Icon Sport

La Rochelle s'offre un recrutement estampillé Top 14

La Rochelle s'offre un recrutement estampillé Top 14

Le 28/05/2014 à 13:54Mis à jour Le 28/05/2014 à 16:39

En engageant le troisième ligne du BO, Benoît Guyot, et l’ouvreur Jean-Pascal Barraque en manque de temps de jeu au Stade toulousain, l’Atlantique stade rochelais complète son effectif pour se maintenir en Top 14. Entre potentiel et ambition, ces deux recrues sont parfaitement dans l’état d’esprit maritime. En attendant les suivantes.

La montée validée à l’issue de la finale d’accession remportée dimanche contre Agen (31-22), le recrutement n’a pas tardé à s’enchaîner du côté du Stade rochelais. Depuis lundi, le staff de l’ASR est logiquement sollicité. "Nos journées sont chargées mais c’est excitant", confie Fabrice Ribeyrolles. Ce mardi, deux joueurs labellisés Top 14 se sont engagés avec La Rochelle, où a également prolongé, pour une année, l’ailier Sireli Bobo. Déjà évoqués comme futurs joueurs possibles du club de la cité portuaire, le troisième ligne Benoit Guyot et l’ouvreur/arrière Jean-Pascal Barraque ont signé pour deux saisons. Si le premier vient du Biarritz olympique, où tous les deux ont évolué ensemble, le second arrive du Stade toulousain, où il n’a que peu joué. "Nous avions déjà de bons contacts, il ne manquait pas grand-chose, précise Fabrice Ribeyrolles. Je suis très content, ce sont des joueurs ambitieux au gros potentiel, cela colle à l’image du club."

Barraque et Bobo, en attendant un dernier ailier polyvalent ?

C’est logiquement l’entraîneur des arrières rochelais qui s’est occupé du cas Barraque, "partant, même en Pro D2", dixit Ribeyrolles. "Nous avons eu un bon feeling, nous sommes sur la même longueur d’onde. Il possède les mêmes valeurs de travail et veut grandir avec nous. Il aura sûrement plus de temps pour s’imposer chez nous qu’au Stade toulousain où c’est très compliqué". Libéré de son contrat après un an à Toulouse, Jean-Pascal Barraque, 23 ans, devrait arriver revanchard en Charente-Maritime. Sur les bords de la Garonne, il n’a disputé que sept matchs, dont cinq en tant que titulaire (deux à l’arrière, et trois à l’ouverture). Un profil polyvalent qui a forcément attiré son futur coach. L’ancien Clermontois complète : "C’est un Français, cela va nous faciliter la tâche, puis il a un bon potentiel, notamment dans l’animation offensive. Il dispose de belles qualités d’appuis et de vitesse pour créer du danger. Avoir été titulaire à Toulouse à 22 ans, ce n’est pas rien !"

Un renfort de poids à l’ouverture où Fabien Fortassin a démarré 31 (des 33) rencontres cette année. Fabrice Ribeyrolles espère justement que son arrivée apportera, en plus d’une concurrence nécessaire, différentes possibilités dans la stratégie de son équipe. "Il nous permettra d’alterner entre plusieurs formes de jeu, de maintenir Fabien sous pression, et de gérer l’effectif plus facilement". Pour compléter le groupe charentais côté trois-quarts la saison prochaine, l’entraîneur pourra aussi compter sur l’ailier Sireli Bobo, prolongé un an après ses trois mois très convaincants en tant que joker médical. "Il est heureux ici, et nous sommes contents de lui, explique Ribeyrolles. "La montée nous a permis d’espérer le conserver. Cela prouve un peu plus nos ambitions". Juste avant la confirmation de cette prolongation, l’entraîneur concédait mardi, toujours des "besoins sur les extérieurs". Il n’exclue pas la venue d’un autre ailier, peut-être polyvalent.

Après Guyot, deux dernières recrues en première et deuxième lignes ?

De son côté, le pack maritime s’enrichit également pour le Top 14 avec l’arrivée de Benoît Guyot en troisième ligne, poste où la concurrence s’annonce rude. Formé au Stade français, le Biarrot avait stipulé à son président qu’il souhaitait poursuivre sa carrière en Top 14, après la relégation du BO. Serge Blanco l’a finalement libéré de son contrat afin qu’il rejoigne La Rochelle. Contacté au téléphone par Rugbyrama mardi, Guyot s’est dit "heureux de pouvoir s’intégrer dans un projet ambitieux". Très utilisé cette saison, après avoir éclos en 2011 au moment du Mondial néo-zélandais, ce flanker mobile et efficace dans les regroupements (1m84, 100 kg) dispose "d’un profil plaqueur – récupérateur très intéressant que nous n’avions pas dans notre équipe", nous détaille l’entraîneur des avants. "Il colle très bien à l’image de ceux dont on dispose déjà à ces postes : avec beaucoup de qualités et encore une belle marge de progression, même s’il a déjà une bonne expérience du Top 14."

Si le recrutement en troisième ligne est terminé, le staff rochelais est toujours à la recherche d’autres renforts. En deuxième ligne déjà, où un dossier reste à "finaliser", Patrice Collazo se dit "optimiste". "Il faut que le joueur puisse apporter un plus value rugbystique et dans l’expérience", insiste le Varois. S’il s’agira d’un étranger, pas question d’en savoir plus avant que le dossier ne soit bouclé afin de faire face au départ du néo-retraité Franck Jacob. En première ligne, l’entraîneur des avants concède également regarder le marché mais sans, forcément, être dans la plus grande nécessité, malgré les départs de Lafoy ou Clément. Il faut dire qu’à ces postes, le recrutement avait été largement anticipé avec les venues annoncées du pilier gauche biarrot Thomas Synaeghel, et du jeune pilier polyvalent de Bourgoin, Vincent Pelo. Avec Guyot, Barraque et Bobo, le staff rochelais peut désormais compter sur sept nouveaux joueurs puisque le grand deuxième ligne néo-zélandais Romana Graham (venu d’Exeter) et le Fidjien du Racing Jone Qovu en troisième ligne ont également signé depuis plusieurs semaines. Ils évolueront donc, pour leur plus grand bonheur, en Top 14 avec l’ASR, où la construction de la nouvelle tribune est sur le point de démarrer.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0