Midi Olympique

Joris Segonds (Aurillac) : "Il faudrait qu’on revoit notre système de jeu"

Un jour, un joueur : Segonds (Aurillac)
Par Rugbyrama

Le 15/05/2018 à 16:59Mis à jour Le 15/05/2018 à 18:07

Le jeune demi d’ouverture d’Aurillac revient avec Rugbyrama sur la difficile saison des Cantalous. L’occasion de parler de l’arrivée du nouvel entraîneur et de son explosion au plus haut niveau.

Rugbyrama : Joris , Aurillac se présentait avec des ambitions cette saison pourtant tout ne s'est pas déroulé comme prévu...

Joris Segonds : Complètement, au début de saison l’objectif du club était de se qualifier. Il ne faut pas oublier qu’il y a deux ans ils avaient fait la finale. Et puis au fur et à mesure des matchs, la saison a pris un autre tournant et on a joué le maintien. À partir du moment où on perd 3 matchs à la maison et qu’à l’extérieur on ne gagne pas un match hormis à Narbonne, on ne peut pas espérer se qualifier.

Vous avez accueilli un nouvel entraîneur en la personne d'André Bester, comment cette arrivée s'est-elle passée ?

J.S. : Au début cela a été un peu bizarre, car on connaissait Jérémy [Davidson, entraîneur de 2011 à 2017, ndlr] depuis longtemps. Dans le jeu peu de choses ont changé, mais c’est surtout au niveau de l’entraînement qu’il y a eu du changement. L’an passé on jouait beaucoup tous ensemble et on touchait le ballon très souvent. Cette saison il y avait un jour qui était basé sur l’attaque, un autre pour la défense, un autre que pour le physique.

La méthode a été difficile à assimiler par certains joueurs ?

J.S. : Cela a fait bizarre à tout le monde, car on a vu que l’équipe tournait beaucoup moins que l’année dernière. Pour certains joueurs cela a été compliqué, l’année dernière ils jouaient tous les matchs et cette saison ils n’en ont joué que 2 ou 3. Après ce n’est pas parce qu’il y a eu un nouvel entraîneur qu’on a fait une saison comme ça. C’est plutôt nous les joueurs qui n’ont pas été au niveau.

Baptiste Hezard (Aurillac)

Baptiste Hezard (Aurillac)Icon Sport

Les consignes des entraîneurs étaient-elles bien comprises par le groupe ?

J.S. : Oui, oui. Les consignes étaient comprises, mais on s’est rendu compte que notre plan de jeu a été rapidement décrypté par les autres équipes. Alors on n’a peut-être pas été bon, mais je pense qu’il faudrait revoir notre système de jeu.

Cette défaite inaugurale à domicile face à Colomiers, n’est-elle pas le signe que la saison allait être compliquée ?

J.S. : Faire une erreur cela peut arriver à tout le monde. Mais après le premier match, on s’est posé beaucoup de questions, car certains joueurs qui jouaient tout le temps l’an passé n’étaient même pas sur la feuille de match. Le problème c’est surtout que nous ne sommes jamais parvenus à enchaîner. On pouvait faire un super match à l’extérieur et ne pas arriver à mettre un pied devant l’autre au match suivant. Je pense qu’il y a eu, à un moment donné, un manque de fraîcheur physique, car les joueurs faisaient énormément de feuilles de matchs. Sur des matchs à l’extérieur notamment on aurait peut-être pu faire un peu plus tourner.

Thomas Salles - Aurillac (Massy/Aurillac)

Thomas Salles - Aurillac (Massy/Aurillac)Icon Sport

Tu sentais que le groupe arrivait en fin de cycle ?

J.S. : Au début de saison, je ne m’y attendais pas du tout. Il y a deux ans ils avaient quasiment tous fait la finale. Il y a eu quelques nouveaux, dont des internationaux, donc je me suis dit qu’on allait avoir une sacrée équipe. Au fil des matchs, les anciens ont clairement dit qu’on était sur la fin d’un cycle, mais qu’il fallait survivre. Il fallait assurer cette saison et pour reconstruire la saison prochaine.

À titre personnel, tu prends la place de Maxime Petitjean, comment tu vis cette transition expresse ?

J.S. : Je ne m’y attendais pas du tout. L’année dernière j’avais fait 7 matchs, dont les 6 derniers avec les pros. Personnellement je pensais faire toute ma saison en espoirs avec quelques apparitions avec l’équipe professionnelle. Et puis j’ai été pris lors des matchs amicaux notamment lors de la rencontre face à Brive où j’étais dans le groupe. À la veille du premier match contre Colomiers je me vois dans le groupe et c’est la grande surprise même si je ne rentre pas en jeu. Le match suivant contre Montauban je fais mon entrée sur la pelouse. Et depuis, les coachs m’ont mis dans le groupe tous les week-ends.

Quels sont les objectifs d’Aurillac la saison prochaine ?

J.S. : Je ne sais pas du tout. Normalement le club comme chaque année va vouloir viser les six premières places. C’est sûr qu’ils ne nous diront pas de jouer le maintien, car ils ne veulent pas en entendre parler, malgré la saison qu’on vient de passer.

Tu ambitionnes le Top 14 à court terme ?

J.S. : L’année prochaine, je suis toujours à Aurillac. Après c’est sûr que le Top 14 cela me fait rêver. Vous savez quand on commence à jouer à un certain niveau, le jour d’après tu essaies de monter un peu plus haut. Le Top 14 c’est un rêve de gosse. Mais dans tous les cas je voulais effectuer une saison supplémentaire en Pro D2. C’est allé tellement vite que je n’ai pas eu trop le temps de jauger mon niveau donc je veux refaire une saison de Pro D2 pour être sûr de moi plutôt que partir et de ne pas jouer.

Propos recueillis par Théo Combes

Contenus sponsorisés
0
0