• Hong Kong
    Hong Kong

Hong Kong demande une enquête après un chant pro-démocratie à la place de l'hymne chinois au rugby

Par Rugbyrama
Le

INTERNATIONAL - Le gouvernement hongkongais a ordonné une enquête lundi après qu'un chant militant en faveur de la démocratie à Hong Kong a été joué à la place de l'hymne national chinois avant un match de rugby opposant, en Corée du Sud, les équipes hongkongaise et sud-coréenne.

Le gouvernement de Hong Kong "déplore fortement et s'oppose à ce qu'une chanson étroitement associée à des manifestations violentes et au mouvement d'indépendance soit jouée à la place de l'hymne national de la Chine", a-t-il déclaré dans un communiqué. L'hymne national chinois est habituellement joué pour les équipes sportives de Hong Kong, mais dimanche à Incheon, lors de la finale de l'Asia Rugby Sevens Series, Corée-du-Sud contre Hong Kong, c'est "Glory to Hong Kong" qui a été joué à la place. Cette chanson, écrite par un compositeur anonyme pendant les énormes et parfois violentes manifestations de 2019, est devenue un hymne du mouvement démocratique de la ville, aujourd'hui écrasé.

Les autorités ont précisé avoir ordonné à la fédération de rugby de la ville-territoire de lancer une enquête et de "transmettre notre forte objection" aux organisateurs du tournoi, Asia Rugby. "L'hymne national [chinois] est un symbole de notre pays. L'organisateur du tournoi a le devoir de veiller à ce que l'hymne national reçoive le respect qu'il mérite", a déclaré un porte-parole du gouvernement de Hong Kong.

"Dissoudre l'équipe"

Cette confusion a plongé l'équipe de rugby de Hong Kong dans un conflit politique. La vidéo de l'incident montre que les joueurs ont gardé un visage impassible et n'ont pas réagi à la diffusion du chant à la place de l'hymne. "Ils ont laissé le pays se faire humilier", a dénoncé sur Facebook Junius Ho, un représentant politique pro-Pékin de la ville. "Ils ont complètement échoué et ont perdu notre confiance. Maintenant, la seule solution est de dissoudre l'équipe de rugby de Hong Kong", ajoute-t-il. Ronny Tong, un conseiller du gouvernement, a déclaré qu'il ne pouvait s'agir d'une "erreur d'inattention" et que l'incident constitue probablement une atteinte à la loi sur la sécurité nationale de la ville.

Le gouv de #HongKong a dénoncé l’Asia Rugby qui a joué l’hymne pro-indépendance « Que la gloire soit à Hong-Kong » en tant qu’hymne national du territoire lors du championnat d’Asie de rugby à sept en Corée du Sud.#HongKongProtests?pic.twitter.com/8KFd1N9sSN

— ?? Info Hong-Kong Français 香港法語新聞 (@nouvellesHK) November 14, 2022

En 2020, après les importantes manifestations pro-démocratie de 2019, Pékin a imposé à la ville une loi sur la sécurité nationale qui interdit tout acte de sécession, subversion, terrorisme ou collusion avec des forces étrangères. Cette loi revendique une compétence universelle, les autorités de Hong Kong et de Chine affirmant qu'elles peuvent poursuivre des personnes pour des infractions à la sécurité nationale commises à l'étranger. Les organisateurs de ce tournoi de rugby à sept ont présenté des excuses et ont joué l'hymne chinois après le match, précise le communiqué du gouvernement de Hong Kong.

Selon le gouvernement, l'enquête préliminaire de la Hong Kong Rugby Union a révélé que c'était bien l'hymne chinois qui avait été transmis aux organisateurs par l'entraîneur de l'équipe. "L'erreur a été causée par une erreur humaine d'un personnel junior de l'organisateur local", indique le document. Dans une déclaration publiée en ligne, la Hong Kong Rugby Union a déclaré avoir "fait part de sa profonde inquiétude et de ses regrets concernant cet incident" aux organisateurs du tournoi.

"Nous reconnaissons qu'il s'agit d'une erreur humaine, mais ce n'est pas acceptable", insiste la fédération. Contacté par l'AFP, Asia Rugby n'a pas commenté dans l'immédiat. Jouer "Glory to Hong Kong", enregistrée secrètement pendant les manifestations de 2019, est désormais quasiment illégal en vertu de la loi sur la sécurité nationale. En septembre, un joueur d'harmonica qui a joué cet air devant une foule rassemblée pour honorer la mémoire de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne a été arrêté.