Icon Sport

Le mythe du maillot noir : le prix du diamant noir (3/3)

Le mythe du maillot noir : le prix du diamant noir (3/3)
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 18/11/2021 à 09:52Mis à jour

INTERNATIONAL - Le maillot des All Blacks est le plus iconique, le plus légendaire et forcément le plus cher de tous les maillots de la planète. Voici pourquoi...

Longtemps, si longtemps, le maillot noir fût le dernier temple sacré du rugby mondial. Longtemps, la fédération néo-zélandaise n’accepta sur la tunique mythique des Tout Noir que le seul nom de l’équipementier (Adidas, Nike..) ou, en de très rares occasions dans les années 90, la marque de bière Steinlager sur le cœur. Dès lors, ce fut un petit séisme qui agita notre minuscule univers lorsqu’en 2012, la NZRU annonça que les trois lettres (AIG) du géant nord-américain des assurances seraient désormais gravées sur le maillot des champions du monde.

Déjà, à l’époque, la fédération néo-zélandaise était en proie à de lourds problèmes financiers et les 80 millions d’euros (sur six ans, puis le contrat fut reconduit) versés par les « yankees » permirent aux Kiwis de garder sur leur sol les joyaux de la couronne (Dan Carter, Richie McCaw, Ma’a Nonu, Conrad Smith, Kieran Reid, Sonny Bill Williams...). Entre AIG et le micro pays de l’Océanie, les justes noces s’étaient néanmoins terminées en eau de boudin, une pétition datée de 2019 et regroupant plusieurs dizaines de milliers de citoyens néo-zélandais ayant reproché à la compagnie d’avoir assuré le ridicule projet de mine de charbon d’Adani Carmichaël, au Nord-est de l’Australie...

Car on ne badine pas avec le maillot de la plus légendaire des sélections, tout sport confondu. Pour avoir voulu succéder à AIG quand fut lancé le dernier appel d’offres, le gigantesque groupe de pétrochimie Ineos fut lynché par l’opinion néo-zélandaise, soutenue en ce sens par Greenpeace. A ce sujet, la responsable de l’association de protection de l’environnement Juressa Lee expliquait alors : « Beaucoup de nos joueurs de rugby sont d’origine maorie ou descendants de peuples du Pacifique, des populations qui sont en première ligne face à l’élévation du niveau de la mer et aux précipitations extrêmes. On ne devrait pas leur demander de porter la marque d’un pollueur du climat comme Ineos ». Au bout du bout, Ineos n’apparaîtra donc que sur les shorts des tenues d’entraînement des All Blacks, le groupe Altrad, pourtant en concurrence avec le géant Amazon, ayant mis tout le monde d’accord quant au maillot proprement dit...

Mohed Altrad : « La meilleure marque au monde »

De fait, c’est un énorme coup qu’a donc réalisé le milliardaire de l’Hérault, l’été dernier. En prenant le maillot de la Nouvelle-Zélande, le mécène du MHR et de la FFR s’est ainsi offert la plus belle des vitrines. Il explique : « Nous serons associés à cette équipe incroyable pendant six, voire dix ans, puisque le partenariat peut être prolongé sur quatre années supplémentaires. Les All Blacks, c’est ni plus ni moins la meilleure marque au monde. Une étude récemment réalisée par une institution indépendante, sur des critères d’excellence ou de créativité, place systématiquement les All Blacks en tête, devant Mercedes et diverses autres marques internationalement reconnues. »

Mais combien Mohed Altrad a-t-il dû débourser pour arracher ces 120 centimètres carrés (le double du sigle AIG) sur le diamant noir ? Au jour où l’information fut rendue publique par la NZRU, nos confrères britanniques évoquèrent la somme de 70 millions d’euros sur six ans, soit un peu moins que ce que donnait AIG à la fédération néo-zélandaise mais beaucoup plus que le montant versé par le groupe Altrad pour apparaître sur le maillot tricolore (25 millions d’euros de 2018 à 2023). « Entre le XV de France et les All Blacks, ajoutait Altrad l’été dernier, ce n’est pas l’un ou l’autre. Ce sont les deux. Après le Mondial, il y aura un nouvel appel d’offres concernant le maillot tricolore et je ne laisserai pas tomber l’équipe de France. J’ai la volonté de continuer. »

Contenus sponsorisés