AFP

Demi-finale Pro D2 - Comme Aurillac, Bayonne sera bien au rendez-vous en finale (28-16)

Comme Aurillac, Bayonne sera bien au rendez-vous en finale

Le 29/05/2016 à 15:52Mis à jour Le 29/05/2016 à 16:24

PRO D2 - Deuxième de la saison régulière, l'Aviron bayonnais a décroché sa place en finale d'accession grâce à sa victoire contre Colomiers en demie (28-16).

Les Columérins ont fait peur aux Bayonnais, mais cela n’a pas suffi ! Menés à la pause, les Basques se sont réveillés en seconde période et ont fait la différence par leur puissance et leur maîtrise physique. Malgré un Skrela très en forme ce dimanche après-midi, l’indiscipline de l’USCo a aussi permis à l’Aviron de s’inviter dans cette finale de Pro D2, un an après sa relégation. Un succès 28-16 dans le sillage d'un Bustos Moyano monstrueux de précision au pied (8/8).

Skrela, en bon ancien expérimenté, avait réussi à montrer le chemin à son équipe : grâce à son drop (32e), Colomiers revenait à égalité. Et les Haut-Garonnais comprenaient alors qu’ils étaient capables de s’imposer à Jean-Dauger. L’essai de Lagain (38e) endormait un peu plus le public basque. Lors de la première période, les deux équipes laissaient, comme il fallait s’y attendre, beaucoup de force et d’énergie. Les zones de rucks devenaient des zones de combat. Pour preuve : la bouche en sang du capitaine columérin à la fin du match ! Monribot et Béco, en capitaines plus ou moins exemplaires, ne se cachaient pas, et en venaient parfois aux mains au cours de cette partie.

Au jeu de l’endurance physique, Colomiers semblait perdante. Et cela se confirmait en seconde période. Si le match était lent à la reprise, les Basques se réveillaient un peu avant l’heure de jeu. Là, les Columérins ne voyaient plus le ballon, subissaient. Et ce manque de maîtrise physique les poussait à l’indiscipline. "L’écart doit être monstrueux en terme de fautes commises", concédait Béco au micro d’Eurosport.

Un buteur infaillible

Colomiers multipliait les fautes, Bayonne faisait confiance à Bustos Moyano. Et l’Argentin ne tremblait jamais face aux poteaux ! Il marquait 23 des 28 points bayonnais, sans un seul échec au pied lors de cette demi-finale. Les cinq points restants : un essai de Poki (57e), et c’est l’arrière basque qui faisait la différence sur l’action ! Seul bémol à son très bon match : son carton jaune en toute fin de partie (77e). Il offrait alors un dernier ballon d’attaque à Colomiers, mais Turashvili commettait un en-avant dans l’en-but et enterrait tout espoir de voir Ernest-Wallon et une finale de Pro D2 pour Colomiers.

Pour Bayonne, le plus dur reste à venir : les Ciel et Blanc doivent affronter, avec un jour de repos en moins Aurillac, une équipe difficile à jouer et solide sur ses fondamentaux. Pour Colomiers, les regards sont déjà tournés vers la saison prochain. "On n’a rien lâché, on a été régulier cette année. Mais il faudra remettre le bleu de chauffe pour l’an prochain…", assurait Béco face aux caméras d’Eurosport.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés