Icon Sport

La légende Dan Carter va tenter un défi incroyable et inédit à l'Eden Park d'Auckland pour l'Unicef

La légende Dan Carter va tenter un défi incroyable et inédit à l'Eden Park d'Auckland pour l'Unicef

Le 07/04/2022 à 09:14Mis à jour Le 07/04/2022 à 15:52

L’ancien demi d’ouverture des All Blacks Dan Carter (40 ans) lance de jeudi matin à vendredi matin le premier « kickathon » de l’histoire, une épreuve assez dingue qui le verra, seul ou presque, tirer aux buts à 1598 reprises en 24 heures sur la pelouse de l’Eden Park d’Auckland. Il explique aujourd'hui pourquoi il s'est lancé dans une telle aventure. La parole est à vous, maestro...

Vous vous lancez aujourd’hui dans une aventure assez incroyable. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Je suis associé depuis quelques temps avec l’Unicef. Dans le but de récolter le maximum de fonds pour les enfants les plus pauvres du Pacifique, je vais aujourd’hui me lancer dans un marathon de coups de pieds. On l’a appelé le « kickathon ».

C’est à dire ?

Durant 24 heures, de jeudi matin à vendredi matin, je vais devoir taper et réussir 1598 (le nombre de points qu’il a marqués sous le maillot des All Blacks, N.D.L.R.) coups de pied à l’Eden Park d’Auckland. Ce qui correspond à peu près à 66 coups de pied par heure.

Sans dormir ?

Sans une seule minute de sommeil, non. Cela n’a jamais été réalisé auparavant. Mais bon…

Quoi ?

Lorsque j’ai mis un terme à ma carrière, ce qui m’a manqué le plus est le fait de pouvoir tester mes limites. Là, j’ai une occasion rêvée de voir ce que j’ai encore dans le ventre.

"Des potes m’aideront à survivre"

D’où frapperez-vous, sur le terrain de l’Eden Park ?

Depuis la ligne des 22 mètres, en face des poteaux, histoire de maximiser mon énergie. Au fil des 24 heures, je vais aussi utiliser les deux pieds (Dan Carter est gaucher, N.D.L.R.) pour tenir le plus longtemps possible… et faire honneur à ma mission.

Vous êtes-vous entraîné ?

Je m’entraîne comme un damné depuis sept mois, avec un préparateur physique et une nutritionniste.

Que mangerez-vous, durant ces 24 heures ?

Toutes les trois heures, j’ai un léger repas de 300 calories. J’aurai aussi de l’eau et quelques barres de céréales.

Serez-vous seul, à l’Eden Park ?

Quasiment, oui. Sur place, Luke McAlister, Grant Fox, Leon McDonald (anciens All Blacks, N.D.L.R.) passeront quelques minutes, au début du « kickathon ». Ensuite, pour m’aider pendant que la Nouvelle-Zélande est endormie, quelques potes en Europe prendront le relais : en direct, j’appellerai Finn Russell à Paris, Romain Ntamack à Toulouse, Johnny Sexton à Dublin, Ronan O’Gara à La Rochelle ou Marcus Smith à Londres ; ils frapperont eux-aussi quelques tirs aux buts. Ils m’aideront à survivre, en fait...

Est-il possible de suivre votre « kickathon » ?

Oui. Il sera retransmis en direct sur mon site internet (https://dancarter.com/kickathon) et les gens qui le souhaitent pourront verser des fonds pour aider les petits. Plus j’aurai un impact positif sur leurs vies, plus ma motivation sera grande.

La vie est-elle difficile à certains endroits du Pacifique ?

Oui. Certains enfants n’y ont toujours pas accès à l’eau potable. Cela engendre une mortalité très élevée chez les enfants de moins de 5 ans. Le « kickathon » permettra à l’Unicef d’assainir l’eau utilisée tous les jours par 134 000 enfants des îles Vanuatu, des îles Salomon ou des Kiribati.

"Le jeu de Dupont est létal"

Vous parliez de Romain Ntamack. Qu’avez-vous pensé de ses prestations dans le Tournoi des 6 Nations ?

Même s’il a été essayé au poste de premier centre en novembre, il a marqué son autorité à l’ouverture, lors du dernier Tournoi des 6 Nations. Il possède un sang-froid incroyable pour un homme de son âge : il contrôle, accélère quand il le faut, occupe bien au pied… Il est impressionnant.

Quid des Bleus, plus globalement ?

Leur jeu est vraiment surprenant : agressif, spectaculaire et très pertinent sur le plan tactique… Une part de moi pensait que les Bleus pourraient tomber lors de leur dernier match face aux Anglais. Mais ils ont vite balayé ces doutes.

En clair ?

Ces Français jouent pour quelque chose de plus important qu’eux-mêmes. Ca se voit. Ca se sent.

Il paraît que les All Blacks avaient un plan "anti Dupont", lorsqu’ils vinrent à Paris en novembre. Etes-vous d’accord ?

Je ne sais pas. Mais ils ont tout fait pour l’empêcher d’avoir de l’espace et courir balle en mains. Parce que les All Blacks, comme toutes les autres équipes, savent désormais que le jeu d’Antoine Dupont est létal.

Tournée d'automne - France vs All Blacks

Tournée d'automne - France vs All BlacksIcon Sport

Les Bleus sont-ils à vos yeux favoris pour la Coupe du monde 2023 ?

Leur forme du moment les place parmi les favoris, c’est certain. Mais l’évènement est encore très loin : dix-huit mois avant la Coupe du monde au Japon, on était loin d’imaginer les Springboks champions du monde. Dans un Mondial, le dossard numéro 1 ne te garantit pas le succès.

Contenus sponsorisés