Icon Sport

PRO D2 - David Marty (Perpignan): "Le rugby m'a tout donné"

Marty: "Le rugby m'a tout donné"
Par AFP

Le 11/05/2016 à 12:11Mis à jour Le 11/05/2016 à 14:59

PRO D2 - "Le rugby m'a tout donné", a déclaré le centre de Perpignan David Marty, qui disputera son dernier match à Aimé-Giral vendredi soir, lors de la 29e journée de Pro D2, avant de mettre un terme à sa carrière à l'issue de la saison à 33 ans.

Sauf improbable concours de circonstances permettant à l'Usap d'accrocher une demi-finale à domicile, vous jouerez vendredi votre dernier match devant le public de Perpignan. Comment vivez-vous cela après 15 ans au club ?

David MARTY: Je ne prépare rien, je n'anticipe rien. On verra bien. J'ai du mal à réaliser. Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin. Il faut savoir s'arrêter. C'est le bon moment. Je suis un peu usé physiquement, mentalement, je n'ai pas retrouvé l'entrain et la fraîcheur pour prendre encore du plaisir. Le rugby évolue, soit on s'adapte, soit on s'en va : moi je m'en vais. Le rugby m'a tout apporté, il reste ma passion. Je vais entraîner les jeunes maintenant.

" Le rugby, c'est une histoire d'hommes. S'il n'y a plus cela, je vois l'avenir du rugby compliqué, très compliqué"

Quelles images garderez-vous de votre carrière ?

D.M: Bien sûr, l'accueil au pied du Castillet à Perpignan après le titre de champion de France en 2009. Cela va être difficile de trouver mieux en terme d'adrénaline dans le reste de ma vie. On a rendu les gens heureux, on a vu des gens pleurer... En équipe de France (37 sel et 11 essais, ndlr), le meilleur souvenir c'est la victoire face aux All Blacks à Cardiff en quart de finale de la Coupe du monde (20-18, le 6 octobre 2007). Mais, j'ai un petit regret, celui de ne pas en avoir assez profité. J'étais à fond dans le truc et je n'ai pas assez mesuré le côté exceptionnel d'évoluer avec le XV de France. Au final, je n'ai pas trop à me plaindre. Le rugby m'a tout donné.

David Marty, vainqueur des All Blacks en 2007

David Marty, vainqueur des All Blacks en 2007AFP

Vous resterez l'homme d'un seul club, l'Usap. C'est de plus en plus rare...

D.M: Le club m'a aidé pendant quinze ans, j'ai trouvé cela normal de rester. Avec le professionnalisme, il y aura de moins en moins de joueurs qui font toute leur carrière dans le même club. C'est l'évolution normale. Je n'ai jamais eu d'agent, mais, si j'avais voulu partir de l'Usap, j'aurais certainement pris un agent. Pour moi, les rapports humains sont essentiels et je pense que malgré le professionnalisme, cela reste la chose la plus importante dans le rugby. Le rugby, c'est une histoire d'hommes. S'il n'y a plus cela, je vois l'avenir du rugby compliqué, très compliqué.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0