Zac Guilford, (10 sélections) sera Nivernais la saison prochaine. Un retour dans l’Hexagone surprenant pour celui qui avait quitté Clermont en 2015 après une saison plus que mitigée et jouait depuis 2 saisons pour les Wairapa Bush en Nouvelle-Zélande. Reste à savoir si le joueur fera parler de lui sur le terrain ou dans la chronique des faits-divers tant ses déboires nocturnes ont fait jaser par le passé. Sans aucun doute, l’une des attractions de la saison 2018-2019.

Bilan de la saison :

Si l’objectif était le maintien, Nevers a largement atteint sa mission se plaçant même dans la course aux phases finales jusqu’à deux journées de la fin. Sûr de ses forces et pétri de talents (Raisuqe, Le Gal, Fabrègue…) Nevers a impressionné par son adaptation expresse à un échelon que le club n’avait jamais connu. Auteur d’un recrutement 5 étoiles, et disposant d’un des plus gros budgets du championnat, Nevers s’avance comme un concurrent très sérieux pour une place dans les 6 la saison prochaine.

Par Théo Combes.

Contenus sponsorisés
0
0