Icon Sport

Mondial U20 - Arthur Coville (France) : "Champions du monde et heureux"

Coville : "Champions du monde et heureux"

Le 17/06/2018 à 22:16Mis à jour Le 18/06/2018 à 10:57

Pour la première fois de leur histoire (la compétition des moins de 20 ans a vu le jour en 2008), les Bleuets sont devenus champions du monde ce dimanche à Béziers, après leur succès contre l’Angleterre (33-25). Le capitaine Arthur Coville savoure ce parcours exceptionnel.

Rugbyrama : Avec la force collective que vous avez démontrée sur cette finale, aviez-vous le sentiment que rien ne pouvait vous arriver ?

Arthur Coville : On le répète depuis le début de cette Coupe du monde et même depuis le Tournoi des 6 Nations. On savait que notre première force, c’était d’être très solidaires, que ce soit sur et en-dehors du terrain. Dans ce groupe, ce que l’on fait, on le fait tous ensemble. Et je crois que ça se ressent durant les matchs. Franchement, on s’entraide à chaque fois, on s’encourage toujours et cela a forcément une influence sur nos performances. C’est en partie grâce ça que nous devenus champions du monde.

L’Angleterre vous avait battus, déjà à Béziers, lors du dernier Tournoi. Y avait-il un sentiment de revanche ?

A.C. : Collectivement, non, car on avait insisté pour que ce ne soit pas le cas. Mais individuellement, chacun y pensait forcément. C’était dans le même stade, avec la même équipe en face, la seule contre laquelle on avait perdu cette année. Mais, au-delà, il fallait se faire plaisir, jouer comme on sait le faire. Et donc oublier toute la pression qu’il y avait autour de nous.

Il semble se dégager une énorme simplicité dans ce groupe...

A.C. : Aujourd’hui, notre but était avant tout d’avoir la banane sur le terrain. C’est la meilleure tactique pour se montrer performants. Nous en sommes convaincus, c’est ce qui nous offre cette force. Si tout était à refaire dans cette aventure, je le referais à 100 %.

Arthur Coville - France U20 (Champion du monde)

Arthur Coville - France U20 (Champion du monde)Icon Sport

Avez-vous douté durant l’entame de match, quand les Anglais étaient dominateurs ?

A.C. : Je vais être honnête, je ne peux pas être très précis car j’ai pris un petit KO et je ne me souviens pas de tous les détails. Mais le sentiment que j’ai, c’est celui d’être resté très confiant du début à la fin. Nous avons dominé notre sujet. Nous étions conscients qu’il faudrait être meilleurs sur quelques secteurs clés. Nous nous étions promis d’être supérieurs en mêlée et en touche par exemple. Dans ces domaines, on a récupéré des pénalités ou avancé à chaque fois. Il faut féliciter notre paquet d’avants, qui a aussi réalisé une compétition exceptionnelle. Ce titre, ce n’est pas juste la victoire de 23 mecs mais de la quarantaine qui ont été utilisés cette année. C’est la fin d’une belle génération mais je suis certain qu’il y en a d’autres à venir. Ce n’est pas le dernier titre.

Etiez-vous persuadé, depuis plusieurs semaines, que ce groupe allait être sacré ?

A.C. : Non, je n’en étais pas persuadé. Mais l’objectif était d’aller le plus loin possible. Inconsciemment, l’envie d’aller jusqu’au bout était énorme. On ne le répétait pas sans cesse entre nous mais on le savait. Cela nous a réussi. Désormais, nous sommes champions du monde et tout simplement heureux.

Contenus sponsorisés
0
0