Icon Sport

PRO D2 - Christian Lanta (Perpignan) : "On oublie de citer Colomiers parmi les favoris"

Lanta : "On oublie de citer Colomiers parmi les favoris"

Le 03/11/2016 à 15:21Mis à jour Le 18/11/2016 à 12:12

PRO D2 - Entre l’Usap qui a retrouvé des couleurs et Colomiers qui ne peut plus cacher ses ambitions, le match de dimanche a tout d’un choc. Christian Lanta, le manager perpignanais, attend que cet affrontement confirme le regain de forme des siens.

Comment expliquer le redressement de l’Usap depuis le début du deuxième bloc ?

Christian LANTA : Ça vient surtout du fait que les joueurs ont pris leurs responsabilités. Tout le monde a compris qu’il ne fallait plus reculer mais sauter l’obstacle. Et même si nous n’étions pas bons au début de la saison, le groupe a toujours eu envie de bien faire mais il a fallu attendre le match face à Oyonnax pour que tout le monde se rassemble. Mon expérience m’a permis de côtoyer plusieurs groupes et je sais que celui-là est lié par quelque chose de fort. Les leaders jouent leur rôle et les jeunes apportent leur enthousiasme. Mais la confiance se greffe sur les victoires. C’est pour cette raison qu’après Oyonnax, nous avons enchainé sur des résultats positifs. Le redressement est amorcé mais restons humbles, il faudra confirmer contre des gros.

" Être un ancien du club n’est pas un argument suffisant pour faire un bon entraîneur"

Ça coïncide avec l’arrivée des deux nouveaux entraîneurs, Patrick Arlettaz et Perry Freshwater, deux anciens de la maison ?

C.L : Ils ont un bon feeling avec les joueurs mais être un ancien du club n’est pas un argument suffisant pour faire un bon entraîneur. Patrick amène son expérience et sa maturité au groupe. Il véhicule de l’enthousiasme et sa méthode fonctionne. Le fait d’être un ancien de la maison peut éventuellement être un plus dans la mesure où il a eu certains joueurs dans les catégories de jeunes mais ce qui compte avant tout, c’est sa compétence. Quant à Perry, il s’occupait déjà de la mêlée avec laquelle il faisait du bon boulot et il poursuit aujourd’hui son travail avec une mission élargie.

Patrick Arlettaz et Perry Freshwater ont-ils su trouver les mots au moment de leur prise de fonction ?

C.L : Les mots ont leur limite ! La seule chose qui valide le travail de la semaine, c’est la victoire. Les actes font du bien dans les têtes, le reste, ça s’oublie vite.

Christian Lanta (Perpignan) - octobre 2016

Christian Lanta (Perpignan) - octobre 2016Icon Sport

En ce sens, une victoire face à Colomiers pourrait faire du bien dans les têtes. Êtes-vous surpris de retrouver ce club en troisième position ?

C.L : On parle beaucoup d’Agen, d’Aurillac et d’Oyonnax mais je trouve qu’on oublie de citer Colomiers parmi les favoris. Colomiers fait aujourd’hui référence. J’ai en mémoire la demi-finale de Pro D2 l’année dernière qui ne bascule que sur des exploits bayonnais ! Il y a de la stabilité dans ce club et ça se ressent dans leur jeu, très équilibré. Ils ont gagné à Oyonnax, nous sommes donc très conscients de leurs qualités…

Le retour de Bernard Goutta, bien qu’il soit déjà revenu, rend-il le match plus particulier encore ?

C.L : Compte tenu de ce qu’il apporté comme joueur, comme capitaine et comme entraîneur, il est évident que Bernard a marqué le club. Pour lui aussi c’est un match particulier et on peut imaginer qu’il rêverait de venir faire un coup ici et que ses joueurs auront envie d’exaucer ce rêve. Mais malgré tout le respect que nous avons pour Bernard et pour Colomiers, nous aussi nous avons envie de gagner.

Contenus sponsorisés