Icon Sport

De la déception catalane aux sacres internationaux... La carrière de Carter en 5 dates

De la déception catalane aux sacres internationaux... La carrière de Carter en 5 dates
Par Quentin Put via Midi Olympique

Le 20/02/2021 à 12:07Mis à jour Le 20/02/2021 à 12:16

INTERNATIONAL - Dan Carter a officialisé sa retraite ce samedi. L'occasion de revenir sur quelques moments clé de sa longue et belle carrière.

31 octobre 2015 : La consécration à Londres

L'apothéose de la carrière de Dan Carter a sûrement pris place sur le sol anglais. La finale de la Coupe du monde 2015 à Londres a sacré une génération de All Blacks pleine de talents mais surtout revancharde après les déceptions de 2007 et 2011. Ma'a Nonu, Conrad Smith, Tony Woodcock mais surtout Richie McCaw et Dan Carter. Ce dernier avait une histoire toute particulière avec le trophée Web-Ellis. Blessé pendant une grande partie de l'édition précédente, il n'avait que peu goûté aux joies de la victoire. En 2007, il est titulaire lors de la défaite contre la France en quarts de finale au Principality Stadium.

Dan Carter (All Blacks) Coupe du monde de Rugby 2015

Dan Carter (All Blacks) Coupe du monde de Rugby 2015Icon Sport

Cette revanche est donc libératrice pour celui qui rejoindra plus tard le Racing 92. De plus, l'importance du demi d'ouverture dans le système de Steve Hansen est cruciale. Auteur de 19 points lors de la finale (2 transformations, 4 pénalités, un drop) il est élu homme du match. De manière plus symbolique il personnifie le retour en grâce du jeu d'évitement en tant que chef d'orchestre de cette sélection impériale.

25 juin 2016 : Nuit d'ivresse à Barcelone

Le retour en France de Dan Carter s'effectue au Racing 92. La finale du Top 14 à Barcelone, de par l'infériorité numérique des Racingmen et le courage qu'ils ont montré, restera mémorable. Le Néo-Zélandais est là encore une pièce essentielle du puzzle ciel et blanc. Rassurant, précis, il permettra à de nombreux jeunes d'éclore et surtout de l'emporter dans un match où tous les faits de jeu étaient défavorables. Même diminué il est aligné par le duo Travers-Labit, et l'histoire leur donne raison. Dan Carter brise ainsi la malédiction qui le voyait échouer en championnat depuis le rendez-vous manqué à Perpignan.

31 janvier 2009 : La blessure fatale avec Perpignan

Il était arrivé comme un héros, acclamé par 5 000 personnes au stade Aimé-Giral. Le début de l'histoire perpignanaise de Dan Carter fut éclatant. Malheureusement son dénouement sera regrettable. Tout s'est joué lors de ce match contre le Stade français. Et même, à la dernière action de la rencontre, sur le dernier plaquage de ce match de gala au Stade de France. Plutôt diminué lors de ses dernières sorties, le Néo-Zélandais avait animé à merveille le jeu catalan, au point de remporter son duel face à Juan Martin Hernandez. Jusqu'à ce que celui-ci le blesse malencontreusement. Rapidement, le constat sort, c'est une rupture partielle du tendon d'Achille. Comprenez : fin de la saison. Il assistera à la finale du championnat remportée par ses coéquipiers depuis la tribune. La pige de sept mois n'en durera qu'un et demi, après son premier match mi-décembre.

Top 14 - Dan Carter est au sol, pris en charge par les soigneurs de Perpignan

Top 14 - Dan Carter est au sol, pris en charge par les soigneurs de PerpignanMidi Olympique

2 mars 2019 : Le retour manqué au Racing 92

Comme le Racing 92 sait si bien le faire, à coup de grandes annonces vidéos sur le grand écran de Paris-La Défense Arena, le retour de Dan Carter dans le club de Jack Lorenzetti était acté. Le départ à la retraite de Pat Lambie était l'occasion rêvée pour voir le double champion du monde à l'oeuvre du côté de Nanterre. Problème : les autorités médicales lui refusent l'accès à la compétition en raison d'un disque intervertébral en mauvais état au niveau du cou, qui nécessiterait une opération. L'opération de communication capote, le joueur peut préparer sa deuxième saison avec les Kobelco Steelers au Japon. Et les supporters du Racing ne reverront pas leur star.

2 juillet 2005 : "Ce match a changé ma vie"

S'il fallait en retenir un, ce Test-match disputé contre les Lions lors de la tournée de 2005 demeurera probablement comme le chef d'oeuvre de sa carrière. A seulement 23 ans, Dan Carter est titulaire pour la 5e fois seulement sous le maillot noir floqué du 10. Au Westpac Stadium de Wellington, il illuminera la rencontre. Accélérations, intervalles, passes clé, Dan Carter montre toute sa palette technique. Il inscrit deux essais et marque 23 points au pied. Le demi d'ouverture passe un cap dans sa carrière, il l'admet d'ailleurs lui-même dix ans plus tard après son sacre à Londres : "Les Lions peuvent définir votre carrière. Ce match a changé ma vie."

Contenus sponsorisés