Icon Sport

Bath pour la passe de trois

Bath pour la passe de trois
Par Enzo Diaz via Midi Olympique

Le 04/01/2020 à 10:50Mis à jour Le 04/01/2020 à 17:27

PREMIERSHIP - L’affrontement entre Gloucester et Bath sera l’un des chocs de cette 8e journée. L’équipe du somerset pourra s’appuyer sur le retour de son numéro 8 Taulupe Faletau.

Pour Bath, ce n’est pas autant un derby que peut l’être la rencontre face à Bristol puisque les deux villes ne sont distantes que de 22,5 miles soit 36 kilomètres mais le match de samedi face à Gloucester reste à n’en pas douter un des moments forts de la saison. Au-delà de toute question de suprématie entre les deux bastions éloignés de 52 miles et quelques (84 kilomètres et des poussières), cette opposition au Kingsholm Stadium entre deux des poids lourds du rugby de l’ouest anglais revêt un réel intérêt sportif. Un seul petit point sépare la bande de Johan Ackermann de celle de Stuart Hooper.

La dynamique se situe clairement du côté des Bathoniens, qui, s’ils ont tiré une croix sur leurs ambitions en Champions Cup avec quatre défaites en autant de matchs, ont depuis deux semaines redressé la tête en Premiership. Après des débuts laborieux et trois défaites lors des cinq premières journées, Charlie Ewels et ses partenaires viennent d’enregistrer deux succès consécutifs. Le premier, autoritaire, sur la pelouse des London Irish (38-10), le deuxième plus indécis à domicile, au Recreation Ground face à Sale (16-14). Tout s’est joué sur une ultime pénalité de l’artilleur gallois Rhys Priestland, avant que Bath ne serre les boulons en défense lors des dix dernières minutes.

Le retour de l’homme aux mains d’or

Dans ce sens, comment ne pas souligner le retour précieux de Taulupe Faletau ? Le numéro 8 international gallois de 29 ans (72 sélections avec le pays de Galles, 4 sélections avec les Lions Britanniques) trépignait depuis de longs mois. Pour rappel, le joueur s’était cassé la clavicule fin juillet lors d’un camp d’entraînement gallois en pleine préparation de la Coupe du monde au Japon. Contraint à l’opération, et de fait, forfait pour le Mondial nippon, Faletau a pris son mal en patience. Sa prestation samedi dernier au "Rec", crédité par les supporters de Bath du titre honorifique d’homme du match a simplement rappelé le joueur de classe qu’il était - notamment d’une technique et d’une puissance au-delà de la moyenne ballon en main - et aspire à le redevenir après deux dernières saisons galère dans la foulée d’une majestueuse tournée 2017 avec les Lions britanniques et irlandais.

Pour le directeur du rugby de Bath et ancien deuxième ligne, Stuart Hooper, la condition physique de Faletau l’a même étonné comme rapporté par les médias britanniques après la rencontre : "Je le surveillais de près et je me demandais "à quel moment vais-je le sortir du terrain". Mais il allait vraiment bien et il a eu des gestes et actions de classe en toute fin de partie. C’est ce qu’on attend d’un joueur de sa trempe et de sa qualité." Associé pour la première fois de la saison au champion du monde springbok François Louw - qui n’en était lui qu’à sa deuxième titularisation en championnat - et en attendant le retour - peut-être pour ce week-end - du vice-champion du monde anglais Sam Underhill, victime d’un léger K.-O. chez les London Irish, Faletau reprend sans conteste du plaisir. Et Bath peut à nouveau légitimement prétendre aux phases finales, plus goûtées depuis 2014-2015.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés