Icon Sport

Pro D2: Biarritz doit à nouveau se redresser

Biarritz doit à nouveau se redresser

Le 02/04/2015 à 10:02Mis à jour Le 02/04/2015 à 10:13

Le Biarritz olympique ne fait pas parti des qualifiables à cinq journées de la fin de la phase régulière. Le club basque était pourtant attendu en haut du classement en compagnie de Pau, Perpignan et Agen, les autres "puissants". Si ces trois clubs figurent bien dans le quatuor de tête, Biarritz en est pour l’instant le grand absent, à quatre points d'Aurillac, cinquième et d'Agen, quatrième...

"Inquiet? Non", répond Benoit August. "On le sera si on ne se qualifie pas. Pour l’instant, on a encore les moyens de rentrer dans les qualifiables avant la fin de la saison. C’est ce qu’on va s’attacher à faire le plus vite possible". Sixième, Biarritz paye au classement le prix de son irrégularité et un début de saison raté. Au soir de la 10e journée et d’une lourde défaite à Pau (41-6), le BOPB se retrouvait même dixième et très en retard sur ses objectifs. La déception et un ultimatum musclé posé par le président Serge Blanco ont entraîné une réaction immédiate. Les basques enchaînèrent cinq victoires de rang, dont deux à l’extérieur, une défaite avec le bonus défensif à Aurillac et un succès à Massy. Biarritz se retrouvait deuxième derrière Pau et venait de démontrer que l’équipe avait les moyens de ses ambitions.

Mais à Aguilera, le leader palois est venu tout remettre en cause (0-20). La défaite fut cinglante et Biarritz ne s’en est toujours pas remis. Depuis, l’équipe ressemble à celle du début de saison qui s’inclinait à l’extérieur et gagnait péniblement à domicile. Cause ou conséquence, l’infirmerie affiche de nouveau complet et les problèmes de continuité dans le jeu sont réapparus. Tout est à refaire ou presque. "Nous ne sommes pas du tout contents de ce qu’il se passe en ce moment et notamment des défaites", peste Benoit August. "On a quand même deux défaites que l’on ne doit qu’à nous-même (Tarbes et Mont de Marsan). C’est ça le plus rageant. Si on parle de celle de Pau, on a été battu par meilleur. Les autres sont des matchs que l’on aurait pu, que l’on aurait dû gagner. On a, nous aussi le staff, notre part de responsabilité. On a essayé de se poser les bonnes questions, de changer un peu la méthode de travail et de redonner du positif aux joueurs. II ne faut surtout pas s’arrêter, la saison n’est pas encore terminée et on attendra la fin pour tirer les conclusions".

Laurent Cabarry et la mêlée de Biarritz face à Albi

Laurent Cabarry et la mêlée de Biarritz face à AlbiIcon Sport

Un calendrier plus favorable que ses concurrents

"Aujourd’hui on est dans le dur", avoue le pilier Laurent Cabarry sur le site du club. "On tient une mi-temps et on n’arrive pas à gérer notre retour des vestiaires. On manque de maîtrise, on fait tomber beaucoup de ballon, on manque des plaquages". Sur le jeu et sa capacité à se montrer performant 80 minutes, Biarritz n’a pas plus de certitude aujourd’hui. Pour croire à la qualification, les Biarrots peuvent surtout s’appuyer sur un calendrier à priori favorable avec trois réceptions et deux déplacements. Les concurrents Aurillac, Agen et Mont de Marsan se déplaceront trois fois pour deux réceptions d’ici la dernière journée. Ce qui fait dire à Laurent Cabarry que "Biarritz a encore son destin entre ses mains".

"Mais on n’a plus de marge d’erreur. Si on veut figurer dans les play-off ça va demander des victoires, aller chercher des points de bonus", poursuit le pilier. "On est plus performant à la maison, tant mieux et c’est une bonne chose que de recevoir", ajoute l’entraîneur des avants. "Mais on sait très bien que tous les matchs se jouent à fond. Il n’y a aucun passage à vide qui est permis. Aucune équipe ne fait tourner. À ce niveau il n’y a pas de coupe d’Europe, pas de doublons. Ce sont des blocs de trois matchs, on sait que dans deux semaines il y a la récup". Biarritz compte sur ses deux prochains matchs à Aguilera (Bourgoin et Carcassone) pour réintégrer le bon wagon. Au creux de l’hiver, c’est par deux réceptions gagnantes qu’avait débuté le redressement. "J’espère qu’on aura la même trajectoire", sourit Benoit August avant la première rencontre dimanche contre Bourgoin.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés