Midi Olympique

Pro D2 - Le projet du BO

Le projet du BO
Par Rugbyrama

Le 12/07/2018 à 08:49

Louis-Vincent Gave et Jean-Baptiste Aldigé tenaient, mercredi après-midi, une conférence de presse pour présenter la stratégie de développement du BOPB. Voici ce qu’il faut en retenir.

L’organigramme

En marge de la conférence de presse avait lieu une assemblée générale pendant laquelle, comme attendu, Louis-Vincent Gave a été élu Président du Conseil de Surveillance. Jean-Baptiste Aldigé, quant à lui, a été nommé Président du Directoire. Pour déterminer la politique générale du club, Gave sera épaulé par Laurent Mindurry, Serge Lagaronne, Charles Gave (qui sera Vice-président du Conseil de Surveillance), Nicolas Brusque, Valérie Siniamin, ainsi qu’un membre des Socios et de l’Association. Au niveau du Directoire, pour appliquer et mettre en œuvre la politique générale, Aldigé aura à ses côtés Emmanuelle Gave, Jean-Jacques Netter, Philippe Bernat-Salles et Olivier Couleau. Le budget, lui, s’élèvera à 10,5 millions. "Je suis arrivé ici un peu par hasard a rappelé Louis-Vincent Gave. Mais bon, je me suis retrouvé dans cette bataille et ça me fendait le cœur de voir ce club mourir. Je suis là et j’essaye de mettre en place des structures qui me paraissent logiques pour essayer de faire en sorte que ce grand club puisse être une force vive pour cette région et ce pays".

Louis Vincent Gave - Biarritz

Louis Vincent Gave - BiarritzMidi Olympique

Le staff

Au niveau de l’encadrement sportif, pas de grandes surprises. Les Biarrots, qui ont repris l’entraînement il y a un mois, sont dirigés par Jack Isaac, qui remplace Gonzalo Quesada en tant que manager de l’équipe professionnelle. Matthew Clarkin occupe, lui, le poste de directeur sportif du club. Il aura un rôle transversal pour s’assurer, à long terme, que les objectifs fixés par le club sont atteints. Jacques Cronje est l’entraîneur des avants, alors que l’entraîneur des arrières sera annoncé dans les prochaines semaines. Pour l’instant, un consultant dépanne dans la fonction : il s’agit de l’ancien entraîneur de l’équipe de Géorgie. Au niveau du centre de formation, pas de changement : Mathieu Rourre reste Directeur. L’association est toujours dirigée par Jean-Philippe Tourgis.

Mathieu Rourre - Biarritz

Mathieu Rourre - BiarritzIcon Sport

Le sportif

Biarritz, qui a connu un exercice compliqué l’an dernier tant sur le plan extra-sportif qu’en termes d’effectifs, s’est renforcé. 18 recrues viennent étoffer un groupe qui compte 45 joueurs. Un joker médical va toutefois arriver puisque Elvis Lévi, touché aux ligaments croisés la semaine dernière, manquera le début de championnat. Les rouge et blanc affronteront Montauban le 3 août en amical puis le Stade Montois six jours plus tard, avant de débuter le championnat avec la réception de Nevers.

La formation sera l’axe principal autour duquel va s’articuler le projet mis en place par la nouvelle gouvernance. Le centre de formation sera constitué de 26 stagiaires, contre 12 l’an dernier. "À terme, notre objectif est de faire que tout jeune, qui en a les moyens, puisse rester au Pays Basque pour vivre son rêve de carrière rugbystique au plus haut-niveau. Le BO doit devenir le club de référence, sur la formation, sur notre territoire" a expliqué Gave. L’objectif sportif annoncé est de rester dans les 20 meilleurs clubs français.

Aguiléra réorganisé

Le stade Aguiléra va connaître quelques bouleversements la saison prochaine. Les supporters, habituellement placés dans la tribune Serge Kampf changent de côté. Ils vont désormais occuper la tribune Blanco alors que les partenaires, eux, feront le chemin inverse. Aguiléra aura également sa zone réservée aux joueurs de l’école de rugby et une autre pour les "Kids", où les parents pourront laisser leurs enfants à la garderie. Une offre de restauration, au sein du stade, va également être proposée aux supporters avec différentes gammes de produits selon la fourchette budgétaire.

Conférence de Presse - Biarritz

Conférence de Presse - BiarritzMidi Olympique

Le modèle Rochelais

Pour justifier la stratégie de développement du club, Jean-Baptiste Aldigé n’a pas hésité à citer le modèle du Stade Rochelais. "Si vous êtes dans les 20 meilleures équipes françaises, il ne peut vous arriver que des bonnes choses. Si vous dites vouloir être dans les 14, vous prenez déjà un risque. Agen, Bordeaux ou La Rochelle ont le même discours. Si mes souvenirs sont bons, le Stade Rochelais est monté puis descendu deux ou trois fois avec un budget en Pro D2 autour de 6 ou 7 millions. Ils sont montés, descendus, mais ce n’était pas grave. La politique générale restait la même. Ils ont engrangé, ont investi dans la structure. Biarritz doit se calquer sur le modèle : un euro en masse salariale, un euro en structure. La Rochelle a fait un centre de formation, un nouveau stade, a fidélisé un public. Ils ont rendu attrayant leur produit puisqu’aujourd’hui, il y a une liste d’attente pour être partenaire là-bas. Puis, ils ont fait un pari : Victor Vito. Grâce à leurs résultats sportifs, ils avaient les moyens de se payer ce genre de pari. Ça a marché, puis vous avez l’histoire de ces dernières années où ils ont décollé. Tout ça n’est que le fruit d’un travail sportif. C’est le sportif qui a amené le financier et non le contraire".

Par Pablo Ordas

Contenus sponsorisés
0
0