Rugbyrama

PRO D2 - Colomiers, un petit qui ne rêve pas vraiment de devenir grand

Colomiers, un petit qui ne rêve pas vraiment de devenir grand
Par AFP

Le 28/05/2016 à 17:04

PRO D2 - La victoire des hommes de Bernard Goutta (22-15) dimanche à Carcassonne leur a permis de coiffer au poteau Béziers et Perpignan pour s'inviter dans le dernier carré, concrétisant ainsi une progression constante du club à la colombe depuis son retour en Pro D2 en 2012.

Successivement 10e, 9e et 8e lors des trois dernières saisons, le club de la banlieue toulousaine sera dimanche chez le grand favori Bayonne (14h00) à 160 minutes d'une éventuelle remontée dans l'élite."Bernard Goutta m'a dit: On veut aller le plus loin possible et après ce sont les dirigeants qui auront mal à la tête", sourit le président du club, Alain Carré.

Entrepreneur en métallurgie, Carré a pris les commandes de Colomiers en 2004 après sa double rétrogradation en Fédérale 1 pour raisons financières peu de temps après la période faste des années Galthié et Sadourny marquée par un titre en Challenge européen en 1998, une finale de Coupe d'Europe perdue en 1999 contre l'Ulster et une de championnat de France perdue contre le Stade Français en 2000.

Alain Carré, le président de Colomiers

Alain Carré, le président de ColomiersIcon Sport

Et même s'il veut aller "chercher le rêve" d'une remontée dans l'élite, celui qui a stabilisé le club en Pro D2, après un yo-yo avec la Fédérale 1, est conscient "qu'il y a deux championnats, le sportif et l'économique"."On pourrait aller faire un petit tour en Top 14, ce serait une belle ballade mais la place de Colomiers est d'être un bon club de Pro D2", juge-t-il.

L'ombre du Stade Toulousain

Neuvième budget de Pro D2 avec près de 6 millions d'euros, Colomiers pourrait prétendre à un budget de 9 millions en Top 14, le dernier de l'élite, très loin des grosses écuries que sont Toulon, Clermont, le Racing 92 ou le Stade Toulousain. Un Stade Toulousain distant de seulement quelques kilomètres, au budget de 35 millions d'euros, et dont la visibilité attire forcément tous les plus gros partenaires de la région. "On vit dans l'ombre du Stade Toulousain", reconnaît l'ouvreur international David Skrela, revenu dans son club formateur en 2013, après avoir évolué au Stade Français, au Stade Toulousain et à Clermont.

Colomiers est la deuxième équipe à aligner le plus Jiff des 30 clubs professionnels

Colomiers est la deuxième équipe à aligner le plus Jiff des 30 clubs professionnelsIcon Sport

Mais malgré ce voisin omniprésent, Colomiers "vit sa vie", insiste Alain Carré. "On avance, on gravit les marches. Notre modèle est axé sur la convivialité, à mi-chemin entre le rugby pro et le rugby amateur et la formation. Sur les 30 clubs pros (Top 14 et Pro D2), on est le deuxième en nombre de JIFF (joueurs issus des filières de formation) alignés sur les feuilles de matches", poursuit Carré.

Des jeunes formés à Colomiers qui constituent l'ossature d'un groupe qui jouera malgré tout sa chance à fond à Jean-Dauger dimanche. "Clairement, on n'est pas les favoris mais on va donner le maximum pour ne pas avoir de regrets", assure Skrela, 37 ans, qui vit ses derniers instants de joueur alors qu'il arrêtera sa carrière à la fin de la saison.

Contenus sponsorisés