Other Agency

Ferrero : "Ambitieux"

Ferrero : "Dans les cinq premiers d'ici deux ans"
Par Rugbyrama

Le 05/08/2009 à 09:29Mis à jour

Les Narbonnais ont perdu leurs deux premiers matchs amicaux, contre Montauban (3-37) puis la Roumanie (3-18). L'heure est encore aux réglages et le manager Henri Ferrero ne s'inquiète pas. Il assure même, sans avouer d'objectif comptable toutefois, que le RCNM est de plus en plus ambitieux.

Quel bilan tirez-vous de vos deux premiers matchs amicaux ?

Henri FERRERO : Il y a évidemment des points positifs et négatifs. Quand nous avons décidé de jouer des équipes comme Montauban, la sélection de Roumanie, Montpellier ou Dax, nous savions que ce serait compliqué. C'est un choix que nous avons fait. De cette façon, nos lacunes sont criardes et nous pouvons travailler dessus.

Quelles sont ces lacunes ?

H.F. : Elles se situent au niveau des rucks notamment, où nous perdons beaucoup de ballons. Il y a un problème de premier soutien qui n'est pas là et qui empêche d'enchaîner. Nous avons également des soucis dans la conservation de balle et dans l'efficacité. Les Roumains, par exemple, sont venus deux fois dans notre camp en première mi-temps... et ils ont marqué deux fois ! Il faudra vraiment être plus vigilants et plus efficaces.

Et quels sont les points positifs ?

H.F. : Notre conquête n'est pas mal, nous avions recruté en ce sens. Des joueurs comme List, Benali ou Mynhardt nous permettent d'avoir une mêlée plus stable, voire dominatrice maintenant.

Effectuer des matchs de préparation contre des équipes plus fortes ne risque-t-il pas de décourager les joueurs ?

H.F. : C'est un risque, oui, mais les joueurs savent pourquoi nous l'avons fait. Si nous avions rencontré des équipes de Fédérale 1, nous n'aurions pas aperçu nos lacunes. Là, elles sont évidentes et on peut travailler dessus avant que la saison ne commence. Nous savons exactement quoi bosser pendant les entraînements.

Vous prônez, avec Patrick Arlettaz et Richard Crespy, un jeu de mouvement mais vos joueurs n'ont pas marqué un seul essai durant les deux premiers matchs amicaux. Comment l'expliquez-vous ?

H.F. : Nous nous sommes créé quelques occasions mais il a toujours manqué la dernière passe ou le dernier choix n'était pas le bon. Il est évident qu'il faudra être plus rigoureux. Mais, durant les matchs amicaux, le joueurs se permettent des choses qu'ils ne feraient pas en championnat. Ce n'est pas très inquiétant.

Ce jeu de mouvement restera-t-il encore un crédo pour la saison à venir ?

H.F. : Nous n'allons pas changer notre fusil d'épaule, c'est certain, mais nous avons découvert que certaines recrues pourront nous apporter plus que ce que nous attendions. Alors nous allons adapter un peu notre jeu à leurs qualités.

A qui pensez-vous ?

H.F. : Au troisième ligne centre Jone Tawaqa par exemple. Nous savions qu'il avait des qualités mais il nous a montrés qu'il était encore au-dessus de ce que nous attendions. Nous allons nous appuyer sur lui, comme nous allons nous appuyer sur Strauss ou Vuli.

La saison dernière a été décevante avec une 13e place finale. Quelles seront les ambitions du RCNM l'an prochain ?

H.F. : Pas de finir treizièmes, c'est sûr ! Nous voulons faire beaucoup mieux que cela mais nous n'allons pas annoncer que nous voulons terminer dans les cinq ou les huit premiers. Nous l'avions fait l'an dernier et cela ne nous avait pas réussi. Nous voulons bien figurer, garder notre rugby. Nous avons envie de nous faire plaisir mais surtout de gagner.

Vous n'avez pas d'objectif comptable ?

H.F. : Bien sûr que si, mais cela reste entre nous. Nous avons fixé des objectifs, en terme de jeu et de classement, et nous ferons un premier bilan après la première phase. Nous sommes ambitieux et nous nous sommes donné deux ans pour figurer dans les cinq premiers. Nous savons que ce sera difficile parce que le Pro D2 est un championnat très dur, d'autant qu'il n'y aura pas de favori comme Toulon il y a deux ans ou le Racing-Metro l'an dernier. Ce sera en tout cas très intéressant et nous avons hâte d'y être.

Narbonne a été relégué la même année qu'Agen et le SUA fait partie des favoris à la remontée. N'avez-vous pas pris du retard ?

H.F. : Nous savons qu'Agen est toujours resté très ambitieux, contrairement à nous. Rendez-vous compte, nous avons joué avec huit jeunes du centre de formation quasiment tous les week-ends l'an dernier. Et ils ont bien fait leur travail en plus ! Mais, après la descente, le RCNM était en reconstruction, devait trouver un nouveau système de jeu, partir sur de nouvelles bases avec une équipe jeune. Ces jeunes, qui manquaient de métier l'an dernier, ont pris de l'expérience lors de la saison qui vient de s'écouler et, avec les recrues, l'équipe sera plus forte. Nous ne sommes plus en reconstruction mais en construction et, d'ici deux ans, nous voulons figurer dans les cinq premiers, voire jouer la montée. Nous sommes très ambitieux !

Contenus sponsorisés