Icon Sport

Sans un leader à la domination écrasante, cette Pro D2 s’avoue bien plus passionnante

Sans un leader à la domination écrasante, cette Pro D2 s’avoue bien plus passionnante

Le 22/02/2017 à 14:27

PRO D2 - C’est inhabituel en championnat : aucune équipe n’écrase la concurrence comme ont pu le faire Lyon, Oyonnax ou Pau les saisons précédentes. Là, il n’y a que 5 points d’écart entre le leader, Oyonnax, et le 6e, Biarritz. Et ce n’est pas anodin si de nombreux observateurs s’accordent à dire que la Pro D2 n’a jamais été aussi passionnante.

"C’est une évidence : la Pro D2 est passionnante depuis des années mais elle l’est encore plus cette année tant le championnat est serré". Olivier Magne, ancien troisième ligne international (90 sélections) et consultant pour Eurosport plante le décor. Oui, cette cuvée 2016/2017 de Pro D2 est excellente. Et c’est dû en grande partie à cette lutte incroyable dans le haut du tableau. Imaginez : il n’y a que 5 points d’écart après 21 journées de championnat entre le leader Oyonnax (59) et Biarritz (54), 6e et donc aux portes d’une place de qualifiable.

L'équipe d'Oyonnax - 18 novembre 2016

L'équipe d'Oyonnax - 18 novembre 2016Icon Sport

La nouveauté cette année, c’est qu’il n’y a aucune équipe qui domine outrageusement les débats. L’an passé, à la même époque, Lyon comptait 22 unités de plus que son dauphin, Bayonne. La saison encore d’avant, Pau en possédait 16 de plus qu’Agen, deuxième. En 2012/2013, Oyonnax devançait La Rochelle de 16 longueurs. "C'est génial, on change de leader toutes les semaines. Il n'y a pas une journée sans enjeu et sans surprise. Toutes les équipes se déplacent pour gagner tellement chaque point compte. Aucun rencontre n'est galvaudée", appuie Cécile Grès, journaliste terrain sur Eurosport.

" Je ne me suis jamais autant éclatée... (Géraldine Pons)"

Une bonne nouvelle pour la Pro D2, dans l’ombre d’un Top 14 de plus en plus puissant. "Le salut des équipes passe par le jeu et l'offensif. 668 essais depuis le début de la saison, c'est énorme", rajoute Cécile Grès. "Je ne me suis jamais autant éclatée sur le plan professionnel. Cette saison est bien plus intense. Tous les matches sont intéressants et nous passons énormément de temps pour faire les choix concernant les sujets diffusés à l’antenne", rapporte Géraldine Pons, rédactrice en chef rugby sur Eurosport et présentatrice de Soir de Pro D2.

Deux cartons rouges lors de Biarritz - Montauban - 9 février 2017

Deux cartons rouges lors de Biarritz - Montauban - 9 février 2017Icon Sport

"Du fait que personne ne domine vraiment, ce championnat est bien plus ouvert et sympa", souligne cette dernière. Et sur le terrain, ce phénomène se traduit par une pression supplémentaire. "Il y a une pression véritablement palpable. Sur les bancs, les entraîneurs savent se tenir mais il y a une forme nouvelle de crispation par rapport à l'an dernier. Sur le terrain, il y a une nervosité beaucoup plus grande. On se cherche plus, on se parle plus, on dégoupille plus vite... 18 cartons rouges depuis le début de la saison. L'an dernier à la même époque, il y en avait eu seulement 4", mentionne Cécile Grès.

" Le tableau de Mont-de-Marsan est très favorable (Olivier Magne)"

Olivier Magne, toutefois, apporte un petit bémol à l’absence d’une équipe au-dessus du lot. "Avec cette homogénéisation, le niveau a pour moi baissé en Pro D2. L’écart avec le Top 14 a augmenté et il y a un nivellement entre la Pro D2 et la Fédérale 1. Il n’y a qu’à voir le comportement de Soyaux-Angoulême et Vannes qui sont en passe de se maintenir. Et ce serait une première qu’aucun promu ne descende. De plus, l’équipe qui terminera première aura du mal à exister en Top 14 l’an prochain car elle aura eu moins de temps pour se préparer. Prenons l’exemple de Lyon : l’an passé, il a caracolé et cette année, il connait de grosses difficultés".

Mont-de-Marsan, c'est la grosse cote d'Olivier Magne

Mont-de-Marsan, c'est la grosse cote d'Olivier MagneIcon Sport

Justement, qui finira premier et accédera directement au Top 14 ? "C’est très indécis mais je mets une petite pièce sur Oyonnax", mise Geraldine Pons. "Mais j’aimerais être surprise". Olivier Magne, lui, joue la grosse cote avec Mont-de-Marsan. "Leur tableau est très favorable. De plus, s’il faut aller chercher des bonus offensif, les Montois ont le jeu pour et une attaque très performante". Agen, Biarritz, Colomiers, Montauban voire Aurillac et Perpignan auront aussi leur mot à dire, c’est une certitude. "Je vous annonce une 30e journée de feu où il va falloir sortir les calculettes", lâche Magne. Passionnant, jusqu’au bout...

Retrouvez chaque vendredi lors d'une journée de championnat "Les Tontons Flankers" (animé par Christian Califano) et Soir de Pro D2 (animé par Géraldine Pons).

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0