Icon Sport

Mondial U20 - Jules Gimbert (France) : "Ce sera une petite revanche"

Gimbert : "Ce sera une petite revanche"

Le 03/06/2018 à 18:45Mis à jour Le 05/06/2018 à 15:14

Après le succès contre la Géorgie ce dimanche à Béziers (24-12), l'équipe de France des moins de 20 ans va disputer la finale de son groupe jeudi contre l'Afrique du Sud, pour espérer être au rendez-vous des demies. Et, avant d'aborder ce match, le demi de mêlée Jules Gimbert conserve en tête un mauvais souvenir contre ce même adversaire il y a deux ans...

Rugbyrama : Quelle est votre première réaction après cette deuxième victoire dans la compétition ?

Jules Gimbert : Ce succès est d'abord un soulagement car c'était un match capital pour espérer jouer la première place du groupe contre les Sud-Africains. Il y a eu des choses bien faites, d'autres moins, mais je pense que le groupe s'est rassuré et qu'il peut aborder cette prochaine rencontre de la meilleure des manières.

Le fait de ne pas avoir empoché le point de bonus offensif est-il une frustration ?

J.G. : Oui, car des erreurs techniques et un certain manque de précision à l'approche de la ligne d'en-but adverse nous ont empêchés d'obtenir ce bonus. Si nous avions respecté ce que l'on avait dit à certains moments, on l'aurait eu.

La bonne nouvelle est pourtant que vous parvenez à vous créer beaucoup d'occasions...

J.G. : Il y a eu beaucoup d'intentions de notre part et nous avons réussi à dominer les Géorgiens. On savait que ce serait un gros combat car ils sont réputés pour ça. Cela a parfois été dur dans les rucks mais l'équipe s'en est bien sortie dans l'ensemble et, malgré ces occasions manquées, la prestation est plutôt belle.

Dans quel état d'esprit allez-vous aborder ce rendez-vous décisif contre l'Afrique du Sud ?

J.G. : Dans nos têtes, c'était clair : il fallait gagner les trois matchs de poule pour être en demi-finale. Ce sera difficile mais si on y met le cœur et un peu plus de justesse technique, on va y parvenir j'espère.

Que vous inspire votre prochain adversaire ?

J.G. : Cette équipe est un mélange de puissance et de vitesse. J'ai un souvenir d'il y a deux ans, avec la sélection des moins de 18 ans, où on avait joué là-bas et on avait ramassé contre eux (sic). Ce sera donc une petite revanche.

Le groupe a largement tourné sur les deux premières journées. Comment appréhendez-vous la concurrence ?

J.G. : Ce groupe est composé de vingt-huit joueurs qui ont l'habitude de jouer ensemble. Donc qu'il y ait des turnovers ou pas ne change rien. Tout le monde se fait confiance. Des automatismes existent et il n'y a pas de titulaires ou de remplaçants à nos yeux. La rotation permet aussi à certains de se reposer et d'aborder les matchs suivants avec davantage de fraîcheur.

Que représente pour vous le fait de disputer une Coupe du monde en France ?

J.G. : C'est quelque chose d'exceptionnel, un rêve de gosse. Surtout ici en France, devant notre public. On va dire que nous n'avons pas trop le droit à l'erreur mais la motivation est énorme à chaque match, chaque entraînement pour aller le plus loin possible. Si on peut s'inviter en finale, on ira. Et si on peut la gagner, on le fera.

A titre personnel, alors que vous avez effectué quelques apparitions avec le groupe professionnel à Bordeaux, cette compétition est-elle l'occasion aussi de vous mettre en évidence ?

J.G. : C'est dans la continuité de ce que je vis en club. Je travaille tous les jours pour essayer de gagner ma place, à Bordeaux ou avec la sélection. Donc j'espère que ça paiera plus tard.

Contenus sponsorisés
0
0