Icon Sport

Pérez : "Toujours une histoire d’amour"

Pérez : "Toujours une histoire d’amour"
Par Rugbyrama

Le 04/02/2018 à 17:21

De retour pour la première fois à Aimé-Giral depuis son arrivée à Colomiers. Le troisième ligne catalan, dernier membre du titre en 2009, s’est livré après la victoire de Perpignan (40-13).

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Rugbyrama : Le score est un petit peu dur pour vous ?

Jean-Pierre Perez : On les a accrochés en première mi-temps, on a essayé de tenir les ballons, on marque sur un ballon porté. Cela n’a pas suffi. Quand on n’a pas le ballon et qu’en face ça va très vite et que c’est organisé, c’est compliqué. On le savait. Colomiers fait un bon début de première période, mais ensuite, nous avons essayé de rester chez eux sans parvenir à scorer. Et ils ont ensuite déroulé…

C’était un match de phase finale, les deux équipes peuvent-elles se retrouver plus loin ?

J-P.P. : Non, nous on ne pense pas à ça. Eux ils bataillent pour les deux premières places, nous on s’accroche pour essayer de ramener une qualification. On n’est pas dans le même objectif. Il reste encore quelques matchs, on verra bien.

" Au vestiaires visiteurs, on y allait pour la vidéo"

D’habitude Perpignan c’est une équipe qui vous réussissait, comment expliquez-vous cette lourde défaite ?

J-P.P. : Pour avoir passé pas mal de temps de l’autre côté, Colomiers c’était la bête noire. Cette année, on n’a pas réussi à renverser cette première mi-temps, on était à 17 points de retard et en deuxième mi-temps on a pas su inverser cette pression.

Personnellement, quelles sensations as-tu eu pour ton retour ?

J-P.P. : C’est un peu bizarre. Le vestiaire visiteurs, j’y allais d’habitude pour la vidéo (rires). Cela fait toujours bizarre de retrouver du monde que je connais. Même si je suis parti comme je suis parti je suis le premier supporter de ce club. Il y a de bons jeunes, je l’ai toujours dit. Ils sont bien encadrés en plus avec un staff que je connais, ce n’est que du positif depuis un petit moment. Ça se voit sur le terrain, ça se ressent et c’est une bonne chose, il faut que ça continue.

Les supporters catalans t’ont offert de belles retrouvailles ?

J-P.P. : Moi et le public d’Aimé-Giral ça a toujours été une histoire d’amour, depuis que j’ai commencé jusqu’à la fin que ce soit en bien ou en mal. Ils ont toujours été présents dans les bons comme dans les mauvais moments. Ils sont toujours là et il faut que ça dure. Le club a besoin d’eux.

Propos recueillis par Pierre Daudiès.

Contenus sponsorisés
0
0