Midi Olympique

Mondial U20 - Les Bleuets en finale après leur victoire face aux baby Blacks

Majestueux, les Bleuets s’offrent la Nouvelle-Zélande et une finale

Le 12/06/2018 à 23:35Mis à jour Le 13/06/2018 à 14:28

Incroyable sensation à Aimé-Giral ! L’équipe de France des moins de 20 ans s’est qualifiée, ce mardi soir à Perpignan, pour la finale du mondial U20 après sa victoire 16-7 en demie contre la Nouvelle-Zélande. Les Bleuets ont signé une prestation de haut-vol qui marquera l’histoire à coup sûr.

On leur promettait l’enfer, trois jours après la fessée reçue par le XV de France face aux All Blacks (11-52). Ils ont finalement validé leur billet pour le paradis. A savoir une finale, à disputer dimanche face à l’Angleterre, vainqueur un peu plus tôt de l’Afrique du Sud (32-31) dans l’autre demi-finale. Les Bleuets signent un exploit historique, après un match à sens unique qui laissera pantois, et pour sans doute longtemps, tous les observateurs. C’est simple, les coéquipiers de Romain Ntamack ont littéralement marché sur des Baby Blacks dominés dans pratiquement tous les secteurs de jeu. Notamment en mêlée fermée, où le pack français n’a fait qu’une bouchée de son vis-à-vis. Même si la France s’est fait un peu peur en fin de partie, elle s’offre le droit de disputer une finale historique. Et, après avoir écarté ce qui se fait de mieux sur la planète rugby, s’avance comme un favori naturel pour succéder à sa victime du soir.

Mondial U20 - Romain Ntamack (France) marquant l'essai français contre la Nouvelle-Zélande

Mondial U20 - Romain Ntamack (France) marquant l'essai français contre la Nouvelle-ZélandeMidi Olympique

Une copie proche de la perfection

Face aux champions du monde en titre, les Bleuets n’ont jamais rougi. Jamais. Après sa démonstration face à l’Afrique du Sud en phase de poules, l’équipe de France a haussé son niveau encore d’un cran, sur la pelouse d’un stade Aimé-Giral à guichets fermés et qui n’a cessé d’entonner la Marseillaise. A l’image d’un Jordan Joseph une nouvelle fois stratosphérique, véritable aimant à ballon, les Bleuets ont écœuré leurs adversaires. Bien contents de n’être menés que 3-0 à la pause, malgré une domination outrageuse des Français, les Baby Blacks ont explosé dès le retour des vestiaires, sur un mouvement sublime conclu par Romain Ntamack (43e).

Mondial U20 - Les Français après l'essai de Romain Ntamack

Mondial U20 - Les Français après l'essai de Romain NtamackMidi Olympique

La suite ? Un récital. Demandez aux piliers néo-zélandais le souvenir que leur laissera le pack tricolore. Et notamment Bamba, clé de voute de la poussée française à son poste de pilier droit. Il a fait se lever tout en stade au moment de son remplacement (56e). A l’abri de deux essais transformés après l’heure de jeu, la France a ensuite réussi à contenir le baroud d’honneur des Baby Blacks, en toute fin de partie. Au vu du match, on irait même jusqu’à dire que c’était presque écrit : rien ne pouvait empêcher la France de disputer une finale historique. Sa première, dans ce championnat du monde junior. Son mondial, d’ailleurs.

Et maintenant, l’Angleterre

Dimanche, à Béziers, dans un Stade de la Méditerranée qui sera, à n’en pas douter, plein comme un œuf, ces Bleuets auront une occasion unique d’écrire une page historique pour le rugby français. C’est peut-être déjà fait, d’ailleurs. Alors que leurs aînés sont décriés comme rarement, à moins d’un an et demi de la Coupe du Monde au Japon, Louis Carbonel et les siens ont redonné du baume au cœur des supporters français. Parce qu’après une prestation aboutie comme celle-là, qui plus est face à la Nouvelle-Zélande, on peut se prendre à rêver de voire la relève prendre du galon d’ici l’année prochaine.

Mondial U20 - Pierre Louis Barassi (France) contre la Nouvelle-Zélande

Mondial U20 - Pierre Louis Barassi (France) contre la Nouvelle-ZélandeMidi Olympique

Même en cas de défaite dimanche, ce sentiment ne bougera pas d’un iota. La montagne anglaise qui se dresse face aux Bleuets ressemble, à s’y méprendre, au sommet de l’Everest. La France est l’a dans le viseur. Et a les jambes et le cœur pour y déposer son drapeau. Car même si l’Angleterre s’apprête à disputer sa sixième finale consécutive, ses largesses entrevues en mêlée fermée face à l’Afrique du Sud, un peu plus tôt dans la soirée, ouvrent une sacrée brèche à des avants français XXL contre l’ogre néo-zélandais.

Contenus sponsorisés
0
0