Eurosport

Lynagh revient de loin

Lynagh revient de loin
Par Rugbyrama

Le 02/05/2012 à 11:50Mis à jour Le 02/05/2012 à 15:46

L’ouvreur australien sacré champion du monde en 1991, Michael Lynagh, s’est rétabli d’un grave accident vasculaire-cérébral qui l’a frappé à la suite d’un long voyage en avion. L’ouvreur wallaby est sorti cette semaine de l’hôpital de Brisbane après y avoir passé deux semaines en soins intensifs.

Toute l’Australie peut pousser un grand "ouf" de soulagement. Elle n’a pas perdu l’un de ses monstres sacrés. Michael Lynagh, l’ouvreur du sacre mondial de 1991, s’est finalement rétabli d’un terrible accident cardio-vasculaire survenu il y a deux semaines après un long voyage en avion entre Londres, où il réside, et l’Australie, où il se rendait pour une visite de courtoisie. Admis en urgence à l’hôpital de Brisbane, l’ex-capitaine des Wallabys s’était plaint de violents maux de tête et de troubles de la vue. En fait, il s’agissait d'une "attaque du lobe occipital et cérébelleux", conséquence d'une artère vertébrale bouchée, comme l’a indiqué le corps médical.

Une attaque "rare" chez des gens en bonne santé, "mais souvent fatale", comme l’avait expliqué le neurologue Rob Henderson au Royal Brisbane and Women's Hospital. Un accident inattendu, qui avait ému les Australiens du monde entier. Il y a deux semaines, Jack Isaac, l’entraîneur australien du Biarritz Olympique nous avouait, inquiet, avoir tenté d’appeler des proches de l’ouvreur pour prendre de ses nouvelles.

Des séquelles tout de même

Incroyable rescapé, l’ouvreur réalisait sa chance après être sorti de l’hôpital : "Je réalise la chance que j'ai eue. Une très grande chance. Rob Henderson, mon neurologue m'a dit "ce n'est pas une balle que tu as évité, mais un boulet de canon". "Ces deux dernières semaines furent très difficiles. Je suis vraiment très heureux d’être là", a ajouté Lynagh. Deux semaines, un délai incroyablement court pour se rétablir d’une telle alerte, et qui a laissé pantois le neurologue de l’Australien âgé de 48 ans : "Il a fait des progrès incroyables en deux semaines".

Mais tout n’est pas rose. Et personne ne peut sortir indemne d’un tel accident  cérébral : "Mon cerveau a été endommagé en certains endroits. J'ai perdu 45% de vision à l'oeil gauche, mais avec le temps cela devrait s'améliorer". Après avoir regardé la mort en face, celui qui fut considéré comme l’un des plus grands joueurs du rugby australien va entamer un deuxième combat : celui de la rééducation.

Contenus sponsorisés
0
0