Icon Sport

6e journée Pro D2 - Jean-Robert Cazeaux (Mont de Marsan): "Un faux pas est interdit"

Cazeaux: "Un faux pas est interdit"

Le 21/10/2015 à 13:37

PRO D2 - A la veille de la 6e journée de championnat, le Stade Montois occupe une indigne place de 13e. Avec quatre défaites au compteur pour un seul succés, le club de Jean-Robert Cazeaux n'a plus le droit à l'erreur s'il veut à nouveau jouer les premiers rôles.

La saison dernière, le Stade Montois terminait la saison au pied du Top 14, s’inclinant en finale d’accession face au SU Agen. En ce début de saison les Landais affichent seulement un succès en cinq journées pour une huitième place au classement. "Aujourd’hui on est déçu mais pas inquiet", dit Jean-Robert Cazeaux. Le président montois se veut rassurant sur le niveau sportif de son équipe en ce début de championnat : "Bon, sur notre premier match à Béziers il n’y a rien à dire. Ce jour-là on n’était pas rentré dans le championnat. Ensuite, à Lyon on perd sur un rebond capricieux. On perd de trois points à Perpignan. À Montauban, vendredi dernier, on laisse douze points au pied et on perd de deux points seulement".

Emmanuel Saubusse, le demi de mêlée de Mont-de-Marsan

Emmanuel Saubusse, le demi de mêlée de Mont-de-MarsanIcon Sport

Chaque fois le Stade Montois n’est pas très loin, mais chaque fois le Stade Montois s’incline. Des rencontres qui tournent en faveur de l’adversaire sur des faits de jeu ou sur l’incapacité des Landais à prendre définitivement le dessus dans la rencontre. "On se dit bien que ça va tourner et qu’on ne peut pas toujours jouer de malchance", espère Jean-Robert Cazeaux. "À un moment donné le résultat va suivre. Forcément ça va passer".

Un effectif jeune

Le début de saison difficile des Montois rappelle que cette Pro D2 ne permet aucun relâchement. Le président montois se souvient de cette saison galère il y a trois ans : "On était descendu du Top 14. Le groupe était usé fatigué et avait eu du mal à redémarrer la saison qui au final fut très moyenne".

À tenter la comparaison, Jean-Robert Cazeaux ne pense pas que son équipe ne s’est pas encore remise de la défaite en finale d’accession face à Agen. "Si on avait pris des raclées comme lors du premier match ce serait différent. On n’a pas de certitude pour la suite, mais ce que l’on sait est que nous avons un groupe homogène et qui répond à ce qu’on attend en termes de jeu et d’implication".

"On doit réussir à gagner nos matchs. C’est un mal récurent que nous avons depuis deux ans. On est souvent passé au travers pour pas grand-chose, on n’arrive pas à finir nos coups, à tuer des matchs quand on en a la possibilité. On arrive à faire de très belles choses et on fait la faute qu’il ne faut pas dans les quinze derniers mètres. On doit acquérir de la maturité. On a un effectif jeune. S’il nous manque quelque chose, c’est peut-être cette force collective qui nous fera gagner les matchs".

"On est dos au mur"

À Mont de Marsan, l’expérience est également là pour rappeler que cette Pro D2 n’est jamais, à une exception près par saison, un long fleuve tranquille. L’an dernier les Montois avaient connu un trou d’air en fin d’année. Mais cela ne les avait pas empêchés de se qualifier en fin de saison. "Sur le plan comptable, ce sera compliqué de rattraper les points qu’on a manqués sur ces cinq premiers matchs, concède le président. Ceci dit, on peut très bien enchaîner de très bons résultats et de l’autre côté des équipes qui ont très bien démarrées peuvent enchaîner des mauvais résultats et tout se resserre très vite".

"L’an passé, à six journées de la fin il y avait encore sept à huit équipes qui pouvaient prétendre à la qualification, et en bas quatre ou cinq risquaient la descente. Ça va se resserrer".

Pro D2: Peripignan vs. Mont-de-Marsan

Pro D2: Peripignan vs. Mont-de-MarsanEurosport

Contenus sponsorisés