Other Agency

"Un championnat bizarre"

Madaule : "Un championnat bizarre"
Par Rugbyrama

Le 11/09/2009 à 15:33Mis à jour

Alors que Grenoble est premier, Narbonne s'est emparé d'une étonnante deuxième place. Retour sur les deux premières journées de Pro D2 avec Louis Madaule, le troisième ligne et capitaine audois retenu avec l'équipe de France A cet été pour la Coupe des Nations, et sur la suite du parcours du RCNM.

Vous démarrez le championnat par deux victoires. Comment le groupe vit-il cette belle entame ?

Louis Madaule : Ca fait très plaisir, on avait à coeur de marquer le coup et de se prouver des choses. On a bien débuté, et on espère confirmer dès ce week-end face à Bordeaux.

Quelles ambitions vous-êtes vous fixés ?

L.M : Le projet du président (Joel Carrère, arrivé en juin 2008, NDLR) était de reconstruire et de progresser par étapes. Nous avons serré les dents la première année. Pour cette saison, nos ambitions sont d'accrocher les bonnes places, et peut-être bien de tenter la montée en Top 14 la troisième année, pourquoi pas. Il nous faut pour ça franchir un cap, et avoir un vrai fond de jeu.

Vous finissez 13e la saison dernière, mais vous montrez un nouveau visage. A quoi l'attribuer ?

L.M : Il y a un nouvel élan qui s'est emparé du club. La génération 86, championne de France chez les jeunes, est installée. Le recrutement a été pertinent, et est vraiment venu étoffer et renforcer le groupe. Il y a beaucoup d'envie qui nous anime. Plus précisément, on a gagné de la rapidité derrière, notre première ligne a de la bouteille et son expérience est précieuse pour négocier les matchs. A côté de ça, on a des jeunes qui essaient de se faire une place, ça participe à un phénomène d'émulation qui est sain et nous pousse vers l'avant. Au-delà du côté sportif, il existe une bonne entente, personne n'est mis à l'écart.

Vous êtes capitaine à seulement 21 ans, c'est surprenant. Comment le vivez-vous ?

L.M : Même moi, je suis surpris, alors…On m'a proposé le capitanat et je le prends de manière très naturelle, je ne force pas le trait sous prétexte que je suis le capitaine. Avant même d'être capitaine, j'aimais bien motiver les troupes. Je ne change pas ma façon d'être, j'ai juste envie de jouer et je ne suis en aucun cas l'homme providentiel. A côté de ça, je suis fier de la confiance qu'on m'accorde, et il faut se montrer à la hauteur de cette responsabilité, des espoirs qu'on place en moi.

Comment envisagez-vous le match à venir contre l'Union Bordeaux-Bègles ?

L.M : C'est un match intéressant. Bordeaux est une belle équipe avec un pack qui sait bien jouer dans les rucks et derrière, leur ligne de trois-quarts présente un profil joueur, et montre de grandes qualités pour prendre les intervalles. Il faudra réussir à maîtriser le match, à mettre notre jeu en place, et surtout à marquer sur nos temps forts, ce qu'on a pas su faire samedi dernier. C'est un championnat bizarre mais sympa, on peut jouer une victoire tous les week-ends.

Craignez-vous un excès de confiance au sein du groupe ?

L.M : Non, après le match face à Lannemezan, on s'est réuni et on a discuté, car au-delà de la victoire, on a fait une mauvaise seconde mi-temps et on s'est fait peur. Les choses sont claires pour tout le monde, nous sommes loin d'être arrivés, alors personne ne s'enflamme.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés