Icon Sport

Pro D2 - Massy, Azagoh et les jeunes...

Massy, Azagoh et les jeunes...

Le 06/08/2018 à 15:20Mis à jour Le 07/08/2018 à 14:54

PRO D2 - Vendredi soir à Montargis, Massy, le plus petit budget de la Pro D2 a impressionné en s'imposant face à Nevers (19-14). Une victoire au cours de laquelle plusieurs jeunes joueurs issus de la formation massicoise se sont encore illustrés. A commencer par le récent champion du monde des moins de 20 ans Pierre-Henri Azagoh...

Stade Champfleuri à Montargis, vendredi soir. Cadre champêtre, forêt omniprésente et tribune décrépie. Habitué aux joutes du championnat honneur du comité du Centre, la modeste enceinte accueille deux pensionnaires de Pro D2 venus se tester avant l'ouverture des hostilités dans quinze jours : Massy et Nevers. Un millier de quidams (selon la police), "plus" selon les organisateurs, évidemment. Ambiance conviviale, début de match intense. Et quand le speaker, cocardier et franchouillard, annonce fièrement que sur la pelouse évolue Pierre-Henri Azagoh, fraîchement sacré champion du monde des moins de 20 ans, quelques spectateurs se laissent aller à pousser la chansonnette sur l'air des lampions : "Champion du monde, champion du monde, champion, champion, champion du monde...". Paroles et musique tombées dans le domaine public.

Pierre-Henri Azagoh - U20

Pierre-Henri Azagoh - U20Icon Sport

Franchement, on ne remerciera jamais assez le speaker de nous avoir alerté. Parce que des matchs à trois tiers-temps et trente six changements, pas facile à suivre. Alors, on l'a pisté, Pierre-Henri Azagoh. Ça vaut quoi un bébé champion du monde ? A tout dire, on a été assez bluffé. D'abord, son "jump" en touche n'est pas passé pas inaperçu.

Il a parfois flirté avec les lignes à haute tensions situées à quelques encablures et s'est révélé être une des cibles privilégiées. Modeste, il rétorque : "J'ai de très bons lifteurs". Ensuite, son activité débordante a permis de combler quelques brèches en défense ou à assurer la continuité du jeu. Un ballon "gratté" ici ou là, un autre volé dans l'alignement en fin de rencontre et un culot qui ne laisse pas insensible. Il est même celui qui s'est rebiffé sérieusement quand un deuxième ligne neversois (bien plus coastaud que lui) s'est aventuré au delà de la ligne de hors jeu pour "choper" Dauvergne son demi de mêlée. "Il a du caractère, sourit Benoît Larousse l'entraîneur des avants. Et puis, il est excellent en touche, il peut jouer deuxième ligne et troisième ligne aile. C'est un gros potentiel. C'est le genre de gamin à qui nous voulons donner du temps afin qu'il continue de grandir."

Avec les Bleuets, il n'avait pas beaucoup joué durant le Mondial. "Moins d'une demi-heure sur l'ensemble de la compétition", selon son entraîneur Benoit Larousse. Vendredi soir, il a déjà joué plus. "De toute façon, ces gamins-là, ils devraient tous jouer en Pro D2, c'est la meilleure école, s'agace Didier Faugeron. Combien vont jouer en Top 14 ? Un, peut-être deux."

Benoît Larousse - coach Massy

Benoît Larousse - coach MassyIcon Sport

La question s'impose. "La Pro D2, c'est une très bonne école, reprend Pierre-Henri Azagoh. Ce championnat est formateur. Il y a de plus en plus de jeunes qui font le choix d'être prêté en Pro D2. Ça n'a rien à voir avec le championnat espoir. Il y a plus d'exigence, plus d'impact, plus de vitesse. Moi, en plus, j'ai la chance de jouer dans mon club, c'est encore mieux."

Mais pour combien temps ? Massy, estampillé parmi les meilleurs clubs formateurs de France, est habitué au pillage de fin de saison. Certains font le choix de rester. Un exemple ? Youri Delhommel. Révélation de la saison dernière, le talonneur massicois, homme de base du paquet d'avant à seulement 21 ans, s'est engagé pour trois ans avec Montpellier. "Mais en discutant avec Christophe Desassis (ndlr : le capitaine de Massy), il m'a dit pourquoi ne pas rester un an de plus sous forme de prêt. Mon objectif , c'est d'avoir du temps de jeu. J'en aurai sûrement pas eu autant à Montpellier qu'à Massy. L'idée m'a donc plu, j'en ai parlé avec les dirigeants et avec Vern Cotter. Ils m'ont donné très vite leur accord."

Sage décision. Delhommel, 22 ans aujourd'hui, va poursuivre son apprentissage, faire le bonheur de Massy, avant de débarquer sans doute plus fort dans l'hérault l'été prochain. "Pour moi, la question est encore un peu prématuré, reprend Pierre-Henri Azagoh. Tout dépendra de la saison que je vais faire avec mon club. Moi aussi, mon objectif, c'est de jouer le plus souvent possible."

A la lueur de sa performance vendredi soir, nul doute qu'il aura bien plus que les huit feuilles de match de l'an passé. Nul doute également qu'il sera l'objet de sollicitations venant de clubs plus huppés. Mais ça, Massy en a l'habitude.

Contenus sponsorisés
0
0