Icon Sport

Coupe du monde - "S’il y a une équipe qui peut battre les All Blacks, c’est bien l’Australie"

"S’il y a une équipe qui peut battre les All Blacks, c’est bien l’Australie"
Par Other Agency

Le 30/10/2015 à 16:20Mis à jour Le 30/10/2015 à 16:49

Inscrit au sein de la Tribune des Bleus d'Orange, un supporteur du XV de France nous explique pourquoi il vibre devant les matches de la Coupe du monde.

Révolution dans cette Coupe du monde par rapport à la précédente édition, le vieil adage "No scrum, no win" n’a que très peu existé pendant ces sept semaines de compétition. Samedi, ce sera avant tout la victoire du jeu, les All Blacks contre les Wallabies, les deux meilleures équipes qui font de chaque rencontre un spectacle de tous les instants. Malgré un statut de favori, devinez quelle est la dernière équipe à avoir battu les All Blacks ?

Je mets une pièce sur l’Australie ! Elle a toutes ses chances de remporter cette finale et ainsi inscrire sa troisième étoile sur son maillot jaune et vert: un record historique. Depuis le début de la compétition, c’est l’Australie qui fait le spectacle, des offloads en veux-tu en voilà, des mouvements d’école, mais aussi des actions qui resteront dans les annales. Les Wallabies ont trop d’atouts pour échouer à la pire des places…

Le deuxième ligne de l'Australie, Rob Simmons, a marqué rapidement le premier essai contre l'Argentine - 25 octobre 2015

Le deuxième ligne de l'Australie, Rob Simmons, a marqué rapidement le premier essai contre l'Argentine - 25 octobre 2015AFP

" Technique et puissance, voici les deux qualités principales de ces Australiens, et en rugby c’est le principal"

Regardez Bernard Foley qui joue dans un fauteuil, qui distille des caviars à tous ses compères d’attaque. Technique et puissance, voici les deux qualités principales de ces Australiens, et en rugby c’est le principal. Giteau et Kuridrani au centre du terrain, c’est tout simplement exceptionnel, une vision de jeu hors norme et une qualité de déplacement qui pourrait faire plier n’importe qui, c’est ça l’Australie, chaque action me fait me lever de mon siège !

Que dire de ses ailiers, Ashley-Cooper qui plante 3 essais en demi-finale et un Drew Mitchell toujours aussi tranchant, je ne sais pas si on se rend bien compte de la qualité qu’il y a sur le terrain. Mon petit coup de cœur c’est Matt Giteau, un véritable cinq-huitième, qui est aussi à l’aise pour faire jouer ses partenaires que pour la jouer en solo, un mec qui respire le rugby, pour rester poli ! J’aillais presque oublier les deux poisons de la troisième ligne, Hooper et Pocock ! Ces deux-là sont hallucinants, ils grattent, ils plaquent, ils attaquent. Je me demande bien comment leurs adversaires font pour garder leur calme face à ces deux-là …

On le sait tous, les finales se jouent sur des détails, souvenez-vous en 2011… mais cette fois-ci mon équipe l’emportera, ils ont un avantage psychologique avec le Rugby Championship et cela sera déterminant. Go Wallabies !

La joie des Australiens après le quart de finale Australie-Ecosse - 18 octobre 2015

La joie des Australiens après le quart de finale Australie-Ecosse - 18 octobre 2015Icon Sport

" Si on m’avait dit que je vibrerais un jour pour le Japon…"

Je vous avoue que la nostalgie a commencé à grimper au cours de la semaine, sept semaines de match internationaux toutes les semaines, ces moments avec les amis à refaire le match, se prendre pour un sélectionneur, à se disputer mais surtout, à partager ! Cette Coupe du monde a été exceptionnelle, un pur régal dans le jeu pratiqué, dans les émotions sur et en dehors du terrain. Faire vivre le ballon, faire jouer ses partenaires, multiplier les temps de jeu jusqu’à trouver la faille dans la défense adverse, c’est ça qu’on nous apprend tout jeune à l’école de rugby.

Et à ce jeu-là, ce sont les Japonais qui m’ont le plus surpris ! Quel match face à l’Afrique du Sud, une telle envie, un cœur énorme, les Sud-Africains se sont fait manger sur les bases du rugby. Pendant 80 minutes, j’étais le premier supporter japonais et je ne pense pas être le seul. Comment ne pas craquer pour cette équipe ? Si on m’avait dit que je vibrerais un jour pour le Japon… Ce genre d’équipe me fait penser aux équipes de rugby à 7, un sport dont je suis fan et qui se développe à une vitesse folle. Le 15 a beaucoup à apprendre du 7 car c’est le sport spectacle, on voit des essais, un jeu à 2000 à l’heure … Et c’est ça que j’aime dans le rugby, le jeu offensif encore et toujours et c’est pour ça que l’Australie battra les All Blacks. On tient le pari ?

Lucas FAUGERON, supporter et chroniqueur d'un jour

Contenus sponsorisés
0
0