Midi Olympique

Mondial U20 - Romain Ntamack (France) : "L'aboutissement de notre histoire"

Ntamack : "L'aboutissement de notre histoire"

Le 18/06/2018 à 14:47

Devenu champion du monde des moins de 20 ans ce dimanche, après la victoire des Bleuets contre l'Angleterre à Béziers, l'ouvreur ou centre Romain Ntamack insiste sur les liens entre les joueurs de cette génération qui se côtoient depuis plusieurs années.

Rugbyrama : Que ressent-on quand on devient champion du monde ?

Romain Ntamack : On ressent plein de choses à la fois. C'est bizarre comme sensation mais je suis super heureux. Je ne sais pas à quel point je réalise vraiment. Sur le coup, j'étais content sans réellement savoir pourquoi. C'est quand même spécial et il faut le savourer.

Mondial U20 - L'Equipe de France championne

Mondial U20 - L'Equipe de France championneIcon Sport

Est-ce l'aboutissement d'une aventure ? Un rêve de gosse ?

R.N. : Oui, c'est déjà un rêve de gosse. Puis devenir champion du monde avec une bande de potes, car c'est ce que nous sommes... On se connaît tous très bien, les liens sont forts et ce n'est que du bonheur.

De l'extérieur, au fur et à mesure que cette Coupe du monde avançait, on avait l'impression qu'il ne pouvait pas vous arriver grand-chose. Etait-ce pareil de l'intérieur ?

R.N. : On n'a jamais douté et on a toujours cru en nous. Finalement, ce premier match contre l'Irlande est bien tombé. Il a été très dur et cela nous a peut-être permis de redescendre un peu sur terre et de prendre conscience de certains choses capitales. Nous ne sommes pas passés loin de perdre. Derrière ça, chacun a beaucoup appris et s'est remis en question. Puis on s'est dit les mots qu'il fallait entre nous, le groupe s'est resserré et nous sommes partis à la guerre ensemble.

Mondial U20 - L'Equipe de france championne

Mondial U20 - L'Equipe de france championneIcon Sport

Ce groupe s'est-il donc aussi construit en cours de compétition ?

R.N. : A la fin du Tournoi des 6 Nations, nous étions sûrs de nous et abordions cette Coupe du monde avec l'intention de faire une très belle impression. Mais ce match contre l'Irlande a fait figure de piqûre de rappel. On a vu que notre équipe n'était pas invincible. Et, à partir de là, on a certainement encore davantage respecté nos adversaires. Que ce soit la Géorgie, l'Afrique du Sud ou autres en face, c'était pareil à nos yeux. Puis tout s'est déroulé comme prévu, notamment dans la mise en place de notre jeu, et cette génération est parvenue à aller décrocher ce titre.

C'est aussi un magnifique message pour le rugby français et sa formation...

R.N. : C'est vrai. Ce titre de champion de monde fait déjà plaisir aux joueurs qui l'ont décroché mais aussi à l'ensemble du rugby français. Je pense qu'à notre échelle, on ne se rend sûrement pas encore compte de cet impact. Mais si on a pu être les porte-paroles de notre rugby pendant trois semaines, de ce fameux French Flair, nous en sommes très fiers.

Et pourquoi pas continuer sur cette voie, avec notamment la perspective de la Coupe du monde 2023 en France ?

R.N. : C'est difficile de se projeter jusqu'à 2023. C'est encore loin et il peut se passer plein de choses d'ici là. On avait surtout à cœur de bien finir l'aventure avec cette génération. Nous évoluons ensemble depuis quatre ou cinq ans, on s'apprécie, on se retrouve souvent en-dehors du terrain. Alors terminer en beauté, comme ça sur une Coupe du monde à la maison et une finale contre l'Angleterre, on ne pouvait pas rêver mieux. C'est l'aboutissement de notre histoire.

Contenus sponsorisés
0
0