Icon Sport

Christian Gajan sur le cas Serge Laïrle : "Elle est où, la grande famille du rugby français ?"

"Elle est où, la grande famille du rugby français ?"

Le 09/11/2016 à 14:28

PRO D2 - Déçu de voir la manière dont a été traité le cas Serge Laïrle à Bourgoin, Christian Gajan regrette que le monde professionnel ait oublié le sens du mot solidarité.

Christian Gajan a attendu plusieurs jours mais rien n'est venu. Rien, pas une ligne, pas une phrase ni même un tweet pour s'émouvoir du sort réservé à Serge Laïrle.

Un silence insupportable pour l’ancien entraîneur du Stade toulousain, de Castres ou de Bayonne : "Que Serge Laïrle soit débarqué après de mauvais résultats, ça fait partie de la règle du jeu et il faut l'accepter. En revanche, il y a deux choses qui me gênent : la première c'est que le syndicat Tech XV, censé protéger l'intérêt des entraîneurs, n'a pas pris la défense de Serge Laïrle. Je suis stupéfait par ce silence ! Le syndicat n'a rien dit, n'a rien publié et n'a manifesté aucun soutien alors que Serge Laïrle a été attaqué sur ses compétences. Dans ces moments-là, je me demande bien où est la grande famille du rugby français ? Qu'on me comprenne bien, je ne fais pas du corporatisme et encore moins de l'ingérence auprès de Bourgoin. J'aimerais seulement que l'on respecte les gens. Et il n’est pas question de copinage avec Serge Laïrle, je ne suis pas là pour le défendre à lui en particulier. Je souhaite simplement voir s’exprimer un minimum de solidarité".

Serge Lairle avec les joueurs de Bourgoin le 24 novembre 2015. Photo Laurent Genin

Serge Lairle avec les joueurs de Bourgoin le 24 novembre 2015. Photo Laurent GeninRugbyrama

" Président, c'est le seul poste pour lequel il n'y a pas de diplôme !"

"Mais ce qui me déplaît encore plus", poursuit Christian Gajan, désormais à Cahors, "c'est l'attitude et les mots du président Hafner (président du CSBJ) à l'égard de Serge Laïrle. Comment peut-il dire de lui qu'il est dépassé et qu’il entraîne à l’ancienne ? Qui est M. Hafner ? Qui est-il pour humilier un entraîneur quatre fois champion de France et trois fois champion d'Europe ? Le fait d'être président n'autorise pas tout, le fait de mettre de l'argent dans un club n'excuse pas tous les comportements. Aujourd'hui il faut un diplôme pour être entraîneur, manager, préparateur physique ou vidéaste. Président, c'est aujourd'hui le seul poste pour lequel il n'y a pas de diplôme ! C'est d’ailleurs assez rare qu'un président aille aussi loin vis à vis d'un ancien entraîneur, même quand il y a des tensions au sein de l’équipe".

Christian Gajan

Christian GajanIcon Sport

Christian Gajan regrette ainsi que la classe et l'élégance, au moins de façade, aient disparu des débats : "Les responsabilités sont probablement partagées entre les deux parties mais un président doit savoir prendre un peu de recul". Le linge sale ne se lave plus forcément en famille…

Contenus sponsorisés