Icon Sport

World Rugby publie des recommandations pour limiter les contacts à l'entraînement

World Rugby publie des recommandations pour limiter les contacts à l'entraînement
Par AFP

Le 23/09/2021 à 10:47Mis à jour

INTERNATIONAL - L'instance dirigeante du rugby mondial, World Rugby, a publié de nouvelles recommandations pour limiter les phases de contact à l'entraînement afin de protéger les joueurs, après une étude réalisée auprès de près de 600 d'entre eux.

"Nous pensons qu'en modérant la charge globale d'entraînement (...), il est possible de renforcer à la fois la prévention des blessures et les résultats de performance, ce qui est bon pour les joueurs, les entraîneurs et les supporters", explique le directeur général de World Rugby, Alan Gilpin, cité dans un communiqué publié mercredi soir.

World Rugby recommande de limiter chaque semaine à 15 minutes les phases d'entraînement en "plein contact" (les joueurs s'entraînant sans retenue et à pleine vitesse), à 40 minutes les séquences avec "contact contrôlé" (utilisation de boucliers pour éviter les corps-à-corps, joueurs faisant preuve de retenue et faible vitesse), et enfin à 30 minutes les phases statiques avec contact (mêlée, maul, alignement).

Ces séquences doivent être de préférence réalisées sur deux jours seulement au cours de la semaine, avec en particulier des jours sans contact le vendredi et le lundi, pour accorder des phases de préparation et de récupération autour des matches de compétition.

L'étude réalisée par World Rugby révèle à l'heure actuelle "que les habitudes d'entraînement varient d'une compétition à l'autre, avec une moyenne de 21 minutes par semaine d'entraînement avec contact maximal et une charge de contact totale moyenne de 118 minutes par semaine". World Rugby annonce par ailleurs s'être associé "à plusieurs équipes élite pour mesurer l'effet de plus en plus vrai de ces directives" lors des entraînements et des matches grâce à des protège-dents connectés. Parmi les équipes qui participeront à cette évaluation, figurent notamment Clermont ou le Leinster.

Interrogé sur ces nouvelles recommandations, le sélectionneur de l'Australie Dave Rennie a fait part jeudi de son scepticisme: "qui va chronométrer tout ça? Je suis sûr qu'il y a beaucoup de travail réalisé pour aboutir à ces chiffres mais je ne sais pas comment ça va tourner", a-t-il déclaré avant la rencontre qui doit opposer les Wallabies aux Pumas argentins, samedi dans le cadre du Rugby Championship. "On se focalise sur l'idée de réduire le nombre de blessures, mais le plus important, c'est de s'assurer que nos joueurs ont les connaissances et les techniques pour gérer ces contacts", a-t-il plaidé.

Contenus sponsorisés