Icon Sport

Mondial U20 - Pas de bonus pour les Bleuets avant d’affronter l’Afrique du Sud

Pas de bonus pour les Bleuets avant d’affronter l’Afrique du Sud

Le 03/06/2018 à 15:37Mis à jour Le 05/06/2018 à 15:05

Après s’être fait peur face à l’Irlande mercredi, les Bleuets ont dominé la Géorgie (24-12) ce dimanche, lors de la 2e journée de phase de poule du mondial U20. Sans jamais véritablement trembler. Mais sans prendre le bonus offensif, cette fois. Le match face à l’Afrique du Sud, jeudi prochain, aura tout d’un quart de finale.

L’essentiel est assuré. Mais pour la cerise sur le gâteau, il faudra repasser. Malmenée par le XV du trèfle lors de la 1e journée du mondial, l’Equipe de France des moins de 20 ans a eu beaucoup moins à s’employer pour venir à bout de babys géorgiens pourtant séduisants, comme face à l’Afrique du Sud un peu plus tôt dans la semaine (27-33). Mais il y avait clairement la place pour aller décrocher un point de bonus offensif, si précieux pour la suite de la compétition. Les Bleuets, beaucoup trop tendres dans les rucks, repartent finalement du Stade de la Méditerranée de Béziers avec un goût d’inachevé. Il faudra s’imposer jeudi prochain, face aux Springboks, pour espérer viser, enfin, une place sur le podium du mondial junior.

Sébastien Piqueronies avait fait le choix d’aligner un XV profondément remanié pour affronter une équipe géorgienne que les Bleuets avaient terrassé 54-0, il y a presque un an jour pour jour, au même stade de la compétition. Mais à l’image du jeune demi-de-mêlée montpelliérain Aprasidze, qui a montré la voie à ses coéquipiers ce dimanche, la Géorgie version 2018 n’a strictement rien à voir avec le cru de l’an passé. Au point de faire douter les coéquipiers de Jordan Joseph en début de match après l’essai du capitaine géorgien Jalagonia (12e). Mais le troisième ligne centre français, omniprésent, a éclaboussé la première période de son talent pour mettre les Bleuets constamment dans l’avancée. Avec trois essais avant l’heure de jeu, signés Lavault, Vincent et Etcheverry, on pensait les Français sur la voie royale pour décrocher une deuxième victoire bonifiée. En vain.

Les soutiens en retard

Face à un XV géorgien à l’état d’esprit irréprochable jusqu’au coup de sifflet final, les Bleuets ont fait preuve de trop de laxisme, par moment, pour enfoncer le clou et, surtout, s’assurer un précieux bonus avant de disputer un « vrai-faux » quart de finale contre l’Afrique du Sud. La France, qui n’a cessé d’avancer ballon en main, a pourtant perdu un nombre important de munitions. La faute à des soutiens trop tardifs. Un point à rectifier d’urgence, la semaine prochaine.

Mais le collectif français, bien que remanié face à la Géorgie, a montré de belles choses devant son public. Avec, notamment une charnière Gimbert-Carbonel qui n’a rien d’une alternative par défaut, le staff tricolore a l’embarras du choix pour préparer le choc face aux Spingboks, après avoir donné une chance à tous les joueurs du groupe France de s’illustrer lors des deux premières rencontres de ce Mondial. Aux Bleuets maintenant de faire mieux que le match nul de l’an dernier, contre l’Afrique du Sud, pour chiper la première place de la poule et continuer d’entretenir de grandes ambitions.

Contenus sponsorisés
0
0