Midi Olympique

Dupont : "Je vais m’en souvenir très longtemps"

Dupont : "Je vais m’en souvenir très longtemps"
Par Pierre-Laurent Gou via Midi Olympique

Le 18/11/2019 à 21:52Mis à jour Le 18/11/2019 à 21:54

OSCARS MIDOL 2019 - Sacré Oscar d’Or 2019 par les lecteurs du journal Midi Olympique, le demi-de-mêlée toulousain revient sur son année, couronnée d’un titre de champion de France et d’une participation au Mondial.

Rugbyrama : Vous avez été élu meilleur joueur français par les lecteurs de Midi-Olympique. Voilà qui termine 2019 de la plus belle des façons, non ?

Antoine Dupont : Quand on regarde le palmarès des Oscars sur les dernières décennies, il n’y a que des légendes du rugby français. Des joueurs qui ont eu des carrières immenses… Leur succéder est donc un immense honneur. Je peux dire merci à mes copains du Stade toulousain avec qui j’ai décroché le Bouclier de Brennus. Je pense que ce titre a eu de l’importance dans les votes des lecteurs. C’est plus facile d’être mis en valeur, dans une telle équipe avec autant de talent.

Qu’allez-vous retenir de toute cette année ?

AD : Il y a un an en arrière, j’étais encore convalescent après ma blessure au genou. Cela faisait juste quinze jours que j’avais repris. J’ai un peu de mal à réaliser le chemin parcouru. Je ne vous aurais pas cru si vous m’aviez dit que j’allais ensuite participer au très bon parcours de Toulouse en Coupe d’Europe, gagner le titre de champion de France et même jouer une Coupe du monde. Cela a été une année exceptionnelle dont je vais me souvenir très longtemps.

On a l’impression que vous avez évolué au niveau de votre caractère. Vous paraissez moins timide ?

AD : Je partage ce jugement. J’ai vécu des choses que je n’avais pas vécu auparavant. Les matchs de phases finales et le fait d’enchaîner avec les Bleus, tout cela m’a fait acquérir de l’expérience. C’est bénéfique. Je me sens mieux, j’ai plus confiance en moi. Je n’ai plus 18 ans (rires) !

Vous avez partagé les honneurs de la 66e soirée des Oscars du Rugby Midi Olympique avec les champions du monde sud-africains, notamment Cheslin Kolbe mais aussi Duane Vermeulen et Siya Kolisi. Quel regard portez-vous sur leur parcours au Japon ?

AD : Clairement, cela fait envie. Notamment en ce qui l’engouement qui a accompagné leur retour au pays. Je n’imagine même pas la liesse que l’on pourrait avoir en France en cas de sacre suprême.

Pensez-vous déjà à 2023 et à la Coupe du Monde en France ?

AD : Au sortir du Japon quand je suis revenu chez moi, oui j’y ai pensé. Après, on relativise en revenant dans le giron du club. On se dit que c’est dans quatre ans et que c’est très long… D’ici là, nous avons encore beaucoup d’échéances qui nous attendent avec Toulouse mais aussi avec l’équipe de France. Il faut se concentrer sur le court terme.

Un dernier mot sur votre blessure au dos ?

AD : Les choses suivent leur cours. J’espère revenir sur les terrains assez rapidement.

Propos recueillis par Pierre-Laurent GOU.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0