Icon Sport

"Sans rancune, les gars"

"Sans rancune, les gars"
Par Rugbyrama

Le 01/05/2018 à 16:31Mis à jour Le 03/05/2018 à 14:19

Enfin mon heure de gloire, la chance de ma vie. J’écris. Fini de servir les cafés, terminé les heures à chercher sur la toile el résultat de la 4e division du championnat bulgare… Oui j’écris sur Rugbyrama et j’ai une rubrique à moi pour vous faire vivre mon actu : c’est la semaine du stagiaire Midol !

Ça fait deux semaines que je suis arrivé au Midi Olympique, et je me régale en lisant les commentaires que vous avez laissé sur les papiers de mes prédécesseurs. Culture de la gagne oblige, je dois faire mieux ! Alors pas de langue de bois aujourd’hui dans "le stagiaire Midol" je vais tout vous dire sur nous, "les petits" de la rédaction. Déjà il faut que vous sachiez qu’on est bien coiffé, bien habillé. En fait on est juste beau-gosses.

Oui je sais les anciens vont dire qu’on est arrogants, insolents… Et c’est un peu vrai. Je ne sais plus si c’est Victor Hugo ou Lino Ventura qui a dit "Les cons ça osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît". Et bien des stagiaires qui écrivent sous couvert d’anonymat, ça osent tout… On a déjà trompé nos copines, on surveille Tinder tous les jours, mais surtout on partage tout ça avec vous. C’est ça l’esprit d’équipe, les gars ! Mais en général on aime pas trop se mettre en avant… Non, c’est pas notre genre. Alors j’aimerais vous dire d’être indulgents. De toute façon on n’est même pas encore vraiment des journalistes.

Pour le devenir, on donne tout avec les copains stagiaires. On se passe la main dans les cheveux, on se refile la Fédérale 1, et on s'accorde sur le fait qu'Emily Ratajkowski est la femme de notre vie. Ça vous fait rêver, je sais, c’est normal.

Si vous avez déjà lu nos rubriques, vous savez qu’on met de côté nos vies de sex-symbol pour vous écrire des articles de qualités. On est des mecs qui aiment le sport et l’aventure. Et tout ça, ça a un prix. Alors à toutes les chanceuses qui ont un jour croisé notre chemin, pardonnez-nous… Nous, on ne connaîtra qu’un seul amour : le rugby.

Voilà maintenant que vous connaissez mieux les stagiaires du Midol vous avez le droit de ne pas les aimer, de les chambrer… On n'est pas susceptible !

Mais il y a une dernière chose qu’il faut que vous sachiez, cette semaine le stagiaire du Midol est une stagiaire. Oui, une fille ! Sans rancune, les gars.

Contenus sponsorisés
0
0