Icon Sport

Bécognée, travailleur de l’ombre

Bécognée, travailleur de l’ombre
Par Rugbyrama

Le 14/02/2018 à 17:05Mis à jour Le 14/02/2018 à 17:06

Le jeune troisième ligne de Mont-de-Marsan, Alexandre Bécognée a connu ses premières titularisations cette saison en Pro D2. A 21 ans, il passe de l’ombre à la lumière.

Quand il pose le pied sur les terrains de rugby pour la première fois, à 14 ans. Alexandre Bécognée, n’imagine pas une seule seconde que sept ans plus tard, il découvrira le monde professionnel et s’épanouira dans ce sport. Le rugby croise sa route, par hasard :

"j’étais au foot avec mes potes et quand ils se sont mis au rugby, j’ai suivi" explique-t-il. Un an à l’Entente des Graves (union de Cestas, Gradignan, Léognan et la Brède), puis il arrive au Stade Bordelais pour une saison et s’épanouit, "j’ai rencontré Stéphane Barrau (un entraîneur du club), me confie-t-il. Il a cru en moi, il disait que j’avais des capacités". C’est à Bègles qu’il va les exploiter, c’est là-bas d’ailleurs qu’il se fait repérer par les dirigeants de Mont-de Marsan. Une confrontation contre le club des Landes, un bon match, un coup de fil en fin de saison et voilà Alexandre Bécognée qui débarque au Stade Montois, en espoir d’abord. Petit à petit, sans faire trop de bruit, le troisième ligne progresse jusqu’à participer à quelques matchs avec les professionnels depuis septembre.

Narbonne et Mont de Marsan

Narbonne et Mont de MarsanIcon Sport

" Jouer au maximum"

Bon plaqueur depuis qu’il a commencé, le poste de troisième ligne aile paraissait être une évidence : "au début on me met à cette place pour ça, puis après j’ai développé d’autres qualités". Elles sont physiques d’abord, 1m88 pour 106 kg. Mentales aussi pour celui qui se définit comme "un travailleur de l’ombre", pas effrayé par le fait de mettre la tête là ou certains ne mettraient pas la main. Une générosité qu’il a vu récompensée, le 18 Aôut 2017, quand le duo David Auradou, Christophe Laussucq a décidé de lui faire confiance lors de la première journée de Pro D2. Il raconte : "c’était un beau moment, il y avait de la peur et de l’excitation".

Thibaud Rey de Mont de Marsan

Thibaud Rey de Mont de MarsanIcon Sport

Depuis, il a disputé plus de la moitié des rencontres avec le Stade Montois comptabilisant même 9 titularisations "pour le moment je prends tout ce qu’on me donne, lance-t-il, étant jeune, il vaut mieux jouer au maximum et j’aurais le temps de me projeter ensuite".

Le 2 février, il a d’ailleurs signé trois saisons supplémentaires avec le club des Landes, un nouveau contrat qui vient couronner ses bonnes performances.

Contenus sponsorisés
0
0