Icon Sport

Le week-end de tous les possibles

Le week-end de tous les possibles
Par Rugbyrama

Le 27/02/2018 à 16:47Mis à jour Le 27/02/2018 à 16:48

Enfin mon heure de gloire, la chance de ma vie. J'écris. Fini de servir les cafés, terminé les heures à chercher sur la toile le résultat de la 4e division du championnat bulgare... Oui, j'écris sur Rugbyrama et j’ai une rubrique à moi pour vous faire vivre mon actu : c'est la semaine du stagiaire Midol !

XV de France, Oyonnax, Agen. Toutes ces équipes ont un point commun. Elles enchaînent les "défaites encourageantes", les "bons matchs sans être récompensées". Mais cette fois-ci, c'est terminé. Ils ont TOUS GAGNÉ.

Le XV de France a gagné. Je répète, le XV de France a gagné un match de rugby. Parce que tu peux perdre une fois, mais pas deux. Tu peux perdre deux fois, mais pas trois. Le XV de France peut perdre 8 fois (oui contre le Japon, on a perdu), mais pas 9. Youhou ! La rédaction du Midol était en folie après l'essai de Bastareaud. Non, je rigole, il était 22h30 et j'étais tout seul. Les autres étaient à Marseille pendant que je faisais des brèves sur les essais des Bleus (on marque tellement peu que, chaque fois que l'on franchit la ligne, on écrit dessus).

Jacques Brunel lors de la présentation du nouveau staff du XV de France le 08/01/2018

Jacques Brunel lors de la présentation du nouveau staff du XV de France le 08/01/2018Icon Sport

Le sélectionneur des Bleus l'avait annoncé : "on doit être en situation de gagner le Tournoi avant d'affronter l'Angleterre". Eh bien, c'est possible. D'accord, il faudrait un concours de circontances incroyable. Mais c'est possible ! Et puis, vous croyez vraiment que le vieux druide gersois s'était dit "on va surclasser l'Irlande puis atomiser les Écossais" ? Bien-sûr que non, il le savait que l'on allait seulement gagner contre l'Italie. Mais qu'avec deux bonus défensifs, nous serions encore dans la course pour "gagner le Tournoi". Pas folle la guêpe !

Évidemment, les quelques lignes que vous venez de lire sont cyniques. Mais pour les derniers irréductibles Gaulois, je vous l'annonce solennellement (roulement de tambours) : NON, NOUS NE GAGNERONS PAS LE TOURNOI ET PLUS LE MOINDRE MATCH.

Mais, est-ce réellement le plus triste ? Non, nous étions prévenus, le rugby français est malade. Et que fait-on quand on est malade ? On soigne le mal par le mal, on évince Teddy Thomas et on le remplace par Rémy Grosso. Grâce à l'énorme opposition italienne, Rémy a gagné sa place contre l'Angleterre. A voir si un joueur qui prend un petit cadrage débordement par Negri, peut s'en sortir face à Watson.

Remy Grosso France

Remy Grosso FranceIcon Sport

Le match du XV de France a encore convaincu les amateurs de beau jeu. Ou pas. Heureusement pour eux, les Barrett, Sonny Bill et compagnie ont fait leur retour sur les pelouses. Et oui, le Super Rugby a repris ses droits ce week-end. Petit quiz, pour commencer : quels sont les points communs entre les matchs des Bleus et le championnat le plus spectaculaire du monde ? Pas de piège. Simplement la taille du terrain et la forme du ballon.

J'espère que vous n'avez pas fait le même erreur que moi et que vous avez respecté les consignes de sécurité avant de zapper entre XV de France et hémisphère sud. Mouillez-vous bien la nuque. Et surtout, pour les jeunes : ne retentez pas les gestes de vos idoles du Super Rugby à l'entraînement, ces gens sont des professionnels. L'IMPORTANT, C'EST LE COMBAT, L'ENGAGEMENT, LES CARAMELS, LES BOUCHONS.

Joe Rokocoko - Racing 92

Joe Rokocoko - Racing 92Icon Sport

Tous les rugby ne se ressemblent pas mais ils partagent tous les fameuses valeurs du rugby. D'ailleurs, l'hommage de leur ambassadeur Pascal Papé ne devrait pas tarder, suite à la retraite d'Heaslip. En attendant, à la rédac, on se rassure avec les faiblesses des Italiens, sans encenser les Bleus. Pour préparer, au mieux, le journal du lendemain de défai.. du match contre l'Angleterre.

Contenus sponsorisés
0
0