Icon Sport

World Rugby - Jessy Trémoulière : "C’est tout le rugby féminin français qui est à l’honneur"

Trémoulière : "C’est tout le rugby féminin français qui est à l’honneur"

Le 26/11/2018 à 14:56Mis à jour Le 26/11/2018 à 15:48

WORLD RUGBY - Jessy Trémoulière a remporté dimanche soir à Monaco le prix World Rugby de la joueuse de l’année. La récompense d’une année incroyable pour l’arrière de l’équipe de France, déjà sacré aux Oscars Midi Olympique.

Rugbyrama : Quel effet cela fait-il de se réveiller en tant que meilleure joueuse du monde ?

Jessy Trémoulière : C’est juste exceptionnel ! Sur le coup, on ne réalise pas trop. C’est plus le lendemain matin, quand on lit tous les messages de félicitations. On se dit : « punaise, j’ai fait quelque chose de grand ! ». C’est gratifiant. Si je peux porter le rugby féminin français haut et fort partout dans le monde entier, ce sera avec grand plaisir.

Cette récompense arrive peu après votre Oscar Midi Olympique de la joueuse de l’année. On peut parler d’année faste…

J.T. : Oui, c’est clair ! J’avais déjà reçu ce prix prestigieux en début de mois, et là, ce deuxième dans la foulée, c’est super pour moi. Cela vient récompenser tout le travail fourni durant l’année. J’ai connu des blessures la saison précédente et je me suis dit que j’allais donner le meilleur de moi-même pour revenir à un bon niveau et apporter quelque chose à l’équipe.

Vous êtes la première française à recevoir cette distinction. Est-ce une fierté supplémentaire ?

J.T. : Oui, cette récompense à une saveur particulière pour moi du fait que je sois la première française à l’obtenir. C’est donc historique. C’est aussi le fruit d’un gros travail mis en place par la FFR. Quant on voit que nous étions quatre Françaises parmi les cinq nommées au titre de la meilleure joueuse, cela montre que c’est tout le rugby féminin français qui est à l’honneur. Les résultats ont été là avec un Grand Chelem réalisé au Tournoi des 6 Nations et le public aussi a adhéré avec de belles audiences. Récemment, les Bleues ont battu la Nouvelle-Zélande avec une affluence historique. C’est un peu la période des succès historiques, pourvu que ça dure !

" Pourquoi pas aller chercher une médaille aux Jeux Olympique de 2020 et gagner la Coupe du monde 2021"

Qu’est-ce qui vous a permis de franchir un palier pour devenir la meilleure joueuse du monde ?

J.T. : Je pense que c’est d’avoir joué à VII. C’est un sport collectif mais les individualités font aussi la différence. Une erreur à VII coûte beaucoup plus cher qu’à XV car c’est plus compliqué pour la copine à côté de rattraper la bêtise. Depuis que j’ai signé mon contrat à VII avec la FFR, je joue au rugby tous les jours. Les staffs des équipes de France à VII et à XV m’ont beaucoup apporté, que ce soit dans l’approche spécifique du poste d’arrière ou dans mon jeu au pied. Tout cela a été une plus-value pour moi et m’a permis de franchir un cap.

Si vous deviez garder un seul souvenir de cette année 2018 ?

J.T. : Je pense que ce serait le match contre l’Angleterre à Grenoble devant ma famille et 17000 spectateurs. On gagne ce match, ce qui nous met sur la voie du Grand Chelem. Je réalise aussi une bonne prestation donc oui, cette rencontre restera particulière pour moi.

Vous avez presque tout gagné cette année. Qu’est-ce qui peut encore vous faire rêver ?

J.T. : C’est vrai qu’avec ce palmarès, on a presque envie de s’arrêter sur ça (rires). Mais non, je suis très compétitrice. Mes récompenses individuelles, j’ai envie de les mettre au service du collectif. Donc pourquoi pas aller chercher une médaille aux Jeux Olympique de 2020, gagner la Coupe du monde 2021. On est souvent sur les podiums mais jamais premières donc oui, maintenant, je veux aller chercher ce genre de titres, ce qui serait pour moi l’apothéose.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés