Icon Sport

Portés par leurs Français, les Barbarians écrasent l'Angleterre à Twickenham

Portés par leurs Français, les Barbarians écrasent l'Angleterre à Twickenham

Le 19/06/2022 à 18:01Mis à jour Le 19/06/2022 à 18:28

INTERNATIONAL - Avec une équipe à forte consonance française, les Barbarians Britanniques ont surclassé l'Angleterre, à Twickenham, ce dimanche (21-52). Portés par Damian Penaud, Max Spring, Charles Ollivon, George Kruis ou encore Yoan Tanga, les Baa-baas ont offert un très beau spectacle.

C’était un véritable Crunch, ce duel entre les Barbarians Britanniques et l’Angleterre. À Twickenham, face à une belle équipe du XV de la Rose, à qui il manquait simplement les finalistes de Premiership, les Baa-baas étaient guidés par le staff de l’équipe de France, mais pas seulement. 22 des 23 joueurs sur la feuille de match évoluaient cette saison en Top 14, et dix des quinze titulaires étaient français. Lorsqu’on sait, en plus, que nombre de ces joueurs, dont le capitaine Charles Ollivon, devraient être de la tournée au Japon avec le XV de France, on peut dire que cette équipe des Barbarians étaient une sorte d’équipe de France bis. Et ils n’ont pas déçu face à l'adversaire anglais !

Une histoire d’interceptions

Ils démarraient d'ailleurs le match bien plus fort que le XV de la Rose. Malgré de nombreuses imprécisions, la volonté des deux équipes était d’envoyer du jeu, en écartant les ballons. Mais ce petit jeu, aussi spectaculaire soit-il, peut souvent s’avérer dangereux. D’abord, alors que les Baa-baas débarquaient dans les 22 mètres anglais, Jonny May tentait une interception mais commettait un en-avant volontaire. Après arbitrage-vidéo, l’ailier était sanctionné d’un carton jaune, mais aussi d’un essai de pénalité puisque la passe de Max Spring envoyait très certainement Penaud à l’essai si May n'était pas intervenu illicitement.

Quelques minutes plus tard, les Anglais tentaient de lancer une attaque au milieu du terrain mais Charles Ollivon surgissait pour intercepter le ballon (sans en-avant cette fois-ci) et s'offrait une course de 70 mètres jusqu'à la ligne. Malgré une hésitation proche de la terre promise, le flanker et capitaine parvenait à résister au retour d'Harry Randall pour planter le deuxième essai des siens. Ça commençait à sentir bon, se disait-on alors. Mais cinq minutes avant la mi-temps tout était relancé sur une action.

Esprit Baa-baas en deuxième mi-temps !

Véloce, Cokanasiga se glissait dans la défense sur son aile et perçait. Il prenait Vakatawa de vitesse pour inscrire le premier essai des siens. Pas la fin du monde, mais dans le même temps, le puissant Will Skelton était tout simplement exclu de la partie pour un plaquage à l'épaule, directement dans la tête d'un Anglais. Double coup-dur donc. Heureusement, juste avant la mi-temps, les joueurs d'Eddie Jones amorçaient une relance dans leurs propres 22 mètres et prenaient un risque inconsidéré. Inconsidéré puisque Damian Penaud qui traînait par là, interceptait (une nouvelle fois), avant de filer derrière la ligne. Malgré un échec au pied d'Hastoy les Baa-baas viraient en tête à la mi-temps (9-11).

Un avantage qui gonflait de suite au retour des vestiaires, lorsque Couilloud marquait suite à une percée de Tanga et que George Kruis (oui oui, le deuxième ligne) transformait avec facilité. La suite, c'est une deuxième mi-temps très ouverte, dans laquelle l'esprit Baa-baas a finalement pris le dessus. Du jeu, du jeu et encore du jeu ! Jonny May, Damian Penaud et Marcus Smith y allaient de leurs essais, tous après de belles séquences. Au-dessus de leurs adversaires, les Barbarians mettaient un dernier coup d'accélérateur en fin de partie. Carbonel et Spring participaient au festival, avant qu'Antoine Hastoy ne marque le dernier essai, sur une contre-attaque.

Comme un symbole, c'est George Kruis, jeune retraité, qui scellait le score en transformant d'abord l'essai de Spring d'une géniale talonnade, puis celui d'Hastoy au milieu de ses coéquipiers, dans la bonne humeur. L'esprit Baa-baas l'a emporté face aux Anglais (21-52) !

Contenus sponsorisés