Midi Olympique

Des Montois sans réaction

Des Montois sans réaction
Par Rugbyrama

Le 15/09/2009 à 17:28Mis à jour

Après une défaite à domicile face à Grenoble, le Stade montois a sombré à Tarbes (36-12) et se retrouve dans la deuxième partie de classement. Le retour à la réalité du Pro D2 est délicate alors que le club landais avait pourtant montré des choses intéressantes lors de l'intersaison.

Les ambitions du président Philippe Cazaubon étaient pourtant claires. Le Stade montois, tout juste relégué en Pro D2, se devait de viser une remontée en Top 14 à moyen terme. Le club landais avait d'ailleurs réussi un premier pari en conservant une très grande partie de son effectif lors de l'intersaison. Pourtant, Mont-de-Marsan connaît un début de championnat difficile avec une courte victoire sur La Rochelle avant de connaître deux revers face à Grenoble puis à Tarbes. Treizièmes du classement après trois journées, les joueurs d'Eric Lamarque ont appris rapidement que leur expérience en Top 14 n'était pas forcément un atout pour lutter à l'étage inférieur. "On sort de deux saisons d'euphorie et on retombe dans des réalités dures à admettre. On connaît le phénomène, mais on a beau faire de la prévention, il n'y a rien d'autre qu'une bonne claque pour te remettre la tête à l'endroit" , reconnaît le manager sportif.

Retrouver un collectif

Les Montois viennent de tendre une joue, puis l'autre, sans réagir. La faute à une conquête défaillante et à un collectif grippé. Eric Lamarque est forcé de le constater : "Nous sommes en souffrance. Notre conquête est faiblarde, c'est une évidence. Au niveau de la touche, nous n'avons jamais été aussi bas." Même en supériorité numérique lors des douze dernières minutes face Tarbes, les Landais n'ont pas trouvé de solution pour perturber les locaux. Les problèmes montois sont ciblés et ils peuvent être résolus rapidement puisque les qualités individuelles des joueurs ne sont pas remises en causes et ce groupe a déjà démontré son potentiel pendant les matchs amicaux.

En finir avec la DNACG

Pour éviter de tomber dans une sinistrose prématurée, le Stade montois veut s'appuyer sur ses deux prochains matchs de championnat. "Nous avons deux rencontres à la maison pour nous remettre dans le coup" , assure Lamarque. Surtout, le manager sportif et les entraîneurs Marc Dal Maso et Stéphane Prosper espèrent pouvoir s'appuyer sur la totalité de leur effectif. En effet, depuis le début du championnat, ils doivent jongler avec les volontés de la DNACG qui bloque toujours deux licences (Tilloles et Michaux). Pour affronter Tarbes, il n'avait pu récupérer celles de Golette et Fiorini que la veille de la rencontre : "C'est difficile de préparer une équipe quand tu ne sais que le vendredi soir si tu peux utiliser tel ou tel autre joueur." Pour éviter que la situation perdure, le club doit changer de statut (passer de SAOS à SASP) dès cette semaine. Une modification de structure qui va permettre à des partenaires d'entrer dans le capital du Stade montois. A partir de là, le président Philippe Cazaubon espère que son équipe lancera enfin sa saison.

Contenus sponsorisés