Icon Sport

Chaussette fétiche, coup de fil, échauffement... les petites habitudes d'avant-match des Bleus

Chaussette fétiche, coup de fil, échauffement... les petites habitudes d'avant-match des Bleus

Le 16/09/2015 à 13:56Mis à jour Le 09/11/2015 à 16:22

COUPE DU MONDE - Superstition et sport font en général bon ménage au moment de mettre toutes les chances de son côté pour décrocher une victoire. Très sobres pour la très grande majorité, les joueurs du XV de France nous ont dévoilé leurs "petits trucs" un jour de match.

Lorsqu'on les interroge sur leurs éventuelles petites croyances et autres gris-gris, les Bleus adoptent en général la même stratégie. Ils avouent volontiers observer leurs voisins de vestiaire s'adonner à leurs petites superstitions personnelles mais rechignent à dévoiler les leurs. Il faut donc creuser un peu et les langues finissent pas se délier: "Tous les joueurs ont un petit truc", commence sans surprise l'ailier Yoann Huget. "Pour ma part, j'aime bien téléphoner à mes proches quand je pars de l'hôtel. J'apprécie ce petit appel pour prendre la température à la maison et savoir si tout va bien. De toute façon, même si ça ne va pas, on me dit toujours que tout va bien" sourit le Toulousain.

Yoann Huget (XV de France) - le 9 septembre 2015

Yoann Huget (XV de France) - le 9 septembre 2015Icon Sport

Ce court moment d'échange avec la famille, son coéquipier en club Louis Picamoles ne le manque pour rien au monde: "Quand j'arrive au stade, j'appelle toujours mon épouse pour savoir comment elle va et avoir des nouvelles de mes fils. Cela ne dure jamais très longtemps mais c'est ce que je fais à tous les matchs en arrivant sur la pelouse juste avant d'aller me préparer dans le vestiaire. Je dois d'ailleurs changer un peu cette habitude car il paraît que les portables sont interdis dans l'enceinte des stades pendant la Coupe du monde". On lui fait confiance pour déjouer la vigilance de nos amis anglais.

Bastareaud: "J'ai toujours ma chaussette de Créteil sur moi"

En ce qui concerne les objets fétiches, un monopole se dessine chez les centres, la palme de l'originalité revenant au Toulonnais Mathieu Bastareaud: "J'ai toujours sur moi ma chaussette de Créteil, qui est mon premier club et auquel je suis resté très attaché. Elle reste accrochée à mon sac et je l'amène partout". Le Toulousain Gaël Fickou a fini par confesser porter toujours le même sous-short blanc, "lavé" tient-il toutefois à préciser. Le Clermontois Wesley Fofana se classe, pour sa part, dans le clan des repentis : "J'avais beaucoup de tout cela mais j'ai tout arrêté. Des crampons à mes bijoux, j'avais des rituels mais j'ai tout enlevé. Les fausses croyances vous font perdre trop d'énergie et ce n'est jamais bon".

Thierry Dusautoir (XV de France) - le 5 septembre 2015

Thierry Dusautoir (XV de France) - le 5 septembre 2015Icon Sport

Restent enfin les moins superstitieux de tous, qui ne croient qu'en eux-mêmes pour maximiser leur performance. Pas de chaussette ni de bijou pour eux, mais le plus souvent une routine d'échauffement personnelle à laquelle ils ne dérogent pas, à l'image de l'arrière Scott Spedding qui "aime bien travailler le jeu au pied". Le dernier mot revient au capitaine Thierry Dusautoir, fidèle à lui-même: "On a nos habitudes pour arriver concentré avant la rencontre. Ce sont des rythmes dans la journée, que ce soit le sommeil ou la préparation, savoir s'il faut plus ou moins s'exciter pour fournir l'agressivité nécessaire à un match de rugby". Le sort décide ensuite du reste.

Contenus sponsorisés
0
0