Icon Sport

2e journée Pro D2 - Colomiers s'impose au finish contre Perpignan (27-25)

Colomiers est allé arracher sa victoire... à la 89e minute

Le 27/08/2017 à 16:21Mis à jour Le 27/08/2017 à 19:26

PRO D2 - Mené une grande partie du match, Colomiers s'est imposé à la 89e minute grâce à un essai de pénalité contre Perpignan (27-25). L'Usap peut être folle de rage.

Colomiers revient de très loin ! Malmenés durant une bonne partie de la rencontre par une équipe de Perpignan venue à Michel-Bendichou avec beaucoup d’intentions, les Haut-Garonnais ont trouvé d’ultimes ressources pour aller chercher la victoire (27-25) plus de huit minutes après la sirène, sur un essai de pénalité (80e+9). Jonathan Bousquet pensait avoir fait le plus dur en inscrivant tous les points de l’Usap - un essai transformé (6e) et six pénalités - mais cela n’a pas suffi. L’USC rejoint Grenoble en tête du Pro D2 avec huit points en deux matches tandis que Perpignan doit se contenter du bonus défensif.

Tout avait pourtant l’air d’une leçon de pragmatisme de la part des Sang et Or, réalistes en première période au contraire des Columérins. Ces derniers se sont résignés à prendre des points au pied avant la pause, après avoir butté deux fois tout près de l’en-but adverse (20e, 29e).

Perpignan s’est tiré une balle dans le pied

Menés 16-3 à la mi-temps, les partenaires d’Aurélien Béco se sont fait remonter les bretelles dans le vestiaire. Leur retour dans la partie fut toutefois impulsé par deux erreurs défensives adverses, dont un plaquage fébrile d'Ecochard qui a permis l’essai de Lagain (42e). Le point de départ de la véritable réaction d’orgueil columérine, d’une durée de quinze minutes, le temps de repasser devant 17-16 grâce notamment à un essai de Poët (47e).

Fabrice Catala (Colomiers) face à Perpignan - 27 août 2017

Fabrice Catala (Colomiers) face à Perpignan - 27 août 2017Icon Sport

Essoufflée par la chaleur et poussée à la faute par Perpignan, l’USCo aurait pourtant perdu ce match si Enzo Selponi ne s’était pas trompé. Entré en jeu quelques minutes plus tôt, le jeune ouvreur a tapé directement en touche un ballon de relance depuis ses 22 mètres (67e), puis il a raté une pénalité facile (72e). Il restait alors trois minutes à jouer. Deux erreurs qui ont coûté cher. L’Usap a fini par craquer après une série incroyable de pénalités contre elle. L’épilogue d’une bien sale après-midi pour une équipe qui perd en plus Brazo sur blessure.

Contenus sponsorisés
0
0