Rugbyrama

Pro D2 - Aurillac, nouvel horizon

Aurillac, nouvel horizon
Par Rugbyrama

Le 13/07/2018 à 16:29

Après une saison difficile, onzième au classement, Aurillac repart sur de nouvelles bases. Nouveau départ donc pour un club qui cherche à retrouver les phases finales, 2 ans après, avec un effectif profondément remanié.

Le duo Bester - Peuchlestrade aux commandes

Alors que Thierry Peuchlestrade attaque sa seizième saison sur le banc d’Aurillac, André Bester entame lui sa deuxième année. L’entraîneur sud-africain, ancien talonneur des Cheetahs, est reconduit à son poste aux côtés du coach français. Les deux hommes débutent l’exercice avec plus de certitudes que la saison dernière. En effet, la première année est toujours compliquée, ils ne se connaissaient pas encore assez et découvraient les petites habitudes de chacun. Aujourd’hui, ils marchent dans le même sens et pourront apporter leur expertise et leur soif de travail à un groupe en reconstruction.

coach - Aurillac Thierry Peuchlestrade

coach - Aurillac Thierry PeuchlestradeIcon Sport

Maxime Petitjean néo-retraité, place à Paul Boisset

15 avril 2018, Maxime Petitjean inscrit le dernier essai de sa carrière face à Mont-de-Marsan. Une dernière partition à la hauteur de son immense carrière, notamment à Aurillac où le joueur aura laissé une trace indélébile. Véritable légende vivante, il est devenu à l’intersaison entraîneur des arrières. L’année dernière, il se disputait le brassard de capitaine avec Paul Boisset. L’enfant du pays, au club depuis 2007, avait déjà eu le capitanat l’année dernière à 17 reprises. Avec la retraite de Petitjean, le demi de mêlée aurillacois sera le capitaine numéro 1 cette saison.

Paul Boisset - Aurillac

Paul Boisset - AurillacIcon Sport

À l’accent sud-africain

Avec son binôme cantalien, André Bester a misé sur un recrutement en quantité pour pallier les nombreux départs, dont certains cadres comme Romain Briatte (Agen), Maxime Granouillet (Colomiers), Alex Luatua, Robert Lilomaiava, Junior Maninos (Montauban) et Nicolas Catanzano. Du côté des arrivées, un vent sud-africain souffle dans le Cantal avec les arrivées d'Adrian Smith, Andries et Nardus Van der Walt et Shaun Adendorff. Des recrues qui vont apporter tout leur poids et leur puissance à la formation d’Aurillac.

Retrouver goût aux phases finales

Après deux saisons ternes, une onzième place la saison dernière et une huitième en 2016-2017, Aurillac veut jouer les premiers rôles et se battre pour la qualification en phases finales, une performance qu’ils n’ont plus réalisée depuis la saison 2015-2016. À l’époque, ils avaient terminé troisièmes du championnat et échoué en finale d’accession face à Bayonne (21-16). Les Aurillacois veulent regoûter aux ambiances chaudes et électriques des matchs à élimination directe. Pour cela, ils devront être constants sur toute la saison. Premier test le 17 août face à un concurrent très sérieux, Oyonnax.

Contenus sponsorisés
0
0