Icon Sport

Mon week-end en Corse

Mon week-end en Corse
Par Rugbyrama

Le 20/02/2018 à 19:18Mis à jour Le 21/02/2018 à 09:04

J'écris. Fini de servir les cafés, terminé les heures à chercher sur la toile le résultat de la 4e division du championnat bulgare... Oui, j'écris sur Rugbyrama et j’ai une rubrique à moi pour vous faire vivre mon actu : c'est la semaine du stagiaire Midol !

Retour des choses sérieuses. Ce week-end, c'est la finale. En jeu, la majestueuse cuillère de bois. Un match d'une telle importance qu'il est programmé vendredi soir. Le tournoi lui-même ne nous considère pas mieux que les -20 ans. À croire que les Anglo-saxons ne s'amusent plus qu'entre eux.

Ralala, qu'est ce que j'ai fait pour tomber avec cette équipe de bras cassés

Ralala, qu'est ce que j'ai fait pour tomber avec cette équipe de bras cassésIcon Sport

Mais moi ce n'est pas ce match qui m'intéresse. De toute façon, jamais on ne me ferait bosser sur un tel événement. Mon objectif, c'est les féminines. Mais ça n'a rien de misogyne, je vous l'assure. C'est juste que samedi, elles jouent à Furiani. Et je me verrai bien demander une accréditation histoire de passer mon week-end en Corse. Du rugby, des filles, du soleil, les orteils en éventail... Le top !

Seulement, je n'ose pas. Mettez-vous à ma place. Idéalement placé au sein de la rédac, à côté des fenêtres et face à la télé, pour nous les stagiaires, déposer une requête, relève du parcours du combattant. Il faut traverser la grande salle commune (comme à Poudlard) avec sur la droite tous les journalistes, et sur la gauche les geeks de plus en plus tranchants.

Et c'est pas fini. Là, il faut s’engouffrer dans le couloir le plus long du monde. Passer devant tous les bureaux des différents responsables de la com, du marketing, du magazine... Pour arriver dans le bureau de notre rédacteur en chef, et là, tout est possible. Encore faut-il que sa mauvaise humeur chronique, depuis que les Bleus ne gagnent plus, s’arrête quelques instants...

Tu vois la, j'ai 1 place pour la Corse, si tu continues à écrire comme le XV de France joue, j'envoie l'autre à ta place...

Tu vois la, j'ai 1 place pour la Corse, si tu continues à écrire comme le XV de France joue, j'envoie l'autre à ta place...Icon Sport

Tout ça pour un week-end en Corse, je ne le sens pas. Mais n'hésitez pas à me donner des conseils en commentaire.

Revenons aux choses sérieuses, le match de vendredi soir, il est VRAIMENT important. Une défaite serait la 10e rencontre consécutive sans victoire pour les Bleus. Vous vous rendez compte ?? On a prévenu Jacques qu'il n'était plus le sélectionneur des Italiens ? Derrière, tu reçois les Anglais qui vont prendre un malin plaisir à nous humilier à Paris avant d'aller chercher une dernière défaite encourageante à Cardiff... Et c'est pas fini ! En juin, 3 leçons chez les Blacks qui ne savent plus ce qu'est le french flair. La série pourrait donc atteindre 15 matchs sans victoire, du jamais-vu depuis les années 20 (selon mes collègues les plus dégarnis).

On a plus le french flair, en tout cas moi j'ai senti quelque chose, l'odeur de la défaite peut-être

On a plus le french flair, en tout cas moi j'ai senti quelque chose, l'odeur de la défaite peut-êtreIcon Sport

Alors juste un petit conseil pour les rescapés du XV de France, (sans les blessés et les fêtards). Ce week-end, plus de blague. Gagnez ! Vous aurez sauvé les meubles et on vous laissera (presque) tranquille jusqu’au crunch. Mais gagnez ! Juste pour arracher un petit sourire à Guilhem, le pauvre, il en peut plus.

Contenus sponsorisés
0
0