Rugbyrama

Le XV des meilleurs plaqueurs by La Grande Mêlée !

Le XV des meilleurs plaqueurs by La Grande Mêlée !
Par Rugbyrama

Le 11/07/2021 à 18:21Mis à jour Le 11/07/2021 à 18:39

LA GRANDE MËLÉE - L'heure du bilan a sonné. Urdapilleta, Elstadt, Barlot... Retrouvez le XV des meilleurs plaqueurs de la saison.

Ce sont les postes de la Grande Mêlée que nous prenons en compte. Voici la meilleure équipe que vous auriez pu aligner pour faire mal aux attaques adverses !

Pilier gauche : Reda Wardi (La Rochelle, 159 plaquages)

À l'image de son équipe, Reda Wardi a réalisé une excellente saison, pour le moins surprenante. Le Rochelais de 25 ans a disputé un total de trente matchs (dont deux finales face au Stade Toulousain), une performance rarissime pour un pilier. Après quatre saisons de Pro D2 sous les couleurs biterroises, il s'essaie au Top 14 en signant à La Rochelle en 2019. Peu à peu, le Montpelliérain de formation surprend par ses talents de défenseurs et devient un élément incontournable de l'effectif de Jono Gibbes. Auteur de 159 plaquages, l'espoir devient alors valeur sûre et sera probablement attendu en Europe la saison à venir.

Top 14 - Reda Wardi (La Rochelle)

Top 14 - Reda Wardi (La Rochelle)Icon Sport

Talonneur : Gaëtan Barlot (Castres, 191 plaquages)

Barlot effectuait sa première saison dans l'élite après avoir été formé en Pro D2 du côté de Colomiers ces trois dernières années. Malgré des débuts difficiles, il s'impose et monte en puissance au fil de ses prestations. Au point d'être titularisé pour la première fois par Fabien Galthié face à l'Australie (23-21), mercredi dernier. Sur la saison, le jeune talonneur de 24 ans a disputé vingt-trois rencontres et figure parmi les sérieux atouts d'un club désireux de se construire un avenir solide autour d'un effectif stable. Une véritable révélation.

Pilier droit : Sam Nixon (Bayonne, 179 plaquages)

Pour lui aussi c'était sa première saison en Top 14 puisqu'il évoluait à Bath précédemment. Cependant, le dénouement fut cruel pour son club, Bayonne, relégué en Pro D2 au terme d'une saison très moyenne. Avec sa force physique impressionnante et ses plaquages défensifs, Sam Nixon a été une excellente recrue pour Bayonne, lui qui est reparti en Angleterre.

Deuxième ligne : Mariano Galarza (Bayonne, 208 plaquages)

Il est l'avant ayant disputé le plus de matchs à l'Aviron. Promu capitaine de l'équipe, le deuxième ligne impitoyable en touche Mariano Galarza, n'aura cependant pas réussi à maintenir Bayonne en Top 14. L'Argentin utilisera son expérience et ses qualités de plaqueurs pour tenter de ramener les Bayonnais sur le devant de la scène.

Deuxième ligne : Paul Gabrillagues (Stade Français, 185 plaquages)

Gabrillagues est un deuxième ligne dur sur l'homme qui n'hésite pas à imposer son style assumé. Formé au Stade Français, l'enfant du club a disputé 151 matchs sous les couleurs des Stadistes depuis 2014. Cette saison, l'international français de 29 ans, suspendu à deux reprises, a disputé 21 rencontres et a continué de s'imposer en tant que titulaire indiscutable. La saison prochaine Paul Gabrillagues, fort de son expérience (il entamera sa neuvième saison au Stade Français) aura à coeur d'amener la Pink Army vers le haut.

Top 14 - Paul Gabrillagues (Stade Français).

Top 14 - Paul Gabrillagues (Stade Français).Icon Sport

Troisième ligne : Rynhardt Elstadt (Toulouse, 230 plaquages)

Arrivé au club en 2017, le flanker australien de 31 ans confirme son immense talent au fil des années. Elstadt est le joueur ayant effectué le plus de plaquages cette saison en Top 14. Une statistique peu surprenante pour ce joueur de l'ombre ô combien efficace défensivement. En terminant l'année avec 1195 minutes disputées, il figure parmi les Toulousains les plus utilisés par Ugo Mola au cours d'une saison très longue auréolée cependant d'un titre de champion de France et de champion d'Europe... c'est dire toute l'importance qu'il a au sein de l'effectif Rouge et Noir.

Troisième Ligne : Raphaël Lakafia (Toulon, 215 plaquages)

L'international français de 32 ans, qui entamait sa quatrième saison sous les couleurs de Toulon, est le joueur le plus utilisé par Collazo. A l'image de son équipe, Lakafia n'a pas spécialement brillé mais ne s'est jamais caché. Besogneux, constant, le finaliste de la coupe du monde 2011 reste malgré tout le solide plaqueur destructeur que nous connaissons.

Troisième Ligne : Fritz Lee (Clermont, 229 plaquages)

Avec plus de 1800 minutes de jeu à son compteur, Lee est le joueur le plus utilisé de l'effectif clermontois. De joker médical lors de sa première année au club en 2013 à titulaire indiscutable, le parcours du troisième ligne est honorable. A l'instar d'Elstadt, le Samoan de 32 ans est un plaqueur incontournable avec un profil technique et dynamique aussi dur à l'impact que fluide dans le jeu du mouvement. En Top 14 cette saison le colosse (1m88, 107kg) a notamment inscrit 6 essais.

Demi de mêlée : Maxime Lucu (Bordeaux, 127 plaquages)

Quelle saison pour Maxime Lucu et ses coéquipiers ! Associé majoritairement avec l'international français Jalibert, le numéro 9 a réalisé une saison de haute volée avec 28 matchs toutes compétitions confondues. Le demi de mêlée de 28 ans cherchera à confirmer ses belles années sous le maillot bordelais la saison prochaine et aller chercher un titre, cette fois-ci.

Demi d'ouverture : Benjamin Urdapilleta (Castres, 166 plaquages)

Avec 321 points au compteur, le demi d'ouverture du CO termine la saison "meilleur réalisateur du championnat". Le demi d'ouverture a même battu le record de points marqués en un match de Top 14 avec ses 33 unités contre Montpellier. Même si le Castres Olympique ne s'est pas qualifié pour les phases finales, l'international argentin de 36 ans a régalé et n'aura pas grand chose à se reprocher. Comme à l'accoutumé, l'audacieux numéro 10 cumule un bon nombre de plaquages (166), aussi bon en attaque qu'en défense. Urdapilleta sera de la partie la saison prochaine pour tenter d'amener le club en phases finales et espérer un meilleur dénouement.

Benjamin Urdapilleta (Castres) face à Toulouse.

Benjamin Urdapilleta (Castres) face à Toulouse.Icon Sport

Ailier : Axel Muller (Brive, 95 plaquages)

Muller cette saison c'est 19 titularisations en 19 feuilles de match avec un total de 6 essais et 95 plaquages. De très belles performances pour le détonateur de Brive qui a pleinement contribué à "l'objectif maintien" en Top 14. L'ailier dynamique espérait même rejoindre la sélection argentine, six ans plus tard, mais malheureusement pour lui, la concurrence semble assez rude.

Centre : Yan Lestrade (Bayonne, 137 plaquages)

Malgré le dénouement fatal de la saison à Bayonne, l'enfant du club Yan Lestrade - prolongé dernièrement jusqu'en 2024 - s'impose désormais comme un incontournable. Il a su rapidement maximiser son temps de jeu et saisir les opportunités qui lui ont été offertes par son manager, Yannick Bru. Le champion de France de Pro D2 (2019) aura pour ambition de retrouver l'élite le plus rapidement possible afin d'exposer ses qualités défensives et offensives.

Centre : Arthur Vincent (Montpellier, 128 plaquages)

Le phénomène de précocité Arthur Vincent (21 ans) continue sa progression fulgurante avec son club, comme en sélection. Promu capitaine du MHR à plusieurs reprises au cours de la saison, le centre rapide et polyvalent a néanmoins connu des hauts et des bas, à l'instar de son équipe. Le natif de Montpellier est doté de capacités physiques exceptionnelles - surtout pour son poste - qui lui permettent d'être un joueur ultra complet et performant. La saison prochaine sera celle de la confirmation pour le double champion du monde u20, actuellement en tournée en Australie avec le XV de France.

Arthur Vincent

Arthur VincentIcon Sport

Ailier : Eneriko Buliruarua (Brive, 90 plaquages)

Il est l'une des recrues importantes de La Rochelle pour la saison à venir. Et pour cause. L'ailier Eneriko Buliruarua a des qualités techniques et surtout physiques hors normes (1m86, 105kg). Il s'en sert à bon escient pour impressionner offensivement avec sa vitesse mais aussi pour se montrer impérial en défense. Capable d'évoluer à cinq postes différents, le joueur arrivé à Brive en 2019 en provenance de Toulon, où il avait fait ses premières classes, figurait comme l'un des points forts des hommes de Davidson.

Arrière : Geoffrey Palis (Castres, 119 plaquages)

L'arrière de formation Geoffrey Palis, pourtant excellent dans la maitrise des balles hautes, a reculé au poste d'ailier cette saison et n'a pas déçu. Comme Buliruarua, il se sert de son physique et de son jeu agressif et dynamique pour plaquer ses adversaires et transperser les défenses. Le natif d'Albi a disputé 24 matchs pour 23 titularisations cette saison et a inscrit 6 essais, son meilleur total depuis son arrivée dans le Tarn en 2013. Au vu de la concurrence, il en faudra davantage pour espérer retrouver, peut être un jour, le XV de France qu'il avait cotoyé sous l'ère Brunel le temps d'un tournoi des 6 nations.

Contenus sponsorisés