Other Agency

Les principaux suspects du meurtre d'Aramburu condamnés à de la prison pour une affaire de 2015

Les principaux suspects du meurtre d'Aramburu condamnés à de la prison pour une affaire de 2015
Par AFP

Le 29/06/2022 à 18:23Mis à jour

JUSTICE - Loïk Le Priol et Romain Bouvier ont été condamnés mercredi à deux et trois ans de prison ferme pour une autre affaire remontant à sept ans : la violente agression de l'ex-responsable d'un groupuscule d'extrême droite. Ils sont incarcérés depuis le 1er avril après la mort par balles de l'ex-international argentin Federico Martin Aramburu.

Principaux suspects du meurtre en mars de l'ex-rugbyman argentin Federico Martin Aramburu, Loïk Le Priol et Romain Bouvier ont été condamnés mercredi à deux et trois ans de prison ferme pour une autre affaire remontant à 2015. Ils avaient violemment agressés un ex-responsable d'un groupuscule d'extrême droite. Leurs trois co-prévenus ont été condamnés à des peines allant de deux ans avec sursis à cinq ans dont deux ans ferme, le tribunal judiciaire de Paris retenant pour tous la circonstance aggravante de la préméditation.

En octobre 2015, ils avaient infligé gifles, coups de pied et de poing à Edouard K., ancien ami et ex-dirigeant du groupuscule Groupe union défense (GUD), à son domicile. Ils l'avaient menacé d'un couteau puis contraint à se déshabiller et à danser, pendant que Loïk Le Priol filmait la scène. Ce militant d'ultradroite, ex-commando marine de 28 ans, a été condamné à quatre ans de prison dont deux ferme, la présidente du tribunal lui attribuant "une position centrale dans les faits".

La peine prend toutefois en compte l'"altération du discernement" de Loïk Le Priol au moment des faits, reconnue par l'expertise psychiatrique, l'ex-commando marine ayant été rapatrié quelques mois plus tôt d'une mission dans les forces spéciales en raison d'un stress post-traumatique.

"Je n'étais pas moi-même"

Évoquant le suivi psychologique entamé, après une période de "déni", il avait assuré avoir "eu une évolution énorme depuis" les faits. Cette affirmation avait fait réagir dans la salle, au vu de sa mise en examen et de son incarcération le 1er avril pour "assassinat", après la mort par balles de l'ex-international argentin Federico Martin Aramburu suite à une altercation à Paris.

Ce drame avait plané sur les débats, mais "vous êtes présumé innocent et je ne poserai aucune question à ce sujet", avait notamment souligné Léon-Lef Forster, avocat d'Edouard K.

Quant à Romain Bouvier, décrit par la victime comme "un des plus violents" lors de l'agression, il s'est vu infliger la peine la plus lourde, cinq ans de prison dont trois ferme. Leur condamnation est assortie d'une obligation de se soigner, de travailler et d'indemniser la victime pendant deux ans, ainsi que de l'interdiction de port d'arme pendant cinq ans.

Contenus sponsorisés