Icon Sport

Le plus beau club n'est pas celui que l'on croit

Le plus beau club n'est pas celui que l'on croit
Par Rugbyrama

Le 23/10/2018 à 17:30Mis à jour Le 24/10/2018 à 08:00

LE STAGIAIRE MIDOL – Enfin mon heure de gloire, la chance de ma vie. Fini de faire les cafés, terminées les heures à chercher sur la toile le résultat de la 4e division du championnat bulgare... Oui j'écris sur Rugbyrama et j'ai une rubrique à moi pour vous faire vivre mon actu : c'est la semaine du stagiaire Midol !

En quelques mois de stage au Midi olympique j'ai eu l'occasion, la chance même, d'assister à plusieurs matchs à différents niveaux. Surtout, j'ai pu échanger avec les joueurs, entraîneurs, dirigeants ou supporters de nombreux clubs. Et si à mes yeux aucun club n'a plus de valeur que le RC Châteaurenard, je me suis pris de curiosité pour le Castres olympique. L'an dernier, le club du Tarn a joué de sa réputation de petit poucet pour s'enlever la pression à l'approche des phases finales. Bingo ! Couplée à un courage et un sens du collectif poussé à l'extrême, la technique a marché jusqu'au bout, la "sous-préfecture" l'emportant face à l'ogre montpelliérain.

Cette saison le CO n'a pas vraiment changé sa façon de penser : du franc-parler et du pragmatisme. La malédiction du champion ? Christophe Urios et sa bande n'en ont rien à faire, ils brisent dès la reprise du championnat le mauvais sort en gagnant à Montpellier, à Toulouse pour le derby, à chaque fois grâce à une détermination remarquable. Il y a eu la défaite à domicile contre le Stade français mais sous une pluie battante elle relève plus de l'anecdote que d'un problème sérieux. Et ce week-end il y a encore cette très belle victoire contre le leader anglais Exeter malgré la réduction à 14...

"Essaie de me plaquer pour voir ?!"

"Essaie de me plaquer pour voir ?!"Icon Sport

Si j'ai pu aller à Pierre-Fabre, ce n'est pas seulement pour profiter des bons petits sandwiches et de la bonne humeur qui habite l'espace presse. C'est avant tout pour suivre le match sérieusement et interviewer les joueurs à la fin de celui-ci. Ainsi j'ai pu découvrir l'accessibilité et la gentillesse des Castrais, prêts à répondre à quiconque, n'importe quand et surtout avec le sourire.

Loin de moi l'idée que les joueurs des autres clubs ne sont pas accessibles et souriants, mais des champions de France se dégage un naturel sympathique étonnant. Une proximité et une simplicité qui expliquent probablement leur récente épopée. Le CO, tout en sortant la carte de l'éternel outsider, s'est construit un palmarès sans faire de complexes et en regardant tous ses adversaires de la même façon une fois les pieds sur le terrain.

"On est chez nous !"

"On est chez nous !"Icon Sport

Et que dire des supporters castrais et leur passion indéfectible ? Eux qui sont venus en nombre à Toulouse pour encourager leur équipe à rester invaincu à Ernest-Wallon. Ils ont d'ailleurs réservé à leurs joueurs et au staff à la fin du match une ovation si vibrante que l'on se serait cru à la sortie de l'enceinte de Pierre-Fabre.

Le CO ne renvoie pas une image de rugby bien léché et de rencontres rocambolesques. C'est plutôt un rugby de besogneux, de combat et de joueurs prêts à tout donner pour leurs coéquipiers. On est loin de qualificatifs correspondant au "meilleur championnat du monde" mais cela peut rassurer quand on perd les derniers flancs d'amateurisme sur la planète ovale. Puis ça colle peut-être un petit peu au rugby provençal dans lequel j'ai grandi...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0