Rugbyrama

Pro D2 - Brive, comme on se retrouve

Brive, comme on se retrouve
Par Rugbyrama

Le 25/07/2018 à 09:45Mis à jour Le 25/07/2018 à 09:52

Après plus de six années passées dans l’élite du rugby français, Brive retrouve le championnat de Pro D2. Un retour vers le futur pour les Brivistes qui voudront directement prendre l’ascenseur mais cette fois-ci dans l’autre sens.

La fraîcheur Jérémy Davidson

Après son départ de l’Union Bordeaux Bègles, Jérémy Davidson n’a pas mis longtemps à trouver un nouveau point de chute. Avec ce choix de l’installer au poste de manager, Brive s’est offert un homme qui aura à cœur de se racheter d’une dernière saison décevante avec Bordeaux. Passé également par Castres, Aurillac où il n’a laissé que des bons souvenirs, il est avant tout un coach réputé pour sa grande expertise en défense, secteur dont il était en charge quand il entraînait l’Ulster. Mais à Brive c’est souvent l’attaque qui fait défaut donc Davidson a du travail en perspective.

Jeremy Davidson (Ancien coach de Bordeaux)

Jeremy Davidson (Ancien coach de Bordeaux)Icon Sport

Said Hirèche, en guide

Sur les 20 matchs dont il a disputé comme titulaire, Said Hirèche a toujours porté le brassard de capitaine. Preuve que le club possède une grande confiance en lui. D’ailleurs le troisième ligne le rend très bien. Il n’a pas succombé aux sirènes du Top 14 et a dit très vite qu’il comptait poursuivre l’aventure dans son club. L’année dernière, malgré la descente, c’est lui qui a été le plus constant sur l’ensemble de la saison. Les Brivistes gardent donc une pièce maîtresse dans l’optique de la montée.

Said Hireche (Brive)

Said Hireche (Brive)Icon Sport

Au bon souvenir de 97…

Le point culminant de l’histoire du CABCL réside un soir de 25 janvier 1997 à Arms Park de Cardiff. Face à un adversaire annoncé favori par tous les bookmakers du monde : les Leicester Tigers, référence du rugby mondial. Avec sa pléiade d’internationaux Back, Greenwood, Underwood, et Rowntree, le club anglais arrive dans le costume du favori et on donnait très peu de chance aux Brivistes. Mais les hommes de Laurent Steigne et Pierre Montlaur vont créer l’exploit en infligeant une véritable correction aux Anglais 28-9. Jamais champion de France, ils affichent pourtant une sublime étoile grâce à ce premier titre européen et le dernier jusqu’à aujourd’hui.

Tout en haut

Les dirigeants n’ont pas pu retenir certains joueurs cadres de l’effectif : Ledevedec, Sanconnie, Lapeyre, Germain et Masilevu. Pour pallier ces départs importants, le club était dans l’obligation de recruter. Et ils ont réalisé un recrutement très intéressant avec les arrivées de Stuart Olding à l’ouverture, de l’ailier Axel Muller et des jeunes Peceli Nacebe et So'otala Fa'aso'o.

Stuart Olding

Stuart OldingIcon Sport

L’ascenseur… dans l’autre sens

Six ans… six ans que Brive n’avait plus connu les peines d’une relégation en Pro D2. Un retour en arrière donc pour des Brivistes qui n’auront pas envie de rester bien longtemps dans l’antichambre du rugby français. Avec un coach expérimenté et un CV bien rempli, ajouté à des recrues de qualités, Brive se veut très ambitieux pour cette saison pour regoûter rapidement aux joies de l’élite française. L’ambition est là, l’attente est grande et les supporters noir et blanc sont donc pressés de retrouver leur antre d’Amédée Domenech pour un exercice 2018-2019 qui s’annonce palpitant.

Par Lucas Meirinho

Contenus sponsorisés
0
0