Icon Sport

Les traditions résistent

Les traditions résistent
Par Rugbyrama

Le 26/06/2018 à 17:26Mis à jour Le 26/06/2018 à 17:47

Enfin mon heure de gloire, la chance de ma vie. J'écris. Fini de servir les cafés, terminé les heures à chercher sur la toile le résultat de la 4e division du championnat bulgare... Oui, j'écris sur Rugbyrama et j’ai une rubrique à moi pour vous faire vivre mon actu : c'est la semaine du stagiaire Midol !

Quand on travaille dans une rédaction rugby, forcément on dépend de l'actualité du ballon ovale. Mais en ce moment, on ne se cache pas que ses rebonds hasardeux ont du mal à se faire remarquer. Déjà parce que les résultats du XV de France ne sont pas flamboyants. Et oui, j'aurais préféré ne même pas en parler mais c'est le passage obligé ! Parce que nous aussi au Midol, malgré les pronostics unanimes en faveur de la Nouvelle-Zélande, on nourrissait l'espoir d'un exploit à Dunedin pour recadrer ces Kiwis qui en ont tant besoin... On ne s'arrêtera pas sur le magnifique geste technique de M.John Lacey, arbitre du match, sur le troisième essai black.

Ça, c'est travaillé à l'entraînement ! Sinon, il est clair que les Néo-Zélandais sont au-dessus de nous. Mais comme des bons Français, on a besoin de se trouver des excuses pour se rassurer. Et finalement le fait d'avoir Jacques Brunel comme sélectionneur accentue ce phénomène et rend tout le monde positifs : "les Irlandais on aurait dû les battre", "les Écossais on aurait dû les battre", "il nous manquait la moitié des titulaires", "ouais mais les Blacks sont favorisés", etc...

"Comme dirait notre bon Francky, la roue tourne va vite tourner, vous verrez"

"Comme dirait notre bon Francky, la roue tourne va vite tourner, vous verrez"Icon Sport

Mais si on veut trouver le prétexte parfait pour passer à autre chose après cette série de test-matchs soldée à 19 essais dans les valises, il faut rappeler que la tournée d'été, les joueurs s'en fichent ! Bien sûr que se rendre en terre néo-zélandaise pour affronter la meilleure équipe du monde, ça fait rêver. Mais le faire en l'absence de nombreux cadres, dans un contexte de reconstruction du XV de France et de suprématie All Black, forcément ça fait moins envie pour les joueurs qui ont enchaîné plus de 30 matchs dans la saison. Pour ne rien arranger, il y a la Coupe du Monde de foot, qui attise les passions de dizaines de millions de supporters à travers le monde, aguerris ou non. Ça ne fait pas forcément les affaires du rugby.

"Pssst, Rémi, on aurait pas dû faire comme les autres pour mater le foot tranquille ?" "Grave, même les footeux jouent mieux que nous..."

"Pssst, Rémi, on aurait pas dû faire comme les autres pour mater le foot tranquille ?" "Grave, même les footeux jouent mieux que nous..."Icon Sport

Du coup c'est calme. Très calme. Et comme on est dans le creux de la vague, c'est le moment des congés. Alors en tant que stagiaire, les vacances sont pour moi un concept très abstrait de repos annuel en compensation du travail accompli... Ça veut dire que quand on a travaillé un certain nombre de semaines dans l'année on peut avoir des semaines de congés ? Bizarre. J'ai jamais trop compris en fait.

"Youhou le stagiaire, on est là, regarde tout ce qu'on peut faire. Et on tape dans les mains"

"Youhou le stagiaire, on est là, regarde tout ce qu'on peut faire. Et on tape dans les mains"Midi Olympique

Pendant la période estivale, la rédaction s'est transformée en un espace calme (ou presque) où l'on s'est mis au rythme des reprises des clubs à l'entraînement. Bonne humeur, blagues sur les footeux devant le Mondial, et cantine de plus en plus vide. Ça m'aura quand même permis de me rendre au Stade Toulousain pour observer la reprise des troisièmes du dernier championnat. Et de m'apercevoir que le clivage avants-trois-quarts existe même au plus haut niveau. Si, si, même au grand Stade, les trois-quarts raillent les passes approximatives des "gros" tandis que ceux-ci les traitent de "filles". Comme quoi la professionnalisation n'efface pas certaines choses. Malgré le business, les dangers sur la santé et la multiplication des enjeux, les traditions résistent.

Contenus sponsorisés
0
0