Icon Sport

À Grenoble, la remobilisation a bien lieu

À Grenoble, la remobilisation a bien lieu

Le 10/05/2018 à 09:05

Si la déception a été profonde après leur défaite en finale de Pro D2 face à Perpignan, les Grenoblois se sont tournés vers le barrage d’accession samedi (14h45) face à Oyonnax dans un stade des Alpes qui devrait pousser fort derrière son équipe.

"C’est une immense déception. On voulait être champions mais on a laissé passer le train." Une grosse vingtaine de minutes après la défaite en finale de Pro D2 face à Perpignan (13-38) dimanche, Lucas Dupont résumait toute la tristesse qui animait le vestiaire de Grenoble. Les près de 4 000 supporters du FCG qui avaient fait le déplacement à Toulouse, plus ceux restés en Isère, partagent cette déception. "Au fond du cœur, ça fait mal", confie Cédrick Kambourian, président des Mammouth’s, un des clubs de supporters grenoblois. "J’étais déjà au Parc des Princes en 1993 pour la finale du championnat contre Castres. En termes de ressenti personnel, ça fait aussi mal d’avoir perdu cette finale contre Perpignan."

" Tous au stade samedi pour le barrage (Mélé)"

Malgré cette déception, tout monde a commencé à se remobiliser en vue du barrage d’accession contre Oyonnax samedi (14h45) au stade des Alpes. Certains joueurs ont battu le rappel : "Tous au stade samedi pour le barrage", a exhorté David Mélé lundi sur Twitter. Mickaël Capelli en a fait de même mardi. "Merci aux personnes ayant fait le déplacement jusqu’à Toulouse. Vous avez joué votre rôle à fond et on vous attend avec la même ferveur ce week-end au stade des Alpes."

David Mélé (Grenoble)

David Mélé (Grenoble)Icon Sport

Que les Grenoblois se rassurent, si tant est qu’ils sont inquiets, leurs supporters seront bien au rendez-vous samedi. "On sent que les gens se mobilisent cette semaine", observe Cédrick Kambourian. "Il y aura beaucoup de monde pour ce match. Je pense qu’on va s’acheminer vers un stade des Alpes bien garni, voire même à guichets fermés."

13 500 places vendues mercredi en fin d’après-midi

Mercredi en fin d’après-midi, 13 500 places avaient déjà été vendues pour ce barrage. Même si de nombreux Oyonnaxiens effectueront à n’en pas douter le court voyage jusqu’en Isère, le stade des Alpes devrait être en majorité rouge et bleu. "On va tout faire pour colorer au maximum ce stade pour que quand les joueurs vont rentrer sur la pelouse ils sentent qu’ils ont vraiment un gros public derrière eux qui les aidera dans ce match", annonce Cédrick Kambourian. "On a envie d’y croire et de se dire pourquoi pas face à Oyonnax même si on sait que ça va être très compliqué. Il va falloir pousser une dernière fois derrière l’équipe pour pourquoi pas rêver plus grand."

Les Grenoblois vont disputer leur 34e rencontre d’une saison à rallonge. Après en plus avoir joué dimanche contre samedi pour les "Oyomen", l’accent est mis une nouvelle fois cette semaine sur la récupération avant ce dernier combat. "Lorsqu’on perd une finale, dans 99 % des cas, il n’y a plus rien derrière, tu es avec ta tristesse et tu te débrouilles tout l’été", soulignait Stéphane Glas."Là, il y a un match samedi qui peut faire monter le club en Top 14."[…]"C’est une autre finale, il y a quelque chose au bout."

Contenus sponsorisés
0
0