Icon Sport

Malié : "La sanction est très lourde pour un gars qui a joué 20 minutes..."

Malié : "La sanction est très lourde pour un gars qui a joué 20 minutes..."
Par Rugbyrama

Le 27/06/2022 à 18:16Mis à jour

INTERNATIONAL - International espagnol, Charly Malié a vu ses rêves de Coupe du monde définitivement s'envoler avec la décision finale de World Rugby sur la disqualification de l'Espagne. L'arrière de Béziers revient sur ce crève-coeur et se projette tant qu'il peut sur la suite.

Ca y est, c'est la fin de l'histoire pour vous... Avez-vous cru à un retournement de situation en faveur de votre sélection avec l'appel ?

Quand la disqualification avait été prononcée, ça avait été une grosse déception et il m'a fallu du temps pour l'évacuer. C'était dur par rapport à tous les sacrifices et les efforts consentis. Dès le départ, je voyais mal World Rugby revenir sur la décision malgré l'appel. Voilà, c'est la deuxième injustice que l'on subit dans notre carrière.

Vous percevez donc ce verdict comme une injustice ?

Oui car je trouve que la sanction est très lourde pour un gars qui a joué 20 minutes contre les Pays-Bas. Sans faire injure aux Pays-Bas, tout le monde a pris cinq points contre eux. Le fait qu'il jouait ou non ne changeait rien au résultat et à la qualification en tant que telle. Au lieu de sanctionner les fautifs, c'est tout un groupe qui charge. Après, je comprends qu'il y ait sanction vu qu'il y a eu tricherie. Voilà, la Fédé a été trop naïve. Nous sommes une petite Fédé et l'on est jugé comme une petite Fédé. Mais ça a des répercussions pour trop de monde...

C'est un rêve qui s'envole, une fois encore...

Cela fait onze ans que je joue pour l'Espagne. Ça me tenait très à cœur par rapport à ce que représente ce pays à mes yeux et par rapport à l'objectif que j'avais de jouer une Coupe du monde. Nous étions nombreux à avoir ce rêve. C'était magnifique de se retrouver ensemble à chaque fois pour le poursuivre. C'est cruel ce qui nous arrive. Le seul point positif, c'est que sur le terrain, on avait été chercher la qualification. Sportivement, on n'a rien à se reprocher.

Vous avez 30 ans. Pensez-vous poursuivre votre carrière internationale ?

Honnêtement, je n'ai pas envie d'avoir de réaction à chaud. Tous les sacrifices que j'ai fait, c'était pour participer à un événement majeur. Dans cinq ans, je serai soit retraité soit proche de l'être. Pour une autre Coupe du monde, ce sera compliqué. Je pense que ce sera terminé pour moi

Vous avez repris avec Béziers. Est-ce un exutoire ?

Oui, j'ai à cœur de finir de la plus belle des manières dans mon club de cœur. Ça a toujours été un but. On reste sur une année de transition au cours de laquelle j'ai eu du mal à performer. Je veux faire du mieux que je peux pour rendre à ce club tout ce qu'il m'a donné. Nous avons repris jeudi dernier. Au moins, je n'ai pas trop le temps de cogiter. J'ai beaucoup souffert de tout ça il y a un mois ou deux quand tout s'est envolé sur cette arnaque. Dans un coin de tête, ça ne s'efface pas mais j'ai d'autres objectifs pour continuer à avancer.

Contenus sponsorisés