Icon Sport

"Les Bleus, s’il vous plaît, retrouvez le plaisir de jouer !"

"Les Bleus, s’il vous plaît, retrouvez le plaisir de jouer !"
Par Other Agency

Le 06/11/2015 à 19:49Mis à jour Le 06/11/2015 à 20:03

Inscrit au sein de la Tribune des Bleus d'Orange, une supportrice du XV de France nous explique pourquoi elle a vibré devant les matches de la Coupe du monde.

Rendons aux Néo-Zélandais ce qui appartient aux Néo-Zélandais: cette capacité à jouer du ballon ovale comme un orchestre symphonique récite sa partition. La dextérité, l’adresse et la vélocité de ces hommes-là m’ont laissé sans voix. Avec Dan Carter à la baguette, la musique all Black a offert ses variations du modérato, à l’adagio jusqu’au presto sans jamais se départir de ses qualités techniques. Jamais d’affolement malgré des faits de jeux ; "un carton, même pas grave, on gère !" Ces guerriers semblent pleinement conscients de leur force, en toute décontraction ; des possédés je vous dis !

Cette Coupe du monde 2015 aura confirmé la suprématie de la culture kiwi et nous aura offert une perfection pour l’œil et le cœur…pourvu qu’il soit ovale ! A croire que malgré notre application, il manquera toujours quelque chose dans nos gènes de nordistes pour pouvoir se rapprocher de cet idéal.

" Les Japonais dans le rugby, c’est comme le sushi en cuisine ; light, rafraichissant, performant, technique !"

Comme tout le monde je me suis émue des performances des hommes du soleil levant ; les Japonais dans le rugby, c’est comme le sushi en cuisine ; light, rafraichissant, performant, technique ! Un truc qui peut devenir addictif en tout point !

L'ailier du Japon, Kotaro Matsushima, après la victoire sur l'Afrique du Sud - 19 septembre 2015

L'ailier du Japon, Kotaro Matsushima, après la victoire sur l'Afrique du Sud - 19 septembre 2015AFP

Et en parlant de choses qui font du bien au corps, comment ne pas revenir sur les performances du pays de Galles et de l’Ecosse dans cette Coupe du monde. Car au-delà d’être des plantes aux vertus médicinales reconnues, ces équipes du Poireau et du Chardon m’ont fait vivre des quarts de finale haletants, où ce ne sont pas toujours les meilleurs qui ont décroché le sésame à la fin. J’ai aimé l’abnégation et la fierté de ces hommes. Tout comme j’ai vibré devant la volonté de jeu des Argentins. La seule équipe de l’hémisphère sud que l’on se plait à encourager, peut-être parce qu’ils sont un peu moins forts que les autres sudistes, moins pros, plus latins …plus proches de nous en somme !

" La tournée d’été 2014 du XV de France face à l'Australie m’avait déjà laissé dubitative quant à la vitesse et au jeu proposés… "

Malgré tout le battage médiatique, malgré les performances physiques relayées depuis le mois de juillet sur fond de Wattbike, une partie de moi pensait que les dés étaient jetés avant même le début de cette Coupe du monde. La volonté de bien faire n’a pas suffi, tant le niveau du rugby est tiré vers le haut. Car même les "petites" équipes d’hier ont étoffé leur jeu et les grandes ne faiblissent pas d’un poil. La tournée d’été 2014 du XV de France face à l'Australie m’avait déjà laissé dubitative quant à la vitesse et au jeu proposés…

Alors oui, on a pris une raclée. Oui c’est un ratage complet ! Oui, il y a des choses à changer ! On n’a pas le niveau ? Et alors ? La marge de progression n’en est que plus grande et les espoirs décuplés. Mais, s’il vous plait, retrouvez le plaisir de jouer ! Car avant d’être un sport avec ses performances, c’est un jeu ! Et nom d’un crampon, il a fallu le chercher loin, très loin, le plaisir français …

La déception de Morgan Parra (XV de France) face aux All Blacks - 17 octobre 2015

La déception de Morgan Parra (XV de France) face aux All Blacks - 17 octobre 2015AFP

Mais mon éternel optimisme et mon expérience des terrains de rugby avec les enfants me laissent présager d’un avenir radieux. N’en déplaise aux grincheux, je veux penser que le XV de France n’est pas mort, il est blessé seulement et il a besoin de toutes les énergies positives à son chevet. Que ce soit sur place à Cardiff ou devant ma télé, ce que je retiens de cette Coupe du monde c’est une extraordinaire aventure humaine ; côté tribune ou côté terrain, toute nationalité confondue, la communion d’un monde devenu ovale, l’espace d’un mois et demi. La prochaine ? Tiens, tiens, c’est au Japon ! Quatre années de patience pour une aventure qui s’annonce déjà fabuleuse.

Morgane DOBIGEON, supportrice et chroniqueuse d'un jour

Contenus sponsorisés
0
0