Midi Olympique

Pro D2 - Yannick Bru : "On aura toutes les armes nécessaires"

Bru : "On aura toutes les armes nécessaires"
Par Rugbyrama

Le 06/06/2018 à 16:25

L’Aviron Bayonnais avait réuni, hier soir, ses partenaires au restaurant du golf de Bassussarry pour la présentation du staff et de ses nouveaux présidents, un mois et demi après leur nomination. Le président du Directoire, Philippe Tayeb, a annoncé que le budget se situerait entre 10,5 et 11 millions d’euros pour la saison prochaine.

Deux recrues devraient également être officialisées dans les prochains jours : un avant (probablement un deuxième ligne) et un trois-quart polyvalent. Les joueurs sous contrats pros ont d’ailleurs repris l’entraînement lundi matin. Ils seront rejoints la semaine prochaine par les contrats espoirs, puis, au fur et à mesure, par les internationaux. Yannick Bru a également expliqué que l’effectif ciel et blanc partira en stage fin juillet, pendant la période des fêtes de Bayonne, à Madrid. À la suite de cette prise de parole face aux partenaires, le manager de l’Aviron s’est exprimé face à la presse.

Rugbyrama : Yannick, la saison est lancée. Estimez-vous qu’elle part sur de bonnes bases ?

Yannick Bru : Les fondations sont solides. Je suis entouré d’un staff assez large et rempli de compétences. Nous nous sommes très bien renforcés de ce côté-là et on aura toutes les armes nécessaires pour affronter ce Pro D2 qui est très concurrentiel et intéressant depuis deux ou trois ans.

Yannick Bru - Philippe Tayeb - Bayonne

Yannick Bru - Philippe Tayeb - BayonneMidi Olympique

Quel rythme va être imposé sur cette reprise ?

Y.B. : Les journées seront ce qu’elles seront. Elles démarreront très tôt le matin, peut-être qu’elles finiront tard, peut-être qu’elles seront dures, mais ce n’est pas mon souci. Si l'intérêt sportif de l’Aviron Bayonnais, c’est qu’on commence très tôt, et qu’on finisse très tard, on le fera. Ce qui ne sont pas contents de ça iront ailleurs.

Pouvez-vous nous parler du staff ?

Y.B. : Joël Rey et Vincent Etcheto ont la connaissance du passé et on est toujours plus forts quand on sait d’où on vient. Ils nous amèneront une expertise certaine et seront épaulés par Eric Artiguste, qui sera spécialisé sur le secteur défensif. Il aura un rôle de consultant et viendra les quatre premiers jours de la semaine. Ludovic Loustau nous a rejoints. C’est une très bonne recrue pour l’Aviron Bayonnais. Il a fait beaucoup de choses pour l’UBB ces dix dernières années. Christophe Foucault sera une pierre importante du staff médical. Il a une grosse expertise sur la traumatologie du sport. Ces deux-là seront présents à plein temps. L’Aviron aura un très bon staff, c’était important. Les fondations du projet sont les encadrants et il ne fallait pas uniquement penser joueurs, quand on veut construire sur le long terme.

Philippe Tayeb - Bayonne

Philippe Tayeb - BayonneMidi Olympique

Comment estimez-vous le recrutement par rapport à vos contraintes ?

Y.B. : Il permettra à l’Aviron d’avoir une équipe très compétitive, c’est certain. Ce qui dépendait de nous, c’était de choisir les joueurs disponibles, compte-tenu des engagements du passé qui sont réels. Philippe Tayeb et Pierre-Olivier Toumieux ont été très honnêtes avec nous là-dessus. Il y aura une année sur laquelle il faut honorer les engagements du passé qui sont conséquents. On en a tenu compte, mais on a fait un recrutement intelligent, malin, qui colle à l’image qu’on veut donner au projet. C’est-à-dire une image centrée sur une bonne attitude au travail.

Sur combien de contrats professionnels vous reposerez-vous ?

Y.B. : Entre les contrats pros et les contrats espoirs, il y aura entre 35 et 37 joueurs qui composeront l’effectif au sens large. Ils s’entraîneront toutes les semaines en s’appuyant énormément sur la formation locale. L’Aviron est un club formateur qui a beaucoup de résultats dans ses catégories de jeunes. Une équipe de Pro D2 doit s’appuyer sur sa formation. Mon expérience en équipe de France me fait dire que beaucoup de joueurs qui alimentent le XV de France sont passés par le Pro D2. Ce sera très cohérent de faire jouer des jeunes produits de la formation bayonnaise.

Comprenez-vous l’agacement des supporters par rapport aux départs de certains jeunes joueurs ?

Y.B. : J’ai passé dix-huit ans dans le même club, la formation est dans mon ADN. Je pense qu’on va faire du très bon travail avec le président Jean-Paul Champres. J’ai déjà envoyé des messages à l’Association dans ce sens-là. Chaque fois qu’on se pose une question, qu’il faut faire un choix, il faut se demander si l'intérêt sportif, réel, de l’Aviron Bayonnais est dans ce choix-là. Si l'intérêt sportif de Bayonne est de laisser partir certains éléments qui ont été formés ici, parce que les contraintes financières sont ce qu’elles sont, il faut trancher. Diriger, c’est prendre des décisions. Aujourd’hui, oui, je comprends cette frustration. Ça a été très dur pour moi d’annoncer aux jeunes joueurs (Arnaud Aletti, David Ménage) qu’on ne les conserverait pas. On ne peut pas se dire que la compétitivité de l’Aviron s’appuiera exclusivement sur des joueurs formés au club. Oui, elle s’appuiera dessus dans une grande partie des cas.

Yannick Bru - Pierre-Olivier Toumieux - Philippe Tayeb - Bayonne

Yannick Bru - Pierre-Olivier Toumieux - Philippe Tayeb - BayonneMidi Olympique

Beaucoup de joueurs issus des la formation locale porteront les couleurs de Bayonne l’année prochaine, mais pas que. Pour permettre à ceux-là de s’épanouir, il faut qu’ils soient encadrés par certaines recrues qui amènent une compétence qu’on n’avait pas à ce jour. Ces choix-là ont été faits en toute honnêteté, en toute transparence, compte-tenu de la contrainte financière et pour servir l'intérêt de l'Aviron Bayonnais. On avait une enveloppe budgétaire largement entamée par les engagements du passé, c’est vrai. Il n’y a pas de langue de bois par rapport à ça. Il a fallu recruter malin, intelligent, mais on l’a fait. Je suis fier du recrutement effectué et Bayonne sera très compétitif, il n’y aura pas d’excuses par rapport à ça. On n’a écarté personne, mais on n’a pas pu proposer à certains talents du club les contrats qu’ils auraient pu espérer.

Propos recueillis par Pablo Ordas.

Contenus sponsorisés
0
0