Midi Olympique

Mondial U20 - L’antisèche : les Bleuets se sont enfin lâchés

L’antisèche : les Bleuets se sont enfin lâchés
Par Rugbyrama

Le 08/06/2018 à 00:17Mis à jour Le 08/06/2018 à 09:37

Victorieux de l’Afrique du Sud (46 - 29), les Bleuets ont enfin montré leur vrai visage. Auteurs d’un match abouti, ils rejoignent les demi-finales où ils affronteront les Baby Blacks mardi prochain à Perpignan.

Le résumé :

C’est une équipe de France aux deux visages que les spectateurs du Parc des Sports et de l’Amitié ont pu admirer face à l’Afrique du Sud. D’abord largement dominateur en première période, les Bleuets ont ensuite eu quelques passages à vide en seconde mi-temps. Auteurs d’un début de match canon, les Tricolores se sont vite envolés à la table de marque avec notamment 5 essais lors des 35 premières minutes (Joseph x2, Carbonel, Barassi, Ntamack). Rentrés aux vestiaires avec 29 points d’avance, les hommes de Sébatien Piqueronies ont connu un léger relâchement après l’heure de jeu.

Réduits à 14 après le carton jaune, pour faute répétée, du talonneur remplaçant Maxime Lamothe, les Bleuets ont encaissé deux essais durant leur période d’infériorité numérique. Revenus à seulement 14 points à 10 minutes du terme après un quart d’heure de folie, les Baby Boks ne réussiront pas à combler leur retard. Partis de trop loin, les joueurs de la nation arc-en-ciel se consolent tout de même en ralliant les demi-finales, où ils affronteront l’Angleterre.

Le facteur X : le non-apport des remplaçants

Face à une équipe d’Afrique du Sud toujours aussi dense sur le plan physique, les Bleuets ont souffert de la comparaison au cours de la seconde période. Rentrés en jeu pour apporter du sang neuf et un second souffle, les remplaçants tricolores n’ont pas eu le rendement attendu. La première ligne, illustrée par le carton jaune de Maxime Lamothe n’a pas été à la hauteur.

Daniel Brennan (France U20)

Daniel Brennan (France U20)Icon Sport

La rentrée de Daniel Brennan, au supplice en mêlée, est un autre motif de déception, le pilier toulousain n’a pas vraiment fait oublier sa pâle prestation face aux Irlandais en début de tournoi. Charlie Francoz, qui avait la lourde tâche de remplacer le très remuant Jordan Joseph, a lui été plutôt discret. Alors que les titulaires se sont illustrés avec des prestations abouties, les remplaçants ont été moins à leur avantage.

La décla : Pierre-Louis Barassi (Centre de l’équipe de France)

" Les All Blacks, c’est la meilleure équipe du monde. On veut aller le plus loin possible, on ne veut pas s’arrêter là. C’est un match spécial, mais il faudra le préparer comme tous les autres, avec beaucoup de sérieux."

La stat : 16

Si les Bleuets ont dominé cette rencontre face aux Sud-Africains, il demeure néanmoins un aspect du jeu où ils n’ont pas été performants. Avec 16 pénalités concédées et un carton jaune (66e), les Tricolores ont été trop indisciplinés dans cette rencontre. Au contraire, les joueurs de l’hémisphère sud n’ont été sanctionnés qu’à 7 reprises durant ce match. Un défaut qu’il faudra sans aucun doute corriger avant d’affronter les Baby Blacks en demi-finale.

La question : les Bleuets peuvent-ils créer l’exploit ?

Mardi, les Bleuets ont rendez-vous en demi-finale avec la meilleure nation du monde, la Nouvelle-Zélande. Champions en titre et favoris à leur propre succession les Baby Blacks impressionnent depuis le début de la compétition. Même si la confrontation paraît déséquilibrer sur le papier, les Tricolores possèdent tout de même des raisons d’y croire. Comme ils l’ont démontré ce soir, les hommes de Sébastien Piqueronies sont capables de produire un gros volume de jeu, mais aussi de breaker des défenses. Sous l’impulsion de joueur comme Jordan Joseph, ou Cameron Woki, les Bleuets ont de véritables atouts quand il s’agit de franchir des lignes adverses.

Cameron Woki (France U20)

Cameron Woki (France U20)Icon Sport

Néanmoins, il faudra être beaucoup plus réaliste et discipliné pour venir à bout de ces intraitables Néo-Zélandais. Pragmatiques, les joueurs de la fougère exploitent à merveille les erreurs de l’adversaire. Dans le dur physiquement en seconde période, les coéquipiers de Romain Ntamack ne pourront pas se permettre les mêmes trous d’air en seconde période, sous peine de se voir sévèrement punis. S’il existe des motifs d’espoirs pour cette rencontre, les Bleuets devront tout de même sortir le match quasi parfait s’ils veulent rejoindre la finale.

Les Bleuets peuvent-ils créer l’exploit ?

Sondage
2485 vote(s)
Oui
Non

Par Clément Gay

Contenus sponsorisés
0
0